Tribune libre :

"Rend a nou la mer, rend a nou La Réunion" appelle à manifester le dimanche 8 décembre


Publié / Actualisé
En plus du drame humain, l'ile de la Réunion subit un véritable désastre économique, écologique et identitaire, nous avons perdu le droit d'accès à la mer. Comment peut on imaginer une ile sans la mer.
En plus du drame humain, l'ile de la Réunion subit un véritable désastre économique, écologique et identitaire, nous avons perdu le droit d'accès à la mer. Comment peut on imaginer une ile sans la mer.

Face à une crise requin qui tue la Réunion à petit feu, et qui concerne désormais tous les Réunionnais, et face à l’issue incertaine qui nous est proposée par les pouvoirs publics, si nous ne réagissons pas rapidement, nous courrons au désastre. Les usagers de la mer, les pêcheurs, les surfeurs, les baigneurs, les commerçants, les responsables économiques, les associations sportives, et organisations diverses vous appellent à se joindre à eux, dans un grand rassemblement "Rend A nou la mer, rend a nou La Réunion" dimanche 8 décembre 2013, devant le débarcadère de Saint-Paul à 14h30.

Cette crise n’est pas une fatalité. C’est la plus grossière erreur écologique que nous ayons dû subir. Cette situation, impactant de plein fouet notre ile, est malheureusement le résultat d’un manque de réponses des autorités face à la problématique "bouledogue".

Le collectif a pour vocation de rassembler les Réunionnais, pour défendre leur île et leurs droits. La Réunion ne doit pas nous être interdite, il faut trouver des solutions durables, et les mettre en oeuvre.

Nous voulons montrer aux autorités que la population réunionnaise ne veut plus subir, et qu’elle se sent concernée.

- Nous souhaitons que l’État tienne ses engagements notamment la reprise immédiate du programme Ciguatera avec les moyens nécessaires pour une conclusion rapide, afin de permettre une véritable relance de la pêche artisanale. Sans l’autorisation de vendre il n’y a pas de pêche.

- Nous souhaitons que la levée de l’arrêté d’interdiction d’accès à la mer soit définitif.

- Nous ne voulons plus que les scientifiques soient juges et parties.

Nous voulons également :

- que les véritables acteurs de la vie économique et sociale du littoral fassent partie intégrante des groupes de réflexion et de discussions sur la réserve marine.

- une réelle parité dans les commissions, ainsi qu’un véritable pouvoir décisionnel, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

- que soient étudiées et proposées des adaptations de la règlementation de la réserve marine et du parc des hauts, compatible avec les spécificités culturelles des Réunionnais.

   

2 Commentaire(s)

Stéphanie, Posté
Avant les surfeurs disaient , c'est irresponsable que le prefet laisse les gens aller à l'eau.
Aujoursdh'ui les surfeurs disent, c'est irresponsable que le prefet ne laisse pas les gens aller à l'eau.

.......Tout leur est bon pour manipuler l'opinion. Comme si c'était la seule chose mise en place pour contrer le risque requin.

....et puis aller dans l'eau, prenez le risque de vous faire bouffer, pourvu que nous on puisse se faire du fric en vous vendant du matos!
La cmac qui est anticapitaliste roule dans une affaire de fric et de manip pareil...ça me dépasse.
Comment casser l'image de la cmac qui était si positive! revéille a zot!
Raphio, Posté
C'est vrai qu'en Australie ça fait 2 surfeurs morts au moins ce mois ci à cause des requins et ils en font pas tout un plat...