Rassemblement du collectif "Rend a nou la mer" à Saint-Paul :

Une union contre la crise requin


Publié / Actualisé
Près de 300 personnes se sont réunies ce dimanche 8 décembre 2013 à Saint-Paul pour lutter contre la crise requin. L'appel a été lancé par le nouveau collectif Rend a nou la mer, rend a nou la Réunion. Le rassemblement a eu lieu sur le débarcadère de la ville, sur la nouvelle place du peuplement de la Réunion. De nombreuses associations qui représentent - ou non - les usagers de la mer étaient présentes à cette occasion. Les discours, qui ont été prononcés par les différents responsables, tendent tous vers le même message : rendre hommage aux victimes, militer pour l'accès à la mer et à la pêche, et réguler les requins bouledogues. La manifestation, plutôt bon enfant dans l'ensemble, a été peu perturbée.
Près de 300 personnes se sont réunies ce dimanche 8 décembre 2013 à Saint-Paul pour lutter contre la crise requin. L'appel a été lancé par le nouveau collectif Rend a nou la mer, rend a nou la Réunion. Le rassemblement a eu lieu sur le débarcadère de la ville, sur la nouvelle place du peuplement de la Réunion. De nombreuses associations qui représentent - ou non - les usagers de la mer étaient présentes à cette occasion. Les discours, qui ont été prononcés par les différents responsables, tendent tous vers le même message : rendre hommage aux victimes, militer pour l'accès à la mer et à la pêche, et réguler les requins bouledogues. La manifestation, plutôt bon enfant dans l'ensemble, a été peu perturbée.

C’est un casting trois étoiles qui était présent ce dimanche à Saint-Paul. Presque tous les acteurs connus de la crise requin étaient réunis sur le débarcadère : les associations des usagers de la mer comme Océan prévention réunion, Prévention requin réunion, Protégez nos enfants, mais aussi les jeunes saint-paulois de Mobiliz’@ction, le Collectif pour le maintien des activités au cœur de la Réunion et l’association départementale de défense des intérêts patrimoniaux… Tous étaient sur la nouvelle place du peuplement de La Réunion, même le Medef Réunion. Toutes ces personnes réunies sous le slogan " Rend a nou la mer, rend a nou la Réunion. "

Près de 300 personnes ont répondu à l’appel : des usagers de la mer aux parents venus avec leurs enfants en passant par de simples curieux. Tous se sont rendus à partir de 14 heures sur le front de mer pour ce rassemblement. La musique est là pour accueillir les curieux, et les pancartes sont aussi présentes en quantité : "Rekin manz zenfan la Réunion", "Tout ça pour 3 poissons", "Oui à l’écologie, non à l’idéologie", "Ni cobaye, ni martyr", "Traditions bafouées, allons pêcher", "Les requins dans mon assiette", "Réunion en péril", "Réunionnais on nous ment", " Le boulboul c’est miam miam "… L’ambiance se veut détendue, et l’artiste Jace est présent pour faire un graff représentant un requin voulant mordre un homme. Un trou est même prévu dans la toile pour prendre la place de la victime.

La manifestation a souhaité également rendre hommage aux victimes des attaques de requin. Une minute de silence a été respectée en leur honneur, alors qu’une pancarte rappelait les prénoms des personnes impliquées dans différents drames : "n’oublions pas Eric, Eddy, Mathieu, Alex, Fabien, Stéphane, Sarah." Une collecte a d’ailleurs été organisée pour soutenir Tanguy, le jeune homme qui s’est fait mordre la jambe par un squale en octobre dernier alors qu’il se baignait à l’Etang-Salé. La fête et l’émotion ont rapidement laissé place aux interventions des différents représentants.

Vincent, l’animateur qui a parlé au nom du collectif, a tenu en premier le micro pour parler d’un " rassemblement historique. " Il a souligné que cette manifestation a pour but de "lancer un cri d’alerte" dans une situation urgente. Le collectif s’est félicité de voir tous ces responsables et acteurs réunis, "c’est une première".

Brigitte, une mère de famille, a ensuite pris la parole. Celle qui a été présentée comme "utilisatrice de la mer", a rappelé qu’elle a un "problème avec les bouledogues, pas avec les requins." L’autre problème de Brigitte, c’est l’avenir de ses enfants : "comment éduquer mes enfants en leur enlever la mer et la montagne ?" "Je n’ai pas envie que mes enfants me demandent pourquoi je n’ai pas agi", a déclaré cette "amoureuse de la Réunion."

Hugues a pris le relais. Ce pêcheur, qui ne représente aucun syndicat officiel, a livré son point de vue. Selon lui, la réserve marine a "désorganisé la pêche" et se trouve être la "première responsable" de la crise requin, en faisant du lagon une "réserve de bouffe pour les squales." Ce marin expérimenté a appelé les autorités à respecter leur engagement de pêcher 90 requins.

