Après la mort d'un bodyboarder tué par un requin :

Cérémonie d'hommage aux Brisants cet après-midi


Publié / Actualisé
L'émotion sera sûrement intense, ce dimanche 12 mai 2013 à 14h00 sur la plage des Brisants à Saint-Gilles où se tiendra un rassemblement pacifique à la mémoire du bodyboarder décédé mercredi 8 mai 2013 suite à une attaque de requin. Associations d'usagers de la mer, clubs de surf, pécheurs, associations de prévention du risque requin, amoureux de la mer, anonymes, et passionnés sont attendus pour ce moment de recueillement et d'hommage qui fait suite à une première cérémonie d'adieu organisée spontanément jeudi 9 mai 2013 sur le lieu du drame.
L'émotion sera sûrement intense, ce dimanche 12 mai 2013 à 14h00 sur la plage des Brisants à Saint-Gilles où se tiendra un rassemblement pacifique à la mémoire du bodyboarder décédé mercredi 8 mai 2013 suite à une attaque de requin. Associations d'usagers de la mer, clubs de surf, pécheurs, associations de prévention du risque requin, amoureux de la mer, anonymes, et passionnés sont attendus pour ce moment de recueillement et d'hommage qui fait suite à une première cérémonie d'adieu organisée spontanément jeudi 9 mai 2013 sur le lieu du drame.

Originaire de Métropole, le touriste mortellement attaqué était âgé de 36 ans. Il était en voyage de noces à la Réunion et avait loué sa planche pour la matinée. Il s’est fait attaquer à une cinquantaine de mètres du bord, sous les yeux de son épouse et de dizaines de témoins. La mer était trouble et agitée, conditions augmentant considérablement le risque requin. Le drapeau orange "vigilance requins" était d'ailleurs hissé sur la plage et la ligue de surf avait pris la décision d’annuler tous les cours.

Seul bodyboarder à l’eau, il n’a visiblement pas entendu les cris de ceux qui, depuis la plage, l’exhortaient à sortir de l’eau. " Et puis d'un coup la planche a sauté très haut et nous avons vu une grosse mare de sang ", confiait mercredi un des témoins choqués. Les maîtres nageurs-sauveteurs ont immédiatement tenté de lui porter secours, mais il avait déjà perdu beaucoup de sang, en raison d’un poignet sectionné et d’une grosse plaie à une cuisse.

Attaqué vers 12h20 mercredi 8 mai 2013, derrière la digue, le bodyboarder était déjà en arrêt cardio-respiratoire à l’arrivée du SMUR et des pompiers. Transporté sur la plage de Roches noires pour être médicalisé, il n’a pas survécu à ses blessures. Il laisse une femme et un enfant.

Dans un communiqué publié le jour même, le préfet Jean-Luc Marx rappelait que cet accident intervenait " dans un contexte où de nombreuses mesures de prévention et de gestion du risque requin sont en cours ". Une réunion d’urgence du Comité opérationnel réunionnais de réduction du risque requin est prévue lundi 13 mai à la préfecture. Pour sa part, Thierry Robert, député-maire de Saint-Leu, prévient que si "aucune mesure réellement adaptée aux risques connus n'est prise au terme de cette nouvelle réunion de crise", il publiera un arrêté municipal autorisant la pêche au requin "sur tout le territoire maritime de Saint-Leu placé sous sa responsabilité".

Cette attaque de requin est la dixième depuis 2011 et la quatrième attaque mortelle. Le 23 avril 2013, un jeune surfeur de 20 ans était chargé par un squale sur le spot de la jetée à Saint-Pierre. Il n'a pas été blessé. C'était la première grosse alerte (même si des requins ont régulièrement été signalés sur la côte ouest) depuis le dimanche 5 août 2012. À cette date en  fin d'après-midi, le surfeur Fabien Bujon était attaqué par un squale sur le spot de Saint-Leu. Il a survécu, mais l'animal est parvenu à lui arracher la main et le pied droits. Cette attaque, la première à Saint-Leu, survenait alors que 15 jours plus tôt, le lundi 23 juillet 2012, Alexandre Rassiga, 21 ans, avait été tué par un squale alors qu'il surfait sur le spot de Trois Bassins. le lundi 5 mai 2012, Gérard Itéma, un bodyboarder de 31 ans, avait été attaqué aux abords du Port de la marine de Saint-Benoît vers 14 heures 30. Sa planche avait été mordue à deux reprises. L'homme n'avait pas été blessé

En 2011, six attaques de requins avaient été recensées. Le vendredi 11 novembre 2011, un pêcheur apnéiste avait alors été surpris par un requin au large de l'anse des Cascades à Sainte-Rose. Alors qu'il s'apprêtait à rejoindre son embarcation, l'homme, un Saint-Joséphois de 42 ans, a été blessé au pied gauche. Le mercredi 5 octobre aux alentours de 10h15, un kayakiste avait été attaqué par un requin au large du Cap la Houssaye (Saint-Paul). Il n'avait pas été blessé.

Le lundi 19 septembre, Mathieu Schiller, ancien champion de La Réunion de bodyboard disparaissait suite à l'attaque d'un squale alors qu'il surfait à quelques mètres du rivage de la plage de Boucan Canot. Le mercredi 6 juillet, c'est un jeune surfeur qui avait été attaqué à Saint-Gilles-les-Bains. Il s'en sortait sain et sauf avec une partie de sa planche arrachée. Le mercredi 15 juin, un bodyboarder, Eddy Auber, avait été tué au large de Ti Boucan. Ce drame s'était produit à la tombée de la nuit après une période de fortes pluies ayant entraîné une pollution des eaux.

 Le 19 février, un touriste, arrivé le jour même à La Réunion, avait été attaqué par un squale au large de Grand Fond. Le vacancier a eu la vie sauve mais  la jambe sectionnée. Les faits s'étaient produits à la tombée de la nuit dans une eau trouble.


Avant cette dramatique série, il n'y avait plus eu d'attaque de requin depuis celle d'un surfeur le 27 mars 2010 sur le spot du Butor à Saint-Benoît. L'homme s'en était sorti avec quelques égratignures et une planche déchiquetée.

 

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !