Un bodysurfeur attaqué par un requin :

Son pronostic vital est toujours engagé


Publié / Actualisé
Au lendemain de l'attaque, qui a eu lieu ce samedi 26 octobre 2013, les circonstances du drame s'éclaircissent. La victime est un jeune de l'Etang-Salé, habitué du spot du Tournant. Tanguy, adepte de bodysurf, a eu la jambe arrachée par un squale alors qu'il se baignait avec un dalon. Il a été secouru par ses camarades, et a été rapidement pris en charge par les secours. Médicalisé sur place, le jeune homme a été transporté au plus vite vers l'hôpital de Saint-Pierre. Sorti du bloc opératoire samedi soir, la victime est toujours entre la vie et la mort. Le jeune homme est placé sous surveillance médicale pendant 48 heures.
Au lendemain de l'attaque, qui a eu lieu ce samedi 26 octobre 2013, les circonstances du drame s'éclaircissent. La victime est un jeune de l'Etang-Salé, habitué du spot du Tournant. Tanguy, adepte de bodysurf, a eu la jambe arrachée par un squale alors qu'il se baignait avec un dalon. Il a été secouru par ses camarades, et a été rapidement pris en charge par les secours. Médicalisé sur place, le jeune homme a été transporté au plus vite vers l'hôpital de Saint-Pierre. Sorti du bloc opératoire samedi soir, la victime est toujours entre la vie et la mort. Le jeune homme est placé sous surveillance médicale pendant 48 heures.

Tanguy est un jeune de l’Etang-Salé comme un autre. Agé d'une vingtaine d'années, il aime trainer à la plage avec ses amis, sa mère ou sa copine, et se baigner de temps en temps. Ce samedi après-midi, tous sont au bord du spot du Tournant, près du pont Mula, un endroit interdit à la baignade, mais situé tout près d’une zone surveillée par les MNS. Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls, la plage aussi est appréciée des surfeurs.

Malgré le drapeau orange, les énormes vagues donnent envie au jeune homme et à ses dalons de faire du bodysurf. Tanguy est un adepte de ce sport, à mi-chemin entre la baignade et le surf : il n’y a pas de planche, c’est le corps qui glisse sur les vagues. A partir de 15 heures, le temps se couvre petit à petit, et l’eau devient trouble. Des surfeurs commencent à sortir de l’eau, ils se méfient de ses conditions.

Vers 16 heures, Tanguy et son ami partent se baigner une dernière fois, malgré la houle. Peu après, c’est le drame : il se fait happer par le requin. Son ami le voit disparaître dans l’eau, entrainé par le squale. Le dalon s’agite, ramène tant bien que mal Tanguy vers le rivage. Des témoins et des sauveteurs alertés par les gestes constatent les dégâts : sa jambe a été arrachée jusqu’au niveau de l’aine. Ils tentent de lui pratiquer un garrot.

Il est environ 16h30, quand les maîtres sauveteurs nageurs évacuent au plus vite la plage de l’Etang-Salé. Les pompiers, les forces de l’ordre et le SMUR arrivent rapidement au bord de la plage pour porter secours au jeune homme et pratiquer les premiers soins. Pendant ce temps, les plagistes creusent une digue pour éviter que la mer ne perturbe les opérations.

Un hélicoptère est dépêché pour une reconnaissance, et pour éventuellement transporter la victime vers le CHU de Saint-Denis. Finalement, après plus d'une demi-heure de soins, la victime sera transportée par voie terrestre vers l’hôpital de Saint-Pierre par les pompiers, escortés de deux motards pour ouvrir la voie. Sa mère est sous le choc, sa compagne fond en larme. Il est opéré dans la soirée, son pronostic vital est engagé. Tanguy est placé sur surveillance médicale pendant 48 heures.

C'est la troisième attaque de requin sur l'homme cette année. La dernière remonte au 15 juillet, Sarah, une jeune fille de 15 ans, avait alors été tuée dans la baie de Saint-Paul alors qu'elle se baignait à quelques mètres du bord. Depuis, le préfet avait pris le 26 juillet 2013 un arrêté interdisant la baignade, le surf et le bodyboard hors du lagon, des espaces aménagés et des zones surveillées. Le 27 septembre 2013, il avait renforcé cette interdiction en l'élargissant au bodysurf, au longboard et au paddle. En l'espace de deux années - et en tenant compte du drame de ce samedi -, douze attaques de requins, dont cinq mortelles, ont eu lieu à La Réunion.

   

2 Commentaire(s)

Choune13, Posté
C'est toujours la faute aux imprudents, c'est interdit... pourquoi y allé. J'espère sincèrement que ce jeune homme s'es sort.
Mina, Posté
Beaucoup de tristesse pour ce jeune homme qui s en sortira j espère mais pourquoi vouloir tenter le diable alors que les conditions ( eaux troubles , houle ) étaient plus que mauvaises