Attaques de requins :

Antonin Blaison (IRD) : "Tous les spots sont à risque"


Publié / Actualisé
Ce dimanche 5 août 2012, en fin d'après-midi, Fabien Bujon, un surfeur de 39 ans, a été attaqué par un requin sur le spot de Saint-Leu. C'est la première fois qu'une attaque de squale a lieu à Saint-Leu, moins de quinze jours après celle qui a coûté la vie à Alexandre Rassiga à Trois Bassins, là aussi considéré comme l'un des derniers spots sûrs de la côte Ouest. Pour Antonin Blaison, l'un des scientifiques en charge de l'étude Charc (connaissances de l'écologie et de l'habitat de deux espèces de requins côtiers sur la côte Ouest de La Réunion) à l'institut de recherche pour le développement (IRD), "tous les spots sont à risque, tant qu'on n'a pas obtenu les résultats des études sur le comportement des requins". Il en appelle donc à "limiter les comportements à risque".
Ce dimanche 5 août 2012, en fin d'après-midi, Fabien Bujon, un surfeur de 39 ans, a été attaqué par un requin sur le spot de Saint-Leu. C'est la première fois qu'une attaque de squale a lieu à Saint-Leu, moins de quinze jours après celle qui a coûté la vie à Alexandre Rassiga à Trois Bassins, là aussi considéré comme l'un des derniers spots sûrs de la côte Ouest. Pour Antonin Blaison, l'un des scientifiques en charge de l'étude Charc (connaissances de l'écologie et de l'habitat de deux espèces de requins côtiers sur la côte Ouest de La Réunion) à l'institut de recherche pour le développement (IRD), "tous les spots sont à risque, tant qu'on n'a pas obtenu les résultats des études sur le comportement des requins". Il en appelle donc à "limiter les comportements à risque".
- En moins de 15 jours, La Réunion a connu deux nouvelles attaques de requin, dont une mortelle. On a l'impression que les attaques sont de plus en plus fréquentes. Que faut-il en penser ?

"Pour moi, la situation n'a pas changé. On a mis en place des dispositifs d'alerte. Les études sont en cours. Tant qu'on n'en sait pas plus sur le comportement des requins, on ne peut pas affirmer ni infirmer que les attaques sont plus fréquentes. On observe plus de requins bouledogues qu'avant. Ça ne veut pas dire qu'il y en a plus, mais qu'on en voit plus. On ne peut pas dire s'ils sont plus nombreux".

- Ces deux dernières attaques ont eu lieu sur des spots qui étaient considérés comme sûrs...

"Aujourd'hui, on ne peut pas dire qu'un spot est moins à risque qu'un autre. A Trois Bassins, avant l'attaque, on avait déjà observé des requins. A l'Etang-Salé, un requin a été aperçu la semaine dernière. Je pense que tous les spots sont à risque tant qu'on n'a pas d'éléments sur le comportement, le déplacement, le nombre, de requins dans les eaux réunionnaises. C'est pour cela que des études sont menées".

- Mais ces études vont prendre du temps...

"Oui, elles vont prendre encore du temps, parce que si on veut comprendre tout ça, on a besoin d'étudier les requins en été, en hiver, quand ils sont en période de reproduction...On a besoin de données scientifiques. Après, on pourra peut-être dire qu'à telle ou telle période de l'année, les requins se rapprochent des côtes ou s'ils s'en éloignent par exemple. Pour pouvoir donner ce type d'indications, il faut nous laisser le temps de mener ces études".

- Et en attendant, que préconisez-vous ?

"Je pense qu'il faut limiter les comportements à risque. Je ne remets pas en cause les pratiques des usagers de la mer. On oppose souvent les scientifiques aux surfeurs. Moi, je ne veux pas entrer dans cette opposition. Le programme Charc n'a pas été mis en place pour protéger les requins, mais pour une meilleure gestion du risque pour protéger la population. En attendant, il faut limiter les comportements à risque, ne pas aller dans l'eau au lever et au coucher du soleil, prendre en compte la turbidité de l'eau, la houle...Même si certains avaient l'habitude d'aller en mer à la tombée de la nuit, aujourd'hui il faut s'adapter à la situation, en attendant d'avoir des réponses".

- Ces derniers temps, on a beaucoup remis en cause la réserve marine. Qu'en pensez-vous ?

"Je ne suis pas un spécialiste de la réserve, ce n'est pas à moi de me prononcer là-dessus".

Entretien réalisé par Samia Omarjee pour
   

7 Commentaire(s)

Zenfanlocean, Posté
Ça va pas trop ds la tête a toto qui fait le demago en employant des mots qui n'ont rien a faire la comme le mot massacre qui n'a jamais eu lieu!! D autre part a part faire du patos etudis ton sujet !! Il sagit de reguler une espece de requin tres dangereuse et qui n etait pas installé" comme ça avant mais ce que ne dis pas antonin c est. Quils ont créés une ferme aquacole qui est en pleine baie de st paul devant la plage!!!! A deux pas des zones balneairessisi!! Et qu on veut son demontage mais ils n en parle jamais car en parler serait admetre leur bêtise en eaux tropicales !!!
Et apres ils font semblant de se demander pkoi autant de bouldogues ds les parrages et si gros et grands !! Par rapport a leur characteristiques mondiales ici ils sont au dessus des moyennes !!! Et en bonne santé dailleurs ils nuisent a l. Ecosysteme=> ex: les requins pointes. Blanches necessaires au recif mais que les bouldogues ont exterminés alors avant de faire des dicours populos demago et donneur de leçon etudis mieux et tends moins l oreille a la polemique et aux rumeurs !!!mais plutot aux vraies infos ( mais la c plus dur c vrai) a bon entendeur...
Variante, Posté
@Rougaille, c'est ton raisonnement qui est stupide, car si on te suit, il faudrait tuer les crocodiles qui qui bouffent l'homme, les tigres qui bouffent l'homme, les lions qui bouffent l'homme, les mygales qui tuent l'homme, les serpents qui piquent et tuent l'homme etc. C'est débile Rougaille, et dis nous pour qui tu prend l'homme? Pour la race supérieure qui a droit de vie et de mort sur toutes les autres espèces? C'est débile, c'est meurtrier et au fait une fois que tu auras tuer tous les animaux jugés dangereux pour l'homme, tu vas rétablir la peine de mort pour l'homme qui s'attaque à l'homme? Refléchis avant de parler....
Lola974, Posté
Les attaques peuvent cesser comme elles sont venues. C'est un phénomène qui a déjà été observé sur les différents lieux d'attaques dans le monde. Ça ne sert à rien de vouloir exterminer les requins, ceux qui s'attaquent à l'homme. Il y a des règles à respecter.
Pas de surf entre 14h et 17h et pas au petit matin. (plage horaire recensée, comparée et avérée sur toutes les attaques)
Pour les baigneurs en haute mer, ceux qui plongent d'un bateau, pas plus d'1/4 d'heure dans l'eau. Au bout de 8 min, ils vont venir autour et au bout de 15, ils vont "goûter".
Le Bouledogue est de loin le plus agressif, il va s'acharner sur sa proie sans même se préoccuper de ce qu'il y a autour. Le Tigre peut lâcher. Le Mako, est un des requins qui ne s'approche que très rarement des côtes. Le pointe noire est friand des côtes qu'il est faim ou non, il attaquera avec frénésie si il est en banc.... Le pointe blanche est aussi un habitué de la haute mer, vous ne le verrez pas sur les récifs...
Rougaille, Posté
toto c est aberant tes propos on tuera que l espece qui bouffe l homme
AE, Posté
Peut-être serait-il interessant de discuter avec nos amis surfeurs Hawaïens ou Australiens qui mettent en place une surveillance entre surfeurs , même si les conditions ne sont pas les mêmes qu'à La Réunion...ils connaissent aussi de tragiques accidents et ne massacrent pas les requins pour autant ...

Pratiquant souvent la randonnée en montagne en métropole , je suis consciente des dangers que je peux rencontrer avec les vipères pour en avoir dérangé quelques-unes , voire avec les guêpes ou abeilles dont les piqûres provoquent des réactions parfois mortelles...

Le risque zéro n'existe nulle part, dommage...
Vivoute, Posté
C'est dommage que cette Île magnifique vive dans la crainte des attaques de requins. J'espère pour nos amis réunionnais que ce "problème" sera vite résolu pour qu'ils retrouvent la joie de se baigner et de surfer comme avant!
Bon courage à vous!
Toto, Posté
Il ne faut pas oublier que l'homme n'est pas le seul spécimen vivant sur la planète et que chacun a droit à son espace vital à quoi bon massacrer les requins, ils ont toujours été là même s'ils sont plus présents, doit-on massacrer les ours polaires, les scorpions, les serpents (par exemple) parce qu'ils ont sévi plus de d'habitude ?
Au delà :
Doit-on raser les montagnes, parce que des alpinistes y sont morts ?
Doit-on interdire l'utilisation des automobiles au vu des victimes des accidents de la route ?
Nous devons nous adapter à notre milieu et non pas l'inverse.