[LIVE] Le "monsieur déconfinement" officiellement Premier ministre :

Jean Castex : "les priorités devront évoluer, les méthodes aussi"


Publié / Actualisé
Le Premier ministre "Edouard Philippe a remis ce jour la démission du Gouvernement au Président de la République, qui l'a acceptée. Il assure, avec les membres du Gouvernement, le traitement des affaires courantes jusqu'à la nomination du nouveau Gouvernement" a indiqué l'Elysée dans un communiqué publié en fin de matinée ce vendredi 3 juillet 2020. Réelu maire du Havre le dimanche 28 juin, Edouard Philippe, était en poste depuis le 15 mai 2017. L'Elysée a annoncé par la suite que le haut fonctionnaire et "monsieur déconfinement" Jean Castex était nommé Premier ministre. (Photo AFP)
Le Premier ministre "Edouard Philippe a remis ce jour la démission du Gouvernement au Président de la République, qui l'a acceptée. Il assure, avec les membres du Gouvernement, le traitement des affaires courantes jusqu'à la nomination du nouveau Gouvernement" a indiqué l'Elysée dans un communiqué publié en fin de matinée ce vendredi 3 juillet 2020. Réelu maire du Havre le dimanche 28 juin, Edouard Philippe, était en poste depuis le 15 mai 2017. L'Elysée a annoncé par la suite que le haut fonctionnaire et "monsieur déconfinement" Jean Castex était nommé Premier ministre. (Photo AFP)
  • IPR

    Nous clôturons à présent ce live

    Merci de l'avoir suivi et bonne soirée zot tout'

  • IPR
  • IPR

    Le nouveau Premier ministre prend la parole 

    "Monsieur le Premier ministre, mon cher Edourad. Les trois années que vous avez passé ici à Matignon, à diriger l'action gouvernementale resteront, sans nul doute, marquées dans l'histoire de notre pays."

    Jean Castex revient sur la crise sanitaire : "Je voudrais tout simplement ici, publiquement, témoigner de l'engagement qui a été le vôtre, du souci constant, constant, de protéger nos concitoyens, d'expliquer la situation et les dispositions que celle-ci commandaient. Vous l'avez fait toujours avec la clarté et la pédagogie."

    "La crise économique et sociale, elle est déjà là. Les priorités devront donc évoluer. Les méthodes aussi et il nous faudra plus que jamais réunir la nation pour lutter contre cette crise qui s'installe et surtout dans la continuité des réformes que vous avez entreprises pour faire en sorte que nous en sortirons plus forts et plus solidaires."

    "Nos styles, assurément, sont différents. Mais je voudrais, mesdames et messieurs, me permettre de revendiquer avec Edouard Philippe une communauté de valeurs. Ces valeurs démocratiques et républicaines", ajoute-t-il.

    "Merci beaucoup, mon cher Edouard. Certes, pour vos propos, surtout pour votre action au service de nos concitoyens. Nul ne doute ici que vos immenses talents vont durablement rester au service de la France", conclut Jean Castex.

  • IPR

    Edouard Philippe rend hommage à son successeur

    "Monsieur le Premier ministre, je suis très heureux de vous passer le flambeau", dit le désormais ex-Premier ministre à son successeur Jean Castex.

    "Vous êtes appelé à diriger l'action du gouvernement. C'est un honneur immense. C'est une charge assez lourde. Mais connaissant votre intelligence, votre connaissance fine du pays, votre sincère attachement à l'Etat, connaissant votre sens politique, comme votre rigueur intellectuelle, je n'ai aucun doute que vous saurez prendre les bonnes décisions."

    Edouard Philippe a remercié le président Emmanuel Macron : "Le président de la République qui, depuis plus de trois ans, m'a fait confiance et avec qui j'ai eu la très grande chance de travailler dans des conditions de confiance, de fluidité, qui resteront toute ma vie comme trois années assez exceptionnelles et d'une incroyable richesse."

    Le maire du Havre conclut son discours sous de longs et massifs applaudissements : "Je suis un peu ému en vous disant ça, mais : soyez bon ! Et comme on dit chez moi : bon vent !”

  • IPR

    Jean Castex est arrivé à l'hôtel de Matignon à 19h30 (heure de La Réunion)

    Il a été accueilli par Edouard Philippe. Suivant le protocole, les deux hommes sont désormais en train de s'entretenir sur les principaux dossiers en cours, dont héritera le nouveau Premier ministre. 

  • IPR

     

     

  • IPR

    Jean Castex, "l'homme de la situation" selon l'Elysée

    Ex-collaborateur de Nicolas Sarkozy, Jean Castex, 55 ans, maire LR de Prades (Pyrénées orientales), est depuis avril le délégué interministériel chargé du déconfinement. "Il est un haut fonctionnaire complet et polyvalent qui aura à coeur de réformer l'Etat et de conduire un dialogue apaisé avec les territoires", a expliqué l'Elysée.