Virginie est montée sur scène à son tour. Cette responsable de Mobiliz’@ction s’est félicitée que les "créoles sont capables de se rassembler pour trouver une solution, sans émeutes et sans casse." Malheureusement, peu de temps après quelques voix dans le public ont commencé à perturber le déroulement des interventions. La chanson de Maximilien Grondin, applaudie par la foule, n’a pas été suffisante pour calmer les quelques perturbateurs présents dans la foule.

C’est donc sous les sifflets d’une petite partie du public que Yann de Prince a commencé son discours. Le président du Médef Réunion a rappelé que cela fait "2 ans que les associations crient sans être entendues." Ce dernier pense que la crise requin, "c’est celle de la Réunion", en faisant le parallèle avec les conséquences économiques du chikungunya sur l’île. "L’unité de tous les Réunionnais est plus importante que jamais" a conclu le chef d’entreprise.

Enfin, ce sont les représentants d’OPR, du C-Mac, de PRR et de Protégez nos enfants qui se sont adressés au public tour à tour. Jean-François Nativel, président d’Océan prévention Réunion, et Sylvie Bruno, porte-parole du collecif ont tenu à saluer la mémoire de Nelson Mandela et son combat pour la liberté. Loris Gabarre, de Prévention Réunion requin, a notamment alerté la population sur la situation des lagons, en proie au " piétinement coralien. " Enfin, Vanessa Benhamou, de Protégez nos enfants, a voulu lancer un "ultimatum à l’Etat." Cette mère de famille, porte-parole de l’association, veut "que ça change". Clou du spectacle, un avion a survolé le front de mer avec le slogan et message principal du rassemblement : "Rend a nou la mer."

www.ipreunion.com

   

10 Commentaire(s)

Tuittuit, Posté
Nous communauté de Tuit-Tuit, avons décidé de délivrer la légion d'honneur de la haute croix de la roche écrite à Jean-Pierre Espéret pour son engagement exemplaire en faveur de tout sak li la fé et notamment pour ses commentaires qui font autorité. Nous sommes d'accord avec Jean-Pierre Espéret et vous avez complétement raison, comment n'y avons nous pensez plus tot, si i trappe le gros, fo pa oublie le ti.
Martinebonbois, Posté
@ Sabine Le meddef n'a pas besoin d'attendre que la réglementation du parc ou de la réserve soient aboli car la spoliation pour les gros est déjà prévue...tout est bien calé à ce niveau là. Rassurez vous les riches pourront même faire leur déplacement en hélico de la cote au cœur du parc. Et ma foi je dirai qu'ils ont bien eu raison d'interdire les pêcheurs et autres agriculteurs, nous sommes dans un parc national, classé, il y un standing a respecter tout de même.
Captain igloo, Posté
un certain nombre d'entre vous (ils se reconnaîtront) a pas dû rester longtemps à l'école alors je me permets de vous parler d'un certain charles darwin qui, il y a très longtemps c'est vrai, expliquait que l'homme, il y a encore plus longtemps, avait été un poisson.
je ne sais pas si ça veut dire qu'on est chez nous dans l'eau mais ça explique peut-être pourquoi on a les doigts très légèrement palmés. il paraît aussi qu'un bain dans la mer-mère nous rappelle quelques souvenirs d'enfance.
je comprends que les culs bénis nous expliquent que chacun doit rester à sa place, ça les rassure, mais je m'étonne de voir ce type de propos dans la bouche de ceux qui se prétendent savants. il fut un temps, pas si lointain cette fois, où la science était favorable à l'évolution.
un dernier mot pour revenir sur les propos de Mme Elizéon. est-ce que quelqu'un peut lui expliquer que si les requins n'ont pas d'autre endroit où aller que l'océan, ça leur fait quand même 70% de la planète et qu'ils pourraient peut-être partager avec nous 10% des côtes réunionnaises ? en plus, s'ils sont pas sédentaires mais nomades comme le dit l'IRD, ça devrait pas trop les embêter.
Godzilla, Posté
Le problème, c'est que ces gens-là affirment que la population de bouledogues a augmenté, mais n'en ont aucune preuve. Ils se basent sur des témoignages de chasseurs sous-marins.
Certains parmi ces chasseurs sous-marins affirment que les requins sont devenus agressifs ; mais puisqu'ils en voient beaucoup, comment se fait-ils qu'ils n'aient jamais été attaqués, alors ?
Certains dans "Protégez nos enfants" affirment qu'il y a "des milliers" de bouledogues autour de l'île. Comment ils le savent ? Ils passent leur vie dans l'eau ? Ils les marquent pour être sûrs de ne pas comptabiliser de bouledogues déjà rencontrés ?
Franchement, désolé, je pense surtout qu'on essaie de nous faire avaler une couleuvre ; la manoeuvre est trop grossière, et je ne fais pas confiance aux gens qui tentent de me berner. Je n'ai aucune confiance en ces associations qui agissent par intérêt financier.

Quant à la "pêche de requin traditionnelle" ... Quelle tradition ? C'est le créole de base, avec sa gaulette ou sa barcasse, qui pêchait des bouledogues de 3 mètres et des tigres de 4 mètres, peut-être ??
Pour pêcher de telles bêtes, il faut du matériel qui est largement au-dessus des moyens du créole moyen. C'est surtout une activité pratiquée par une minorité de gros riches. Il faudrait revoir le sens du mot "tradition".
A mon sens, une "tradition" est par définition populaire, ce qui ne peut être le cas pour la pêche aux requins. Par contre, l'utilisation de ce mot a permis à ces gens de "pêcher" un authentique représentant des traditions créoles, Danyel Waro. Dommage pour lui ... Il a bien baissé dans mon estime.

Et les surfeurs ? Certains, à force de brailler devant les autorités en parlant de "responsabilité", ont provoqué l'interdiction de pratiquer leur sport. L'Etat est maintenant tranquille : la prochaine fois qu'un surfeur se fera attaquer, on lui rétorquera qu'il n'avait qu'à respecter la loi.
Alors que demande-t-on aujourd'hui ? Tout simplement que l'Etat fasse machine arrière, autorise de nouveau les surfeurs à mettre leur vie en péril, les y encourage, les couvre. Comme ça à chaque fois le préfet ira au tribunal administratif et les contribuables dédomageront les blessés. Voilà. Tout simplement.
Je vais vous dire : si le préfet fait machine arrière, je n'y comprends plus rien. Et je pense que là les contribuables se lèveront à leur tour et iront manifester devant les (sous-)préfectures. Et croyez-moi il y en aura plus que 200 ou 300, et ça sera plus la même ambiance.

Associations, avec vos 300 pélerins vous prétendez représenter la population ? Moi je n'ai pas besoin de contre-manifestations. Je parle avec mon entourage, les gens parlent avec leur famille, leurs voisins, et dans l'immense majorité, ils disent : "LAISSE LES REQUINS TRANQUILLES, ILS SONT DANS LEUR MILIEU ET NOUS NON ; DES REQUINS IL Y EN PLEIN SUR TERRE, ALORS OCCUPONS-NOUS D'EUX : POLITICIENS CORROMPUS, DELINQUANTS, POLLUEURS, EXPLOITEURS ...".
Continuez de faire vos manifestations, vous finirez par agacer la population et vous la mettre à dos.
Vous avez déjà eu gain de cause : 90 tigres et bouledogues vont être prélevés et les plages vont être équipées de filets.
Un jour il faut savoir s'arrêter.
Jean-pierre espéret, Posté
Bravo Sabine, vous touchez le fond du problème, mais les exactions des gros braconniers ne doivent pas absoudre celles des petits!
Réunionnais, Posté
effectivement il semble que qq personnes extérieures à ttes les asso présentent, soient venu dans un seul but : planter le bordel et déclencher un ralé poussé... instrumentalisés, politiques, depuis 2 ans on commence à doucement cerner ce groupuscule radicaliste et extrémiste, qui dès qu'ils le peuvent; par courrier dans les journaux, par commentaires dans les articles, essaient de montrer les clivages, en dénigrant et en insultant, jusqu'aux commentaires racistes... bref, ils sont débusqués, et n'ont malheureusement pas réussi à mettre la zizanie... cela était pacifique, ce rassemblement concernait TOUS les réunionnais et à aucun moment la tension est montée... ces gens de mauvaise intention se sont seulement fait prier par les familles et autres réunionnais de très vite partir... sous les hués !
Sabine.l, Posté
Meme discours de facade des bonnets rouge en bretagne!

Identité et unité pour cacher un combats des gros, des patrons, du patronat, des accapareurs contre l'interet genrel.

Pourquoi le medef soutient opr, rend a nou la mer? Parce que ce sont des pecheurs et qu'ils veulent que la réserve marine soit casse pour aller se faire du fric!
Pourquoi le medef soutient la cmac? Parce que en cassant les regles du futur parc, ils pourront installer des activités pour se faire du fric!

Et les petits, les reunionnais, les travailleurs de la terre, les travailleurs modeste de la mer....n'auront que des miettes comme d'hab!
Mensonges, Posté
Je connaissais Ipr mieux informé ou moins partisan!
"Malheureusement, peu de temps après quelques voix dans le public ont commencé à perturber le déroulement des interventions." !!!
Vous manquez de respect à la vérité des faits. Aux jeunes venus témoigner de leur mécontentement face à la manipulation que ce collectif a tenté de faire avec des artistes réunionnais! Renseignez vous!
Et l'agression physique de lancer des bouteilles de verre sur ces jeunes pour les empêcher de s'exprimer?
Ca mérite pas qu'IPR en parle? C'est secondaire? ça fait pas assez "spectacle unitaire"? Ca perturbe votre encensement de la propagande?
Meme antenne reunion en a filmé un passage!
Quelle unité? Lorsqu'on est agressé à coups de bouteille?
IPR c'est fini. Votre part-pris est intolérable.
Yann, Posté
Nous avons la terre, laissons leur la mer, aucun loisir ne doit detruire des vies !!!! chacun son milieu.
Yotte, Posté
LAISSE LA MER TRANQUILLE.