L'organisme ne maîtrise pas tout à fait la réglementation actuelle... :

Les requins sont à l'ouest, l'IRT aussi


Publié / Actualisé
Lors d'une précédente enquête, Imaz Press avait constaté le manque d'information flagrant concernant le risque requin à La Réunion régnant chez les agences de voyage métropolitaines. Deux jours après l'attaque d'un baigneur à l'Etang-Salé, c'est cette fois au sein de l'IRT (Ile de la Réunion Tourisme) - interrogé anonymement par Radio Festival - qu'apparaissent au grand jour lacunes, imprécisions et erreurs en tout genre. Un comble pour l'organisme chargé d'assurer la promotion touristique de l'île.
Lors d'une précédente enquête, Imaz Press avait constaté le manque d'information flagrant concernant le risque requin à La Réunion régnant chez les agences de voyage métropolitaines. Deux jours après l'attaque d'un baigneur à l'Etang-Salé, c'est cette fois au sein de l'IRT (Ile de la Réunion Tourisme) - interrogé anonymement par Radio Festival - qu'apparaissent au grand jour lacunes, imprécisions et erreurs en tout genre. Un comble pour l'organisme chargé d'assurer la promotion touristique de l'île.

En tant que promoteur et vecteur de l’image de La Réunion, on pouvait légitimement croire que l’IRT était au fait de l’actualité concernant le problème requin et la législation en vigueur sur le littoral de l’île. Mais après un coup de téléphone d’une journaliste de Radio Festival au numéro azur "conseils et réservation" (0810.160.000), on ne peut que constater l’amateurisme régnant au sein de la structure sur cette question.

"Je vous appelle de métropole car j’ai entendu qu’il y avait eu une attaque de requin et je me demande si ça vaut la peine de venir...", débute la journaliste, se faisant passer pour une touriste lambda. Après quelques minutes d’attente, la voici en contact avec le service communication de l’IRT.

"Est-ce que je peux me baigner ?", interroge-t-elle. "A l’Ermitage, oui bien sûr", lui répond l’interlocutrice de l’IRT, une première réponse somme toute très partielle. "Enfin quand je dis l’Ermitage, je veux dire toute la zone ouest, l’Ermitage, mais aussi la Saline, Saint-Leu... Là ce n’est pas risqué", corrige-t-elle.

Il n’est ainsi jamais fait mention du lagon, des zones surveillées, où la baignade et les activités nautiques sont effectivement autorisées, et des autres zones où cela est interdit, y compris dans l’ouest...

"Il n’y a pas eu une attaque aux Roches Noires ?", demande la fausse touriste quelque peu renseignée. "Oui, il y en a eu mais... Euh... Ne quittez pas", la laisse-t-on avec ses interrogations.

Vient ensuite la question du surf. "J’ai un fils qui aime le surf, qu’est-ce que je dois lui dire ? Vous déconseillez ?", questionne la journaliste. "Ah... c’est une bonne question, je ne sais pas... Heu... Ne quittez pas", répond une nouvelle fois l’employée de l’IRT, visiblement embarrassée.

La réponse tombe au bout de quelques minutes supplémentaires d’attente : "J’ai vu avec mes collègues, apparemment (sic) c’est interdit de surfer à La Réunion." Là encore, la mention hors lagon et des zones surveillées est totalement ignorée, même si dans les faits effectivement il est aujourd’hui très compliqué de surfer légalement sur l’île.

Il semble donc qu’à l’IRT la réglementation en vigueur ne soit pas vraiment maîtrisée... "Jusqu’à quand le surf est-il interdit ? C’est un arrêté préfectoral ?", demande la journaliste. "Je ne sais pas, c’est sûrement jusqu’à nouvel ordre... C’est un arrêté municipal je crois...", lui affirme-t-on, sans savoir que c’est bien un arrêté préfectoral, et que celui-ci a été prolongé le 1er octobre dernier jusqu’au 15 février 2014...

www.ipreunion.com

   

15 Commentaire(s)

Philoo, Posté
Eh oui encore un problème de formation, on met des personnes incompétentes à l'IRT, c'est générale malheusement. On saut combien il y a des gens bien formé ici sur l'ïle, alors arrêtons les pistons!
Manu, Posté
bravo tsek, bien vu ! mettez du personnel compétent à des postes stratégiques tels que l'accueil ( physique ou téléphonique ) .....quand même.....c'est du basique...on sait bien que c'est l'accueil qui est le premier contact de l'interlocuteur....aucune excuse ici pour l'IRT ! au fait....y a t'il des professionnels qualifiés dans cette boîte ?
Johan, Posté
surfer dans le lagon et les zones surveillés ? MDRRR band comique !!!!!
Non madame , cela fait 50 ans que l'on pratique le surf à la Réunion mais depuis la reserve c fini , n'aller pas vous faire tuer , vous pourrez vous faire insulter en plus, par la population locale le jour de votre mort ... oui oui, sinon bien venu a la réunion ... Si vous voulez vous baigner ALLEZ plutot aux antilles Labas, les antillais ne laisseraient jamais de requins gaché la baignade et il n'y a pas que les blancs qui surfent labas ..
Primo, Posté
et ils sont où, les responsables de l'irt? devinez... aux Seychelles! et il est où, le responsable de la communication de crise de l'irt? (supprimé pour prise à partie - webmaster ipreunion.com). nou lé sauvé!
Tarteàlacrème, Posté
Le service "conseils et réservations" de l'IRT c'est celui qui répond directement aux clients.
C'est donc celui qui peut faire basculer une décision de voyage.
C'est là où la méthodologie suivante doit être appliquée :
- être bien informé soi-même
- répondre directement au client sans le faire patienter
- dire toute la vérité mais sans la dramatiser outre mesure
- insister sur les points positifs

Devant l'attitude rapportée par les journalistes de Radio Festival, le client ne vient pas.
Le summum de l'incompétence : "Je ne sais pas, c’est sûrement jusqu’à nouvel ordre... C’est un arrêté municipal je crois..."
Dans la même phrase les deux expressions qui tuent : "je ne sais pas' et "je crois"

J'ai une amie dans la publicité. Publicité touristique et gastronomique. Elle a envoyée des touristes dans des endroits comme Antigua-et-Barbuda, La Barbade, Cuba, La Dominique, La Lituanie, La Lettonie, Maurice, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les Grenadines et plein d'autres.
Quand elle a contacté IRT, hôtels, restaurants et autres sociétés de production de produits pays, aucun retour.

Le tourisme fonctionne très mal à La Réunion et depuis très longtemps, on sait maintenant pourquoi.
Tsek, Posté
il serait intéressant que quelqu'un ouvre le dossier des compétences des personnes qui ont été recrutées à l'IRT. On s'apercevrait ainsi qu'en plus de recruter des proches, les ressources humaines ne prennent pas en compte les diplômes dans le domaine du tourisme. Qui ouvrira le dossier ?
Rizotto, Posté
Médiocrité ambiante à tout les étages ...
Chefdentreprisealareunion, Posté
Heureusement que les métropolitains ont une bonne image touristique de nos département d'outremer et de l'île de La Réunion en particulier. Car rien est vraiment bien fait pour vendre et mettre notre île en valeur. Je pense que nos élus et responsables touristiques... s'en mettent plein de poche + des voyages sympas avec les sous de la Collectivité, c'est à dire avec nos sous. Çà me semble être une solide vérité. Quel est le budget de ces organismes et leurs co-associations? Combien de salariés travaillent à temps complet? Quels sont les émoluments des élus ou responsables et pour combien d'heures effectuées. Quel est le budget réellement investi en publicité, reportages ou films 1) diffusés dans notre département, 2) diffusés dans la zone océan indien, 3) diffusé en métropole, 4) diffusé en Europe, 5) diffusé dans le reste du Monde. Espérant avoir quelques réactions et chiffres utiles au plus grands nombre d'entre nous. Bernard
La banane, Posté
Contrairement à ce que nos organismes publics divers peuvent le laisser croire, il existe un tas de réunionnais travailleurs, compétents, sérieux. Le problème c'est qu'ils n'ont pas de travail ceux-là. Une île qui ne fonctionne qu'au copinage et où les qualités professionneles ne sont pas un critère pour obtenir "in bon plass travay" va dans le mur, ou y est déjà. Réyoné i fo lévé !
Irt , Posté
Mais depuis combien de temps l'IRT trompe son monde ,à part se déplacer dans les salons et rouler les f..... en Europe et dans l'océan indien. L'IRT est un grand garage ou on place les amis et autres le temps d'une mandature pour service rendue au maître de la Région
Danyboy973, Posté
Bonjour a Christian qui est sans doute une personne très sympathique et indulgent mais est-ce que l'indulgence est un argument raisonnable vis à vis des touristes (métropolitains et autres du reste du monde) qui vont dépenser une partie de leurs économies pour venir passer quelques jours ou semaines à la Réunion en croyant pouvoir y surfer ?
Bien sûr que non : il s'agit de professionnalisme et de transparence afin que chacun sache qu'aujourd'hui la Réunion comporte des contraintes en ce qui concerne l'accès à la mer.
Sans une information honnête vers, au minimum tous les pays européens, la Réunion va vite avoir à faire face à des critiques commercialement dommageables pour l'avenir.
Toutes les agences doivent passer l'info de la situation réelle sans catastrophisme mais avec rigueur et surtout sans dissimulation comme cela ressort du dialogue de la journaliste avec l'IRT.
M'fleur, Posté
Le risque requin existe. Il faut informer correctement les touristes, pour leur sécurité... Tuer les requins n'est pas une solution responsable.
Evy, Posté
je pense que nous savons tous ou aller nous baigner ou pas,nous savons que mis a part le lagons on risque nos vies,le surf et tout ces sports que j'adore ne peuvent plus ce pratiquer ici c'est d,evenu trop dangereux,la chasse aux requins je suis contre, il y a un très gros problème écologique pour les requins se rapproche autant des cotes et qu'il nous attaquent alors traitons ce problème bougeons,a la place de faire une chasse qui ne servira a rien...
Christian , Posté
Bonjour ce n'est pas cet Article qui fera avancer les choses Pourquoi critiquer un organisme qui est (certes avec des imperfections ) chargé de promouvoir notre Tourisme !!! donc de l'emploi pour notre île
ce n'est peut être que cette jeune employée au standard !!! qui n'est pas au fait de la réglementation
de l'indulgence SVP !!!
bonne journée
Urpils, Posté
Eh oui, un vrai problème de formation ! La promotion touristique de l'île ce n'est pas que des belles images et des samoussas que des jolies filles distribuent sur les salons. C'est aussi une solide formation du personnel d'accueil en communication de crise, en communication tout court, en psychologie et en culture générale. Fermez le ban.