Emmanuel Macron laisse les Domiens dans l'incertitude :

Reconfinement : 22 minutes de discours dont quelques secondes pour les Outre-mer


Publié / Actualisé
Ce mercredi soir, 28 octobre 2020, nombreux étaient les Réunionnais à veiller jusqu'à 23 heures pour écouter le discours du président de la République, Emmanuel Macron. Plus largement, tout l'Outre-mer, comme toute la France métropolitaine, attendait avec impatience et appréhension les nouvelles décisions gouvernementales pour faire face à la crise Covid-19. Sur les 22 minutes de discours consacrés à l'annonce d'un reconfinement national, les Outre-mer ont dû se contenter d'une malheureuse phrase sibylline : "tout le territoire national est concerné, avec des adaptations pour les seuls territoires d'Outre-mer", ce qui donne un sentiment mépris à l'égard des citoyens ultramarins.
Ce mercredi soir, 28 octobre 2020, nombreux étaient les Réunionnais à veiller jusqu'à 23 heures pour écouter le discours du président de la République, Emmanuel Macron. Plus largement, tout l'Outre-mer, comme toute la France métropolitaine, attendait avec impatience et appréhension les nouvelles décisions gouvernementales pour faire face à la crise Covid-19. Sur les 22 minutes de discours consacrés à l'annonce d'un reconfinement national, les Outre-mer ont dû se contenter d'une malheureuse phrase sibylline : "tout le territoire national est concerné, avec des adaptations pour les seuls territoires d'Outre-mer", ce qui donne un sentiment mépris à l'égard des citoyens ultramarins.

Le discours d’Emmanuel Macron aura simplement permis de savoir que la Métropole et les Outre-mer auraient un traitement différencié concernant le reconfinement. C’est tout. Alors que la Métropole a eu droit à 12 minutes consacrées au détail des différentes mesures prises dans le cadre du reconfinement, les citoyens ultramarins ont dû se contenter d'une poignée de secondes annonçant une adaptation des règles "en fonction des situations spécifiques des Outre-mer".

Ce mercredi soir, bien malin était celui qui pouvait deviner ce qui allait être fait à La Réunion. Il a fallu attendre ce jeudi matin pour avoir un début d'information. Le préfet a estimé dans un communiqué qu’il n’était selon lui "pas nécessaire" de reconfiner La Réunion pour l’heure. Pour de plus amples informations, le représentant de l'Etat a annoncé qu'il s'exprimerait "ce vendredi en fin d'après-midi".

En attendant, c’est le flou total, pour la population de La Réunion et surtout pour le monde économique local qui s’inquiète très légitimement. Un reconfinement partiel sera-t-il décidé ? Certaines activités seront-elles stoppées ? Certaines mesures nationales comme la fermeture des universités seront-elles appliquées au Outre-mer ? Les restaurants et les commerces non essentiels devront-il baisser leurs rideaux ? Autant de questions sans réponse pour l’heure… Comme si l’inquiétude des Réunionnais, et plus largement des ultramarins, ne valait pas grand-chose aux yeux du gouvernement… Comme si nous étions des citoyens de seconde zone.

Ces citoyens de seconde zone représentent pourtant 2,7 millions d’habitants, soit 4% de la population française. A l’heure où la crise épidémique provoque une forme de paranoïa et d’hystérie collective, il aurait été bon que le président de la République prenne la peine de s’attarder quelques secondes sur la situation des Outre-mer et des différents scénarios possibles.

Ni lui, ni son ministre des Outre-mer, qui est toujours en Nouvelle Calédonie dans le cadre du processus d’indépendance de l’île, n’ont donc jugé bon d’apporter ces précisions et informations primordiales pour de très nombreux Réunionnais.

Le temps de l’élection n’étant pas encore arrivé, on pourrait croire qu’Emmanuel Macron ne voit pas l’utilité de faire des yeux de Chimène aux territoires ultramarins, pour l’instant. En attendant, le président de la République semble donc avoir fait le choix du mépris vis-à-vis des ultramarins.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Jean Philippe Desby (NSR), Posté
Ce président (facilement élu quasiment au 1er tour...l'objectif était d'éliminer FF!), il aura fini sur la 4ème marche ici (de mémoire), ne connaît pas trop les Outre-mer...comme la plupart des prédécesseurs...et, encore moins le Pm actuel et tous les ministres à chaise musicale, y/c les conseillers de chaque ministre (exemple celui en charge des relations entre la science et la société auprès de Mme Vidal Frédérique...Stephano...Et, nos parlementaires y participent à ça : ils ne sont pas capables de parler d'une même voix!
Paul, depuis son mobile, Posté
Les outre mer représentent 2 millions d'habitants et à l'heure actuelle, la situation est moins grave qu'en métropole ou équivalente (Martinique). Franchement, c'était as le sujet de parler de Wallis et Futuna pendant une minute, de Mayotte pendant deux et de La Réunion pendant 4 minutes ! Profitez du fait que vous ne soyez pas confinés en pensant à vos concitoyens de métropole au lieu de râler parce qu'ils ne penseraient soit disant pas assez à vous.
Tristan, Posté
Il faur profiter de ce confinement national pour nous aussi nous confiner, il faut éradiquer ce virus ! L'automne prochain sera rude pour nous sans cela...Y a 3 semaines on m'a dit que je delirais en regardant les chiffres de santé publique France, je delirais tellement que sinon avait confiné y a 3 semaines, lesnhopitaux auraient pu gerer et on aurait sauvé des milliers de vie. Franchement, pas besoin d'etre epidemiologiste ou banquier pour voir la catastrophe qui se profile. Macron démission !