    "Il est l'homme de la situation" car, "connu pour travailler par le dialogue et dans un esprit de rassemblement", il "saura mettre en oeuvre les reconstructions évoquées par le chef de l'Etat dans ses dernières expressions dans le cadre du nouveau chemin" du quinquennat.

    La présidence présente Jean Castex comme "l'homme du déconfinement réussi" qui "est appelé à un moment critique de la crise sanitaire". Sa nomination "est un choix macronien, conforme à l'esprit de dépassement porté par le président depuis trois ans", souligne-t-on de même source. Cet homme, qui "a travaillé avec Xavier Bertrand, Nicolas Sarkozy et Edouard Philippe", "vient de la droite mais c'est un gaulliste social".

    Il est "parfaitement rompu aux arcanes parisiennes et fin connaisseur des réalités locales et territoriales", "qui conjugue expérience de la haute fonction publique -il est membre de la Cour des Comptes- et des mandats locaux: à la fois maire, président d'une communauté de communes et conseiller départemental", selon l'Elysée. "Paris et Prades, c'est un contraste important dans la période de reconstruction plurielle qui s'ouvre".

  • IPR

    Le président du Département Cyrille Melchior réagit à la démission d'Edouard Philippe :

    "Comme suite à l’annonce de la démission du Premier ministre Edouard Philippe et de son gouvernement, je tiens à saluer cet homme d’Etat profondément attaché à la France et à ses territoires, dans leur diversité, dans leur richesse et dans leur particularité.    

    En ma qualité de Président du Département de La Réunion, j’ai eu l’honneur et le plaisir de travailler avec Edouard Philippe sur des dossiers majeurs qui portent sur l’avenir de notre île et de notre Collectivité, tels que celui de la recentralisation du RSA. Le Premier ministre, aux côtés du Président de la République, fut un des artisans de cette décision historique qui a permis de libérer des énergies nouvelles pour notre institution. Je veux à ce titre souligner son sens du dialogue, de l’écoute, et de l’engagement.    

    Je voudrais également remercier la Ministre des Outre-mer, Annick Girardin, pour son travail, sa détermination et sa proximité dans chaque dossier qu’elle a porté pour les Outre-mer en général, et La Réunion en particulier. En ce qui concerne le Département, nous avons toujours su travailler en bonne intelligence, notamment pour surmonter la crise sociale de fin 2018, pour fixer les modalités de recentralisation du RSA ou encore pour la mise en place du plan radier départemental."

  • IPR

    Le haut fonctionnaire et "monsieur déconfinement" Jean Castex est nommé Premier ministre

     

  • IPR

    Les chantiers à venir

    Le nouveau gouvernement devra "mettre en oeuvre la nouvelle étape du quinquennat, le projet de reconstruction sociale, économique, environnementale et locale dont le président a exposé les grandes orientations lors de son allocution du 14 juin et qui s'est précisée au cours du cycle de consultations approfondies conduit au cours des dernières semaines", a souligné l'Elysée.

     

  • IPR

    "Une nouvelle étape s'ouvre avec de nouveaux talents et de nouvelles méthodes de gouvernement", a ajouté la présidence.

    A Matignon, Edouard Philippe, en chemise blanche sans veste ni cravate, a été vu souriant avec des membres de son cabinet, accompagné de la caméra de son ami Laurent Cibien qui tourne un documentaire sur lui.

    Au cours d'un entretien jeudi, "le président de la République et le Premier ministre ont établi un constat partagé quant à la nécessité d'un nouveau gouvernement pour incarner une nouvelle étape du quinquennat, un nouveau chemin", a expliqué l'Elysée.
    "Au cours de cet entretien chaleureux et amical, le président a remercié le Premier ministre pour le travail accompli ensemble depuis trois ans, en particulier les importantes réformes conduites pour la modernisation du pays et la préservation de notre modèle social", a ajouté la présidence. Elle a précisé que ce travail avait été "accompli en commun et en confiance, dans une parfaite loyauté".

  • IPR

    Annick Girardin sur le départ ?

    Nous en parlions il y a un an déjà, nous évoquions un probable remaniement excluant Annick Girardin. Son départ du ministère des Outre-mer se précise ici avec la démission d'Edouard Philippe et le profond remaniement du gouvernement.

    Il semblait déjà l'an dernier qu'Annick Girardin ait eu quelques déboires avec le gouvernement en place. "Annick Girardin dans le viseur" : c'est ainsi que Le Parisien titrait son paragraphe sur le sort de la ministre des Outre-mer. Emmanuel Macron l'aurait fustigée en plein Conseil des ministres. "C'est très bien, mais j'attendais autre chose" aurait-il déclaré à la ministre, mécontent de son application des politiques publiques.

    --> Lire notre article du 22 juillet 2019 ici.

  • IPR

    De nombreux noms circulent pour remplacer Edouard Philippe à Matignon :

    • comme Michel Barnier, le négociateur du Brexit,
    • le haut fonctionnaire Jean Castex,
    • l'ancien ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo,
    • ou encore la ministre des Armées Florence Parly, qui a l'avantage de connaître déjà la machine gouvernementale et d'être passée par Bercy et par le privé,
    • ou la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse.

  • IPR

    17 ministres sont partis depuis le début du quinquennat

    Emmanuel Macron avait réaffirmé en avril vouloir "se réinventer" mais sans "renier" les reformes du début du quinquennat, laissant planer le doute sur le maintien ou non d'Edouard Philippe, son Premier ministre depuis le début du quinquennat. "Le cap sur lequel je me suis engagé en 2017 reste vrai", a-t-il réaffirmé jeudi dans une interview.

    Depuis le début du quinquennat, Edouard Philippe a toujours été reconduit mais au total 17 ministres ont quitté le gouvernement, dont 13 démissionnaires, la dernière en date était Agnès Buzyn. Avec ou sans Edouard Philippe, le prochain gouvernement sera chargé d'appliquer le "nouveau chemin" qu'Emmanuel Macron a commencé à dessiner, avec une priorité sur la politique de santé, le grand âge et un plan pour la jeunesse. Un changement qui s'annonce dans la continuité avec notamment la remise en chantier de la réforme des retraites.

  • IPR

    Toute activité ministérielle a été interrompue

    A l'Assemblée, où était examiné le troisième projet de budget rectifié, la séance a été suspendue. Du fait de la démission du gouvernement, "nous allons interrompre nos travaux", a indiqué le président de séance Hugues Renson (LREM), alors que le secrétaire d'Etat Cédric O était présent.

  • IPR

    "Un nouveau Premier ministre nommé dans les prochaines heures"

     

  • IPR

    Démission officielle du gouvernement d'Edouard Philippe

     

  • IPR

    Bonjour, nous ouvrons ce live pour suivre ensemble la démission du gouvernement d'Edouard Philippe, annoncée ce midi.

    Un remaniement pourrait avoir lieu dès aujourd'hui, suivez notre direct.

A propos

Démission du gouvernement d'Edouard Philippe

C'est officiel, Edouard Philippe ne sera plus Premier ministre. Il a remis ce vendredi 3 juillet dans la matinée la démission de son gouvernement au Président Emmanuel Macron.  Celui-ci l'a acceptée, selon l'Elysée.

Edouard Philippe "assure, avec les membres du Gouvernement, le traitement des affaires courantes jusqu'à la nomination du nouveau Gouvernement" indique l'Elysée dans un court communiqué. Le conseil des ministres est de ce fait annulé.

L'actuel Premier ministre a été élu maire du Havre à l'issue du second tour des élections municipales. Il doit maintenant prendre ses fonctions, ce qui explique sa démission.

Ce départ sera sivi d'un profond remaniement. Rien ne laisse présager pour l'instant qui pourra prendre la place d'Edouard Philippe. Ce remaniement pourrait avoir lieu dès ce vendredi, dans la journée.

   

Mots clés :

    4 Commentaire(s)

    Sabine, depuis son mobile, Posté
    sarko, macron, c'est quand le répit pour le peuple. c'est quand qu'ils vont prendre la décision de nous foutre la paix. le 1er nous a fait prendre des éthylotests pour lancer je ne sais qui? Le 2ème qui a craché sur le 1er, aujourd'hui sont cul et chemise. voulons nous juste savoir où nous voulons aller? Le bateau coule? Bin le capitaine France a mieux à faire. il veut remplacer son second. Ma, ma,ma,m'a. Je suis mon peuple jamais je baisserais ma garde, face à des fous. seul le peuple est souverain. bonne médite.
    Sabine, depuis son mobile, Posté
    c'est pas la merde ça? mais depuis quand remonte le temps où la france, (pas de majuscule c'est inutile), allait au combat? nous ne serons plus jamais un pays parce que nous sommes des béni oui oui. nous sommes des abrutis, toutes les alliances tous les liens qui pourraient se faire, ne changeraient rien. nous ne sommes que des vendus, parce que nos dirigeants sont des MARIONNETTES. est ce qu'un jour ces petites personnes pourraient juste comprendre? pas si certaine????? pourquoi personne ne peut aider personne?
    Papillon diurne, Posté
    Encore un quasi inconnu dont on ne connaît rien sur lui et surtout sur le projet de société pour la France : si tant est de dire qu'il en ait et le porterait sous le bras pour entrer à Matignon !ð??...
    RIPOSTE974, Posté
    Bien vu , homme de terrain .

    Dommage par contre pour Loulou de Saint Paul qui était ministrable , chuté à cause d'1 garde à vue ridicule ...