Second tour de la législative partielle :

La deuxième circonscription élit sa députée, le spectre de l'abstention toujours présent


Publié / Actualisé
Deuxième tour de l'élection législative partielle ce dimanche 27 septembre 2020 dans la deuxième circonscription de La Réunion (la Possession, le Port, une partie de Saint-Paul). 96 228 électeurs et électrices devront se rendre dans les 137 bureaux de vote afin de départager deux femmes, Audrey Fontaine et Karine Lebon, pour les représenter à l'Assemblée nationale. Sur le papier, l'avantage est à Karine Lebon qui avait recueilli 52,15% des voix au premier tour, ce second tour demeure incertain compte tenu des interrogations entourant la mobilisation des électeurs. L'abstention avait atteint 84,85% (Photo rb/www.ipreunion.com)
Deuxième tour de l'élection législative partielle ce dimanche 27 septembre 2020 dans la deuxième circonscription de La Réunion (la Possession, le Port, une partie de Saint-Paul). 96 228 électeurs et électrices devront se rendre dans les 137 bureaux de vote afin de départager deux femmes, Audrey Fontaine et Karine Lebon, pour les représenter à l'Assemblée nationale. Sur le papier, l'avantage est à Karine Lebon qui avait recueilli 52,15% des voix au premier tour, ce second tour demeure incertain compte tenu des interrogations entourant la mobilisation des électeurs. L'abstention avait atteint 84,85% (Photo rb/www.ipreunion.com)

Un duel 100% féminin

Ils étaient 14 au départ de la course, il ne reste que deux candidats à départager, deux candidates plus précisément puisque le duel du second tour sera 100% féminin avec deux femmes au profil assez similaire, jeunes, fonctionnaires et représentant le renouvellement de la classe politique réunionnaise. 

Lire ausi : Législative partielle : Karine Lebon en ballottage largement favorable devant Audrey Fontaine

D’un côté, Karine Lebon se présente comme l’héritière de la maire de Saint-Paul et ancienne députée Huguette Bello puisqu’elle est issue du mouvement " Union des Femmes Réunionnaises. Elle avait recueilli 52,15% des voix au premier tour.

De l’autre côté, Audrey Fontaine veut s’imposer comme la nouvelle leader de la droite dans l’ouest alors que les élections municipales à Saint-Paul et l’échec de l’alliance Bénard/Sinimalé/Nativel a laissé un champ de ruine dans cette commune. Elle avait recueilli 15,83% des voix au premier tour.

Rien n’est encore joué

Si l’écart de voix paraît astronomique sur le papier, il n’en est rien en réalité. En effet, la très forte abstention (84,85%) ne permet pas de mesurer réellement l’état des forces en présence, même si l’avantage est à Karine Lebon puisque la circonscription penche très nettement à gauche. Le défi pour les candidates sera de réussir à mobiliser les abstentionnistes. C’est d’ailleurs le principal objectif de cet entre deux tours.

Un fort taux de participation au second tour pourrait rebattre toutes les cartes et permettre à Audrey Fontaine de rattraper son retard, ou à Karine Lebon de creuser l’écart. Bien évidemment, cette éventualité semble peu probable compte tenu du contexte sanitaire qui freine la mobilisation citoyenne, tout comme le fait qu’il s’agit d’une législative partielle pour élire une députée qui ne siègera que durant 1 an et demi. Des arguments qui ne semble pas convaincre les électeurs de la nécessité de se mobiliser pour un tel scrutin.

Les logiques de soutien (presque) respectées

Globalement, la logique a été respectée concernant les différents soutiens aux deux candidates en vue du second tour.

Karine Lebon peut compter sur le soutien de l’ensemble de la gauche, d’Huguette Bello à Ericka Bareigts en passant par Olivier Rivière, Eric Fruteau et des candidats éliminés au premier tels que Charles Moyac (EELV) et Davilla Verdun.

Audrey Fontaine a quant à elles d’ores et déjà reçu le soutien des ténors de la droite, Michel Fontaine, Didier Robert et Cyrille Melchior. Plus surprenant, elle a également reçu le soutien de Philippe Robert, candidat également déçu du premier tour, et surtout fils de Roland Robert, ancien maire de la Possession et ancien pilier du PCR, qui veut faire barrage, non pas aux injustices et aux inégalités, mais " à l’hégémonie du PLR ", ce même parti qui lui avait apporté son soutien lors des municipales.

Enfin, autre surprise, Alain Bénard, certainement contrarié de ne pas avoir reçu le soutien de la droite au premier tour, a appelé à voter blanc ou nul.

www.ipreunion.com / reac@ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

Stan, Posté
alors IPR, rien n'est encore joué?!!!!
Alexandra, Posté
tout a fait raccord avec stan, cet article ressemble à des éléments de langage d'Audrey Fontaine???on verra bien dimanche qui dit vrai!
Stan, Posté
a la lumière des chiffres , y compris l'abstention, et de tous les scrutins électoraux passés, pas besoin d'avoir fait des études de science politique pour savoir que les dés sont déjà jetés et que celle qui a fait plus de 50% au premier tour est assurée de la victoire. écrire que "rien n'est joué", c'est incompréhensible sinon c'est de l humour!
Papillon diurne, Posté
Dans tout ce galimatias, aucun mot sur le rôle et les responsabilités d'un parlementaire de la France de maintenant !Bravo à vous tous...(télé, radios, sites, communication des partis, préfecture, etc.)