Deuxième circonscription :

Législative partielle : crash test à droite pour de futures échéances


Publié / Actualisé
La législative partielle de la deuxième circonscription, les 20 et 27 septembre 2020, ne devrait guère mobiliser l'électorat compte tenu de la crise sanitaire. Pourtant, d'un point de vue strictement politique, cette élection a de quoi susciter de l'intérêt. Avec la démission de Joseph Sinimalé sur fond de déchirement de la droite et la volonté d'Huguette Bello de conforter son leadership sur cette circonscription, ce scrutin et ses résultats font indéniablement figure de crash test pour les échéances à venir, les régionales et les départementales de 2021 en l'occurrence (Photo rb/www.ipreunion.com)
La législative partielle de la deuxième circonscription, les 20 et 27 septembre 2020, ne devrait guère mobiliser l'électorat compte tenu de la crise sanitaire. Pourtant, d'un point de vue strictement politique, cette élection a de quoi susciter de l'intérêt. Avec la démission de Joseph Sinimalé sur fond de déchirement de la droite et la volonté d'Huguette Bello de conforter son leadership sur cette circonscription, ce scrutin et ses résultats font indéniablement figure de crash test pour les échéances à venir, les régionales et les départementales de 2021 en l'occurrence (Photo rb/www.ipreunion.com)

- Joseph Sinimalé démissionne sur fond de déchirement de la droite -

La droite avait l’habitude d’être divisée. Désormais elle semble totalement déchirée, tant le mal semble profond. Un mal illustré par la fracassante démission de Joseph Sinimalé de tous ses mandats (conseiller municipal et conseiller communautaire au sein du TCO), mettant probablement fin à plus de 40 années de carrière politique.

La raison de cette démission ?

Officiellement, dit l'ancien maire saint-paulois, c’est parce que la droite n’a pas su s’unir lors de ces élections législatives, Alain Bénard ayant décidé de se présenter contre sa collègue dans l’opposition au conseil municipal de Saint-Paul, Audrey Fontaine.

Dans le microcosme politique saint-paulois, il se dit que Joseph Sinimalé a très mal vécu le fait de se voir intimer l'ordre de se mettre derrière Alain Bénard au second tour des municipales. Cela alors qu’il était mieux positionné à l’issue du second tour. Certains dans son camp vont même jusqu’à dire que des proches du maire sortant auraient alors soutenu Huguette Bello pour le second tour.

 

Lire aussi : Huguette Bello retrouve la mairie de Saint-Paul

Alain Bénard avait été très séchement battu par la dirigeante PLR. Un résultat refletant le mauvais état de santé de la droite saint-pauloise, si ce n'est de la droite réunionnaise dans sa globalité. Cela depuis fin 2017, avec l’élection de Cyrille Melchior à la présidence du Département et qui avait provoqué une véritable fracture au sein de la droite, entre Didier Robert et Michel Fontaine.

Lire aussi : Cyrille Melchior élu président du Département

Lire aussi : Didier Robert : "Il faut arrêter de nourrir les traitres" Michel Fontaine et Jean-Paul Virapoullé

Cette fracture n’a jamais été réparée. Pire, elle a très visible durant les élections municipales, les ténors de la droite ayant eu des stratégies très distinctes. Elle risque d’être encore plus criante lors de cette élection législative partielle où les électeurs auront à choisir entre 14 candidats, dont deux représentants majeurs de la droite dont le contour des soutiens reste encore flou pour l’heure. 

- Michel Fontaine et Cyrille Melchior soutiennent Audrey Fontaine -

Ce qui interroge, c’est cette multiplicité des candidatures. La fonction est-elle si intéressante ou est-ce un règlement de compte politique ?

Cette campagne et ses résultats apporteront très certainement des éclaircissements. Cette élection risque surtout de laisser des traces, à droite, en vue des élections régionales et départementales de 2021.

Les camps commencent déjà à se former avec le soutien officiel de Michel Fontaine et Cyrille Melchior à la candidate Audrey Fontaine. "J’appelle dès le 1er tour à voter pour Audrey Fontaine à laquelle j’apporte tout mon soutien et celui de notre mouvement" a communiqué ce mercredi le chef de file des Républicains à La Réunion. Plus tard dans la journée, Cyrille Melchior lui a emboîté le pas : "je réitère mon souhait que cette campagne se déroule dans le meilleur état d’esprit. Après avoir échangé avec plusieurs candidats bien avant leur dépôt de candidature, j’ai décidé d’apporter mon soutien à Audrey Fontaine" a-t-il déclaré par voie de communiqué.

Le tout est aussi synonyme de largage sans parachute d'Alain Bénard, celui-là Alain Bénard soutenu par toute la droite (et imposé à Joseph Sinimalé) il y  a à peine trois mois...

- Huguette Bello se teste en vue de 2021 -

Une situation au final idéale pour  Huguette Bello pour qui l’enjeu de cette élection est double. D’abord assurer sa succession dans cette circonscription qu’elle représentait à l’Assemblée nationale depuis 2007. Pour ce faire, elle fait le pari de la jeunesse en poussant Karine Lebon, une jeune femme issue du tissu associatif, de l'Union des Femmes Réunionnaises (UFR) plus précisemment.

Profitant de la division de la droite, la configuration semble idéale pour la maire de Saint-Paul qui pourrait ainsi surfer sur la dynamique enclenchée lors des municipales. Un revers serait au contraire un signal extrêmement négatif pour l’élue de l’Ouest.

Lire aussi : 2ème circonscription : le PLR pousse Karine Lebon, la droite tâtonne

En effet, ce scrutin est aussi l’occasion Huguette Bello de se tester en vue des échéances de l’année prochaine. Même si elle a été élue maire de Saint-Paul, les bruits d’une candidature aux régionales de 2021 demeurent persistants. L’élue pourrait ainsi vouloir mesurer le soutien dont elle bénéficie dans cette circonscription qui englobe La Possession, le Port, et une partie de Saint-Paul.

Ces résultats seront indéniablement scrutés à la loupe. D’abord par cantons, puisque Huguette Bello adaptera ainsi sa stratégie en vue des départementales. Ensuite, à l’échelle de la zone concernant Saint-Paul, afin de mesurer si son élection est due à la division de la droite ou un véritable plébiscite en sa faveur. Enfin, à l’échelle de la circonscription pour mesurer à la fois son influence, ainsi que la capacité d’Olivier Hoarau, notamment, à mobiliser l’électorat portois.

Cette dernière information sera importante. Le maire du Port envoie depuis plusieurs semaines de nombreux signaux concernant ses velléités de candidature pour les régionales. Indéniablement, les deux édiles devront se mettre autour de la table pour en discuter.

Les résultats de cette élection partielle seront certainement une bonne base de travail .

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

" VIEUYX CREOLE comment c, Posté
JE PARTAGE TOTALEMENT L'ANALYSE CI-DESSUS EXPRIMÉE ! ! C'est " un retentissant coup de tonnerre dans le ciel bleu-horizon de la " Plateforme de la Droite locale '" ! MAIS comment croire , tout de suite à la Sincérité véritable des Fontaine , Sinimalé , Dindar etc. ..et de tous ce s" Professionnels de la Politique locale" ( de vieux renards prêts à tout pour conserver leur pouvoir ls ? ? ? ILS gouvernent et gèrent en MAÎTRES notre îLE depuis si longtemps ! ! !j JE reste dons sceptique et préfère L'APRÈS- ELECTONS LEGISLATIVES ANNONCÉES annoncees