Saint-Gilles :

Bodyboarder tué par un requin : émotion et hommage sur la plage des Brisants


Publié / Actualisé
Ce jeudi après-midi 9 mai 2013, une centaine de personnes a rendu hommage au bodyboarder tué par un requin ce mercredi sur le spot des Brisants. L'émotion était palpable tout au long de cette cérémonie d'adieu. Des fleurs ont été jetées la mer et une minute de silence a été observée à la mémoire de ce touriste de 36 ans, originaire de Métropole. Il était à La Réunion avec son épouse en voyage de noces. Le drame s'est produit à une cinquantaine de mètres du bord dans une mer trouble et agitée, des conditions qui augmentent considérablement le risque requin. Le malheureux a été attaqué sous les yeux de son épouse et de dizaines de témoins qui se trouvaient, impuissants, sur la plage. Un nouveau grand rassemblement en hommage à la victime doit avoir lieu ce dimanche sur la plage des Brisants
Ce jeudi après-midi 9 mai 2013, une centaine de personnes a rendu hommage au bodyboarder tué par un requin ce mercredi sur le spot des Brisants. L'émotion était palpable tout au long de cette cérémonie d'adieu. Des fleurs ont été jetées la mer et une minute de silence a été observée à la mémoire de ce touriste de 36 ans, originaire de Métropole. Il était à La Réunion avec son épouse en voyage de noces. Le drame s'est produit à une cinquantaine de mètres du bord dans une mer trouble et agitée, des conditions qui augmentent considérablement le risque requin. Le malheureux a été attaqué sous les yeux de son épouse et de dizaines de témoins qui se trouvaient, impuissants, sur la plage. Un nouveau grand rassemblement en hommage à la victime doit avoir lieu ce dimanche sur la plage des Brisants

Assis sur le sable, ceux qui sont venus rendre hommage au bodyboarder tué ce mercredi par un requin avaient du mal à cacher leur émotion et parfois leurs larmes. Christophe Mulquin, surfeur et ancien coach de haut niveau, a pris la parole pour dire toute la tristesse provoquée par ce drame. Il a appelé à un grand rassemblement "des associations sportives, de commerçants, de la population" pour ce dimanche sur la plage des Brisants afin de rendre un hommage encore plus important à la victime.

Rappelons que le squale a sectionné une main au bodyboarder et l'a profondément mordu une cuisse. Alerté par les cris des témoins, les maitres nageurs sauveteurs se sont immédiatement mis à l'eau, mais il était trop tard. Le malheureux avait perdu énormément de sang et il était déjà en arrêt cardio-respiratoire lorsqu'il a été ramené sur le sable. Malgré un long massage cardiaque pratiqué par le SMUR, il n'a pu être réanimé. Effondrée, son épouse a été prise en charge par les pompiers.

Le drapeau orange vigilance orange avait été hissé depuis le mercredi matin sur la plage des Roches noires et des Brisants. En raison du manque de visibilité dans l'eau et de la houle, tous les cours de surf avaient été annulés. "La nouvelle de cette annulation en raison de la dangerosité de la mer a circulé dans tous le réseau des surfeurs locaux, mais il est vrai qu'un touriste n'a que peu de moyens d'être réellement informé" soulignait mercredi après-midi Robert Boulanger, président de la ligne de surf.

De fait, le bodyboarder avait loué sa planche sur la plage peu de temps avant le drame. "C'est bizarre d'ailleurs, pourquoi autoriser la location des planches alors que le drapeau orange vigilance requin est hissé. Franchement, on ne comprend pas, l'État fait n'importe quoi. Le touriste voulait juste s'amuser un peu, il en est mort" ne décolérait pas un adepte des sports de glisse présent sur place ce mercredi.

Pour rappel, dix attaques, dont quatre mortelles ont eu lieu entre celle de ce mercredi et février 2001. La dernière attaque a eu lieu ce 23 avril 2013 sur le spot de la Jetée à Saint-Pierre. Un surfeur de 20 ans avait été chargé par un squale. Il n'a pas été blessé. C'était la première grosse alerte depuis le début de l'année, même si des requins ont régulièrement été signalés sur la côte ouest.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Franck reneste, Posté
On aurait apprécié que cette solidarité s'exprimat lorsque ce touristes qui ne faisait pas partie du "clan" reçoive conseils lorsqu'il émit le souhait d'aller par ce temps surfer, reçoive conseils lorsqu'il alla louer sa planche, reçoive conseils lorsqu'il s'élança à l'eau, reçoive conseils lorsque les vigies le voyait s'amuser au large et en temps brumeux. Mais rien de tout cela ne s'est passé. Et ce rassemblement bien médiatique est bien tardif et je l'assume..bien hypocrite!