Interdiction de la baignade et des activités nautiques :

Risque requins : l'arrêté préfectoral reconduit pour un an dans une version à peine allégée


Publié / Actualisé
L'arrêté préfectoral interdisant la baignade et toutes les activités nautiques en dehors du lagon et des zones surveillées en raison du risque requins est reconduit jusqu'au 15 février 2016 avec une nouveauté : la mise en place de zones d'expérimentations opérationnelles. C'est ce qui a été annoncé ce jeudi 12 février 2015 dans le cadre du comité de réduction du risque requin à La Réunion (C4R). Ces zones expérimentales limitées seront situées à Saint-Paul, Trois-Bassins, Saint-Leu ou encore à Saint-Pierre, mais réservées dans un premier temps aux jeunes et aux entraîneurs du pôle espoir de la ligue de surf réunionnaise.
L'arrêté préfectoral interdisant la baignade et toutes les activités nautiques en dehors du lagon et des zones surveillées en raison du risque requins est reconduit jusqu'au 15 février 2016 avec une nouveauté : la mise en place de zones d'expérimentations opérationnelles. C'est ce qui a été annoncé ce jeudi 12 février 2015 dans le cadre du comité de réduction du risque requin à La Réunion (C4R). Ces zones expérimentales limitées seront situées à Saint