Thierry Robert autorise la pêche aux requins à Saint-Leu :

Sea Shepherd, l'ASPAS et Longitude 181 déposent un recours contre l'arrêté


Publié / Actualisé
Dans un communiqué, les associations Sea Shepherd, l'ASPAS et Longitude 181 ont annoncé leur intention de déposer un recours en référé suspension ce mardi 21 mai au tribunal administratif contre l'arrêté de Thierry Robert. Le député-maire de Saint-Leu a, en effet, autorisé la pêche aux requins sur le littoral de sa commune. Les associations estiment que cet arrêté est "emprunt d'illégalité". Elles demandent une "réparation pécuniaire conséquente pour chaque requin pêché illégalement dans l'espace protégé de la réserve marine de La Réunion". Nous publions le communiqué ci-dessous. (photo archives Emmanuel Grondin)
Dans un communiqué, les associations Sea Shepherd, l'ASPAS et Longitude 181 ont annoncé leur intention de déposer un recours en référé suspension ce mardi 21 mai au tribunal administratif contre l'arrêté de Thierry Robert. Le député-maire de Saint-Leu a, en effet, autorisé la pêche aux requins sur le littoral de sa commune. Les associations estiment que cet arrêté est "emprunt d'illégalité". Elles demandent une "réparation pécuniaire conséquente pour chaque requin pêché illégalement dans l'espace protégé de la réserve marine de La Réunion". Nous publions le communiqué ci-dessous. (photo archives Emmanuel Grondin)

"L'escalade et la surenchère sont à l'oeuvre dans les prises de paroles et de positions des différents responsables politiques réunionnais au sujet de la gestion de la crise requin à La Réunion.

A partir de concepts basés sur des conjectures nous voyons naître une communication dont les éléments de langages sont : "la nécessaire pêche raisonnée des requins trop nombreux et plus agressifs que par le passé pour un retour à l'équilibre".

La député maire de Saint-Leu va jusqu'à qualifier cette espèce d'"hautement nuisible" pour l'Homme. Se faisant il décide de façon unilatérale d'organiser une campagne de pêche aux requins bouledogues sur le territoire maritime de sa commune, hors ce territoire appartient entièrement à celui de la réserve marine de la réunion (hormis le port de Saint-Leu).

Cet arrêté est emprunt d'illégalité sur de nombreux points. Aussi nos associations déposeront dès mardi matin auprès du tribunal administratif de la Réunion un recours en référé suspension. Nous avons entre autre, la ferme intention de demander une réparation pécuniaire conséquente pour chaque requin pêché illégalement dans l'espace protégé de la réserve marine de La Réunion.

Il semble évident que l'argent public que Monsieur Thierry Robert s'apprête à dilapider de manière illégale serait bien mieux employé à améliorer le traitement des eaux usées et pluviales sur sa commune. En effet l'état de délabrement de ses réseaux et les pollutions qu'ils provoquent régulièrement dans le littoral saint-leusien, est sans aucun doute bien plus responsable des accidents entre humains et requins sur cette commune que les requins eux mêmes ou encore que la réserve nationale marine".

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !