Le comité s'est réuni ce jeudi 23 janvier :

Risque requin : le CO4R fait le point


Publié / Actualisé
Le Comité opérationnel de réduction du risque requins à La Réunion (CO4R) s'est réuni ce jeudi 23 janvier 2014 afin de faire le point sur l'état d'avancement des différents sujets, projets et études en cours. Si les choses avancent petit à petit, la préfecture rappelle que "la mesure d'interdiction de la baignade et de certaines activités nautiques, reconduite par arrêté du 27 septembre 2013 et applicable jusqu'au 15 février 2014, est la seule qui permette, à ce stade, de garantir la sécurité des usagers de la mer et d'éviter les accidents".
Le Comité opérationnel de réduction du risque requins à La Réunion (CO4R) s'est réuni ce jeudi 23 janvier 2014 afin de faire le point sur l'état d'avancement des différents sujets, projets et études en cours. Si les choses avancent petit à petit, la préfecture rappelle que "la mesure d'interdiction de la baignade et de certaines activités nautiques, reconduite par arrêté du 27 septembre 2013 et applicable jusqu'au 15 février 2014, est la seule qui permette, à ce stade, de garantir la sécurité des usagers de la mer et d'éviter les accidents".

Situation de la ferme aquacole
La situation de la ferme aquacole a évolué au cours de ces dernières semaines. Après la liquidation de la société aquacole des Masacareignes (SAM) et les dégâts causés par le cyclone Bejisa, l’Association réunionnaise de développement de l’aquaculture (ARDA) a entrepris, avec l’accord du mandataire judiciaire, le démantèlement des équipements constituant un danger pour la navigation. Ces travaux de sécurisation ont débuté à la mi-janvier 2014 et se poursuivront dans les prochaines semaines.

Projet Cap Requins
Le projet Cap Requins, visant à expérimenter le recours à certaines techniques de capture et de marquage des requins, est mis en oeuvre depuis la mi-janvier 2014. Cette première semaine d’opération en mer, en baie de Saint-Paul, apporte déjà quelques enseignements qui permettront les adaptations nécessaires pour améliorer les techniques employées. Ce dispositif utilise des systèmes innovants de déclenchement d’alerte en temps réel qui se révèlent, jusqu’à présent, efficaces. En parallèle, les stations d’écoute et caméras déployées sur la zone sont actives et permettront de compléter les données pour évaluer l’évolution de la fréquentation du site. Ce projet est conduit avec le concours scientifique et opérationnel des experts sud-africains du Kwazulu Natal Sharks Board et d’un comité d’experts locaux et nationaux qui se réunira début février 2014 en vue d’un premier bilan.

Programme Ciguatera
La seconde phase de ce programme qui vise le développement d’une filière d’appoint pour la petite pêche réunionnaise est engagée avec le concours du comité régional des pêches de La Réunion. Il s’appuiera dans un premier temps sur les captures réalisées dans le cadre du dispositif Cap Requins, les requins et les autres espèces prélevés faisant l’objet d’analyses scientifiques menées par l’Agence pour la recherche et la valorisation marines (ARVAM). Il est prévu dans un second temps que les prélèvements soient également réalisés sur l’ensemble du littoral afin de disposer d’un plan d’échantillonnage conforme aux recommandations des autorités sanitaires.

Vigies requins
Cette étude pilote a été engagée au début du mois de janvier par une phase de pré-campagne (recrutement de la coordinatrice, acquisition des matériels, élaboration des protocoles...). La phase de terrain, durant laquelle sera testée l’efficacité des vigies immergées à l’aide de technologies innovantes, est prévue pour début février. Sa durée minimale sera de trois mois. L’ensemble des données sera consolidé dans un rapport d’évaluation qui sera établi à la fin du mois de juin 2014.

Étude sociologique : "Mieux connaître pour mieux agir"
Les deux prestataires retenus ont présenté les grandes lignes de leur mission, qui vise à élaborer une stratégie de communication, d’information et de sensibilisation s’appuyant sur l’analyse des dimensions sociale et économique du risque requin. Un travail participatif conduit tant à La Réunion qu’en métropole démarre, à l’aide d’une équipe projet comptant quatre intervenants disposant de compétences complémentaires. A La Réunion (Sagis, 1997, Saint-Denis) : Arnold Jaccoud, psycho-sociologue, pour organiser et animer le travail des groupes et Philippe Fabing pour l’analyse économique. Au national (Le Public Système, 1993, Paris) : Fabien Contino, spécialiste des médias (traditionnels + web) et Emmanuel Beaurepaire, expert en communication. L’étude qui conduira les intervenants à prendre contact avec les acteurs et le public se déroulera de janvier à décembre 2014.

Réserve marine
La réserve nationale naturelle marine de La Réunion a intégré la dimension du risque requin dans son plan gestion. Cette prise en compte se traduit notamment par une participation aux instances de gouvernance du dispositif réunionnais de gestion du risque requin, la participation au programme CHARC et aux expérimentations menées dans le périmètre géographique de la réserve et par la conduite d’études spécifiques dont les résultats seront prochainement communiqués (mesure de l’impact de la réserve sur la biodiversité corallienne).

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !