Législative partielle :

2ème circonscription : le PLR pousse Karine Lebon, la droite tâtonne


Publié / Actualisé
Après l'élection d'Huguette Bello à la mairie de Saint-Paul, de nouvelles législatives partielles auront lieu les dimanche 20 et dimanche 27 septembre 2020 afin lui désigner un successeur. Si du côté du PLR ou encore d'Europe Ecologie les Verts, les candidats ont déjà été choisis, à droite on tâtonne toujours, en quête du candidat idéal pour tenter de faire vaciller cette circonscription, sur le papier, acquise à la gauche (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Après l'élection d'Huguette Bello à la mairie de Saint-Paul, de nouvelles législatives partielles auront lieu les dimanche 20 et dimanche 27 septembre 2020 afin lui désigner un successeur. Si du côté du PLR ou encore d'Europe Ecologie les Verts, les candidats ont déjà été choisis, à droite on tâtonne toujours, en quête du candidat idéal pour tenter de faire vaciller cette circonscription, sur le papier, acquise à la gauche (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Avec la Possession, le Port, et une grande partie de Saint-Paul, la deuxième circonscription penche très clairement à gauche. Une tendance qui se reflète d’ailleurs dans les résultats des deux précédentes élections législatives où Huguette Bello a été largement réélue dès le premier tour avec près de 76% des voix en 2017 et près de 67% des voix en 2012.
A n’en pas douter, la personnalité de cette femme politique forte de la gauche a contribué à ces scores fleuves. L’héritage s’annonce lourd à porter pour celle ou celui qui veut succéder à l’ancienne députée. Pas de quoi refroidir les ambitions et les velléités de candidatures qui commencent à émerger, à un peu plus d’un mois du scrutin.

PLR choisit Karine Lebon

Durant plusieurs mois, c’est la rumeur d’une candidature d’Emmanuel Seraphin, fidèle lieutenant d’Huguette Bello, qui circulait fortement. Ce dernier ayant été élu à la présidence du TCO, les cartes ont été totalement rebattues au sein du parti Pour La Réunion.

Le choix s’est finalement porté le week-end dernier sur Karine Lebon, enseignante, novice en politique, issue du sérail de l’UFR (Union des femmes réunionnaises), association fer de la lance de défense de la cause féminine dont l’une des figures de proue n’est autre qu’Huguette Bello. La jeune femme aura ainsi la lourde tâche de convaincre les électeurs qu’elle est en mesure de reprendre le flambeau.

EELV fait cavalier seul

Intégré à l’accord d’union lors des municipales, le parti Europe Ecologie les Verts a décidé cette fois de jouer sa propre partition. En effet, Charles Moyac, porte-parole du parti à La Réunion, a officialisé sa candidature ce jeudi 6 août. L’homme n’en est pas à sa première candidature puisqu’il avait déjà postulé à la députation dans cette circonscription en 2012 et en 2017. Encouragé par les scores convaincants des listes écologistes aux municipales en Métropole, EELV semble ainsi vouloir surfer sur cette vague afin de tenter de remporter ce siège de député.

A droite, on se cherche

Certainement encore groggy par sa défaite au second tour des municipales à Saint-Paul, la droite semble peiner à trouver pour l’heure le candidat qui défiera Karine Lebon.

Du côté des ténors de la droite, ni Alain Bénard, ni Joseph Sinimalé, ni Cyrille Melchior ne semblent vouloir se lancer dans la bataille des législatives. En leur absence, plusieurs candidatures potentielles commencent à émerger à l’image de celle de Karl Bellon, leader du collectif Agir DDPME qui fut à l’origine de la destruction des paillotes à l’Ermitage. Ce dernier s’est d’ores et déjà dit "prêt à prendre" ses  "responsabilités" si la droite faisait appel à lui. Le nom de l’élue de l’opposition saint-pauloise Audrey Fontaine circule également, tout comme celui de Jean-François Nativel.

Un temps annoncé sur la ligne de départ, Fabrice Marouvin qui vient de fonder son parti, Une Nouvelle Page, fait le choix d’une primaire interne à son parti. 4 femmes sont en lice : Viriginie Peron, Adèle Odon, Patricia Gentric et Dolorès Pelops. A l’issue de cette primaire, il annonce qu’il entamera des discussions avec les autres composantes de la droite de sa circonscription en vue de cette élection législative partielle mais aussi des départementales de 2021, des législatives de 2022 et des municipales de 2026.

Patrick Serveaux en embuscade

Une candidature surprise pourrait être officialisée prochainement. Il s’agit de celle de Patrick Serveaux, l’ancien président de l’IRT et actuel président de l’UMIH (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie). Connaisseur des dossiers stratégiques en matière de tourisme, notamment, ce dernier veut se poser comme l'un des grands animateurs de ce scrutin.

Ce qui risque de ne pas être une tâche aisée, connu dans les cercles professionnels, il est quasiment inconnu du grand public.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

8 Commentaire(s)

Tiktak, Posté
Qui va oser se présenter à droite après la déculottée des municipales sur St-Paul et un mandat désastreux pour le maire sortant.
Savannah, Posté
ça a l'air plié d'avance ces partielles, la droite Saint Pauloise à la dérive, un boulevard pour le PLR, malheureusement le seul parti incarné par des politiques sans casseroles!
Rajao, Posté
Moi je propose Mr Turpin comme candidat.
Lol, Posté
Aurélien CENTON
25 mars 1962, Posté
LE PARTI DE MACRON DESIGNE ORPHE CANDIDATE DANS LA 2EME .AVEC POUR SUPLEANT VERGOZ.
La vérité si je mens !, Posté
La tata Bello va perdre un salaire versé depuis 1995 par les contribuables
A vos votes, Posté
C'est quoi ce mot "succession" . Faut arrêter avec ça ! C'est à nous de voter. Rien de doit être acquis
Popof, Posté
Papier déjà lu chez un de vos confrères