Attaque de squale à l'Etang-Salé (actualisé à 21h) :

La jambe sectionnée par un requin, un jeune homme est entre la vie et la mort


Publié / Actualisé
Un jeune homme a été attaqué par un requin à l'Étang-Salé peu après 16 heures ce samedi 26 octobre 2013. Tanguy, 23 ans, a eu la jambe droite sectionnée au niveau de la cuisse. Il a été chargé par le squale alors qu'il se trouvait à une quinzaine de mètres du bord au niveau du Tournant - Ravine Mula. Des témoins l'ont secouru et ont alerté les pompiers. Ils ont pu pratiquer un point de compression sur la jambe du malheureux en attendant les secours. Le jeune homme a ensuite été médicalisé sur place avant d'être évacué vers le centre hospitalier de Saint-Pierre. Dans un communiqué publié vers 19 heures, la préfecture note que le pronostic vital de la victime est engagé. Le drame s'est produit à 300 mètres de la plage surveillée par les maîtres nageurs sauveteurs, dans une zone interdite à la baignade. (Notre photo - Peu après l'attaque du squale sur le jeune homme)
Un jeune homme a été attaqué par un requin à l'Étang-Salé peu après 16 heures ce samedi 26 octobre 2013. Tanguy, 23 ans, a eu la jambe droite sectionnée au niveau de la cuisse. Il a été chargé par le squale alors qu'il se trouvait à une quinzaine de mètres du bord au niveau du Tournant - Ravine Mula. Des témoins l'ont secouru et ont alerté les pompiers. Ils ont pu pratiquer un point de compression sur la jambe du malheureux en attendant les secours. Le jeune homme a ensuite été médicalisé sur place avant d'être évacué vers le centre hospitalier de Saint-Pierre. Dans un communiqué publié vers 19 heures, la préfecture note que le pronostic vital de la victime est engagé. Le drame s'est produit à 300 mètres de la plage surveillée par les maîtres nageurs sauveteurs, dans une zone interdite à la baignade. (Notre photo - Peu après l'attaque du squale sur le jeune homme)

Dans son communiqué, la préfecture note que "la procédure post-attaque telle que prévue dans le dispositif réunionnais de gestion du risque requins est engagée". Plusieurs navires de pêche professionnelle de l'Etang-Salé sont ainsi en cours de mobilisation "pour engager la procédure post-attaque". Ce dispositif, souligne la préfecture, "prévoit la réalisation d’opérations de pêche ciblées aux alentours immédiats du lieux de l’attaque". Le préfet termine son communiqué en soulignant : "la plus grande prudence est à nouveau recommandée à l’ensemble des pratiquants. Le risque zéro n’existe pas, y compris lorsque ces activités se pratiquent dans des zones surveillées".

C'est la troisième attaque de squale sur l'homme recensée cette année à la Réunion. La dernière remonte au 15 juillet, une jeune fille avait alors été tuée dans la baie de Saint-Paul alors qu'elle se baignait à quelques mètres du bord

A la suite de ce drame, le préfet avait pris le 26 juillet 2013 un arrêté interdisant la baignade, le surf et le bodyboard hors du lagon, des espaces aménagés et des zones surveillées. Le 27 septembre 2013, il avait renforcé cette interdiction en l'élargissant au bodysurf, au longboard et au paddle. Cet arrêté est en vigueur jusqu'au 15 février 2014.

En l'espace de deux années - et en tenant compte du drame de ce samedi -, douze attaques de requins, dont cinq mortelles, ont eu lieu à La Réunion. Au début de ce mois de septembre, un squale est arrivé à proximité immédiate d'enfants qui étaient sur le sable près du débarcadère de Saint-Paul. L'animal a été vu alors qu'il était dans quelques centimètres d'eau. Les enfants n'ont pas été blessés. Quelques jours plus tard, le dimanche 15 septembre un chien a été dévoré par un squale sous les yeux de sa maîtresse au bord de la plage de Saint-Paul. Le chien avait déjà posé les pattes sur le sable noir lorsqu'il a été rattrapé par le requin.

www.ipreunion.com

   

10 Commentaire(s)

Alcibiade, Posté
Pour une parfaite édification de Saeron, personne à La Réunion ne veut exterminer les requins, chose qui serait d'ailleurs quasiment irréalisable, en revanche, il est du devoir des pouvoirs publics d'assurer la sécurité des personnes sur des sites - les plages, les spots de surf - qui sont depuis longtemps fréquentés par les familles et la jeunesse de La Réunion, qui aiment et respectent dans leur grande majorité la nature et l'environnement. En métropole on s'émeut publiquement de ce que des moutons et des chevaux sont tués par des loups, qui sont en conséquence chassés ; à La Réunion, des gens qui ont perdu tout sens commun et pour certains toute humanité, fanatisés qu'ils sont par leur adhésion à un écologisme synonyme de mépris pour l'être humain, font des requins, prédateurs opportunistes, le symbole d'un nouvel obscurantisme. Il faudrait se sacrifier, se laisser bouffer pour rendre grâce à une Nature divinisée à la sauce des lapins crétins. Les requins et autres prédateurs ont toute leur place dans la nature, mais à distance des activités humaines. Et les citoyens français de La Réunion ont le droit de vivre en sécurité, n'en déplaise à ceux qui trouvent leur bonheur à se frotter aux requins. Qu'ils le fassent, mais au large. Qu'attendent donc les Dérand, Sarrano et consorts pour aller faire trempette en baie de Saint-Paul, ou à Etang-Salé, quitte à attendre le temps qu'il faut pour rencontrer leurs bestioles préférées… Enfin, M.Saeron, un adolescent ne peut être comparé à des animaux d'élevage, à du bétail, ou à une quelconque autre bête, c'est un être humain. Le seul fait que vous mettiez sa vie en balance avec celle des animaux de ferme ou du bétail pourrait vous valoir de sérieux problèmes avec les parents, proches et amis du jeune Tanguy, qui lutte contre la mort sur un lit d'hôpital. Tiendriez-vous le même discours si à la place de Tanguy c'était un membre de votre famille qui venait d'être amputé ? Oseriez-vous seulement écrire de la sorte si vous ne vous cachiez point derrière un confortable anonymat ? L'usage de pseudos impose un brin de pudeur et de respect des personnes pour demeurer un fait de liberté d'expression et non point la signature d'un corbeau.
Strange, Posté
je souhaite beacoup de courage au jeune homme et à sa famille. Il est grand temps de rendre la mer aux réunionnais. Merci au préfet d'y penser
Saeron, Posté
Je fais parti d'après le commentaire d'Alcibiade de ces "braves hommes" qui trouve ça normal, enfin.. presque..

Evidemment qu'un estropié ou un mort de plus, on ne peut trouver ça normal, ça ne fait plaisir à personne, autant pour les proches, que pour la réputation de la Réunion, que pour son tourisme.
Mais pourquoi l'Homme devrait t'il exterminer une espèce de plus ? Une espèce qui est des plus importante dans la chaîne alimentaire marine ? Pourquoi l'homme doit elle encore et encore tout prendre, tout détruire, tout développer en dépit des autres espèces ?
Hier la terre, aujourd'hui la mer et demain ça sera quoi ? Une campagne d'extermination des oiseaux puisqu'ils abîment nos moments ?
Je suis évidemment contre ces campagnes anti-requins, ce n'est pas au requin d'apprendre à vivre loins de nos côte, mais à nous, Homme de faire de notre possible pour les repousser sans les attaquer. Nos avancées technologiques ne serait là que pour le profit humain oubliant que nous sommes pas les seuls sur cette planète ?
Un adolescent est peut-être encore en train de mourir.. Mais combien de poule, de vache, d'agneau, de porc, de sardine, de thon sont déjà mort pour assurer ça survie ? Devrions nous ajouter à ces massacres une espèces de plus ? Aujourd'hui plus qu'un sujet de vengeance, c'est un sujet de spécisme.
Frijole, Posté
je ne suis pas adepte de toutes activités de la plage, mais je comprend bien que les gens qui fréquentent sont menacés par les requins qui à mon avis sont trop protégés; et politiquement parlant, la Réunion appartiendrait-elle à la préfecture? Je soutien à ma manière cet homme et sa famille; et toutes les victimes de la nature;
Ah, Posté
si près du bord c'est flippant !
bon courage au blessé.
Ursula, Posté
C'est une horreur pour ce jeune et sa famille, mais pourquoi est-il parti se mettre à l'eau la bas. On sait que c'est dangereux, combien faudra-t-il de drame pour que les gens comprennent que la mer est infestée de requins et qu'il ne faut plus y mettre un pied ! S'il vous plaît respectez les interdictions, arrêtez de jouer avec votre vie
Alcibiade, Posté
De toute évidence, la peau d'un Réunionnais ne vaut pas celle d'un mouton ou d'un cheval métropolitain… Et le pire c'est qu'il y a beaucoup de gens à La Réunion qui en sont convaincus et trouvent ça normal, au vu des réactions systématiquement avancées sur les divers médias de l'île suite à chaque drame, à chaque attaque de requin, mortelle ou pas. Au début les "surfers" étaient coupables, selon les fanatiques de l'écologisme, puis il y a eu des baigneurs, dont une adolescente… et toujours autant de braves gens pour trouver ça normal, et pour cause ces victimes-là sont folles au point de se baigner, d'empiéter sur des eaux qui ont la propriété exclusive de rares requins en voie de disparition, pauvres bêtes qui en plus se tromperaient de proie mettant leur santé en cause peut-être… Et l'Etat, son représentant le Préfet, ne bronchent pas de crainte de fâcher les alliés écolos du gouvernement et quelques associations de khmers verts… A quand le prochain mort, ou le prochain estropié ? A quand une attaque dans le lagon de Saint-Leu où une large passe et une profondeur d'eau suffisante rendent la chose possible ? A quand un enfant victime d'un gentil requin égaré et étourdi ? Quand une société n'est plus capable de garantir la sécurité des populations, quand des responsables publics sont à ce point indifférents à la réalité qui se complaisent dans l'agitation d'idées creuses, de valeurs frelatées et de principes vides de sens, on se rapproche gravement de réactions extrêmes. L'incompétence et l'irresponsabilité des représentants de l'Etat, la pusillanimité des élus du peuple dépassent les limites du supportable.
Justine, Posté
Vraiment désolée pour ce jeune homme, j'espère qu'il va vite se rétablir
Midan, Posté
Libérer la pêche au requin bouledogue autour de l'île!
La reunion. , Posté
Encore un accident arrivé a cause de l'imprudence et du non respect de la loi. Ce jeune a malheureusement perdu sa jambe. Mais heureusement pas la vie. Ces accidents a répétition devraient servir d'exemple. Mais un vieil adage dit : ça ne peut pas m'arriver. Ça n'arrive qu'aux autres. Ce n'est malheureusement pas vrai.