Premier jour férié (et pont) post déconfinement :

Eviter qu'Ascension rime avec ascension des makotes


Publié / Actualisé
Ce jeudi 21 mai 2020 est le premier jour férié, et pont pour certain, post déconfinement, offrant à la population réunionnaise un long week-end de 4 jours. L'occasion de véritablement profiter de La Réunion, de ses plages, de ses sentiers, de ses paysages et des moments en famille (dans le respect des gestes barrières bien sûr). Alors que notre île, sa faune et sa flore, vivaient paisiblement depuis deux mois, des milliers de personnes vont donc déferler dans les zones naturelles de l'île, jusque là préservées par le confinement, avec cette grande interrogation : ce premier long week-end post déconfinement signera-t-il le retour des makotes ? (Photo rb/www.ipreunion.com)
Ce jeudi 21 mai 2020 est le premier jour férié, et pont pour certain, post déconfinement, offrant à la population réunionnaise un long week-end de 4 jours. L'occasion de véritablement profiter de La Réunion, de ses plages, de ses sentiers, de ses paysages et des moments en famille (dans le respect des gestes barrières bien sûr). Alors que notre île, sa faune et sa flore, vivaient paisiblement depuis deux mois, des milliers de personnes vont donc déferler dans les zones naturelles de l'île, jusque là préservées par le confinement, avec cette grande interrogation : ce premier long week-end post déconfinement signera-t-il le retour des makotes ? (Photo rb/www.ipreunion.com)

Le confinement a incontestablement eu des effets positifs pour l’environnement. En effet,  dans un article précédent, Imaz Press Réunion expliquait que la chute de la circulation et des activités humaines ont provoqué une chute de 20% à 60%, selon les régions, de la pollution atmosphérique.

La nature a également recommencé à respirer. Moins de monde dans les sentiers, sur les aires de pique-nique, au bord des plages ou à la montagne, cela a permis à la faune et à la flore réunionnaise de respirer et de se régénérer en toute quiétude.

Niveau dépôts sauvages, difficile d’évaluer l’impact du confinement. Band Cochon continuait à recenser de nombreux dépôts sauvages dans plusieurs communes de l’île (pour le plus grand bonheur des moustiques qui y trouvaient des gîtes larvaires de premier choix, et ce, dans un contexte d’explosion d’épidémie de dingue) mais difficile d’avoir une analyse précise alors que les déplacements sur le territoire étaient limités. On peut supposer en tout cas que ces dépôts sauvages étaient moindres.

Elan de civisme ou simplement impossibilité d’aller jeter en toute discrétion ses déchets sauvagement ? L’avenir nous le dira comme dit l’adage, même si l’avenir semble déjà se révéler depuis quelques jours avec la résurgence de dépôts sauvages, de poubelles qui débordent et l’apparition de détritus en tous genres sur nos plages, nos sentiers, nos aires de pique-nique, mais aussi en ville.

Outre les déchets alimentaires ou les traditionnels mégots de cigarettes, de nouveaux déchets ont d’ailleurs fait leur apparition un peu partout, liés au contexte sanitaire actuel. Les masques et les gants se retrouvent désormais dans le top 10 des objets à jeter impérativement… dann shomin… A croire qu’au fond, rien n’a véritablement changé et que ce confinement, si prometteur en termes de changement des mentalités, n’a pas eu l’impact escompté.

Alors que se profile le premier long week-end post déconfinement, il est encore possible pour La Réunion de faire mentir ces premières tendances.

Les Réunionnais seront sans doute nombreux à arpenter les sentiers, à admirer la Plaine des Sables givrée et se tremper les pieds dans l'océan. Il leur revient de faire preuve de civisme,  de responsabilité et de respect de notre environnement. Histoire que ce week-end de l’Ascension ne rime pas avec ascension des makotes…

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com
 

   

1 Commentaire(s)

Rikit, Posté
Ce "jeudi 21 mars" nous fait reculer d'un mois! (Faute de frappe, c'est corrigé, merci à vous - WEBMASTER)