MENU

Captures de requins :

Les prédateurs ne mordent pas à l'hameçon


Posté par
C'est ce mardi 27 septembre 2011 que l'opération de pêche de requins autorisée par la préfecture a été lancée. Une journée plutôt infructueuse, étant donné qu'aucune prise n'a été effectuée, même si au large de Boucan Canot, deux touches ont été réalisées par les pêcheurs entre 15h et 16h.
C'est ce mardi 27 septembre 2011 que l'opération de pêche de requins autorisée par la préfecture a été lancée. Une journée plutôt infructueuse, étant donné qu'aucune prise n'a été effectuée, même si au large de Boucan Canot, deux touches ont été réalisées par les pêcheurs entre 15h et 16h.
Le top départ pour le prélèvement de requins a été donné ce mardi 27 septembre. En après-midi, deux bateaux étaient donc à la recherche de requins-tigres et de requins-bouledogues. "Des pêcheurs professionnels réputés sont chargés de mener à bien cette opération sous trois jours", signale Thomas Campeaux, sous-préfet de Saint-Paul. "Cependant, il est totalement possible que cette pêche soit infructueuse", précise-t-il.

Et pour cette journée, c'est le constat qui peut être fait. Deux touches ont été effectuées par les pêcheurs entre 15h et 16h. La première concernait un requin d'environ 200 kg, mais n'a pas abouti car la ligne du pêcheur s'est cassée. L'espèce n'a pu être déterminée. La deuxième touche n'a rien donné non plus, malgré une âpre bataille pour remonter l'animal. Aucune certitude pour affirmer qu'il s'agissait un requin.

"Les techniques de pêche sont délicates, ce qui rend les choses difficiles. Il est difficile de tirer des conclusions après une seule journée. On constate qu'on a eu deux touches près de Boucan Canot aux alentours de 15h. C'est dans cette zone et vers cette heure que les attaques recensées ces derniers mois ont eu lieu", explique Thomas Campeaux.

"Il reste encore deux jours pour effectuer des recherches afin de procéder aux prélèvements scientifiques qui serviront à mieux comprendre les comportements des requins. Mais cette opération n'est qu'une partie de la démarche contre le risque. Si elle n'aboutit pas, nous allons mettre en place tout un ensemble d'actions, dont la partie prévention envers les baigneurs et les professionnels de la mer, car il faut être conscients que le risque zéro n'existe pas. Les requins sont présents, ils l'ont toujours été et le seront toujours. De notre côté, nous devons assurer le maximum de sécurité, ce qui passe obligatoirement par le renforcement de l'information et de la prévention à travers une signalétique spécifique et des panneaux posés sur la plage", indique le sous-préfet de Saint-Paul.

Pour le moment, aucun requin attrapé, à chacun donc de faire preuve de la plus grande précaution.

Samia Omarjee pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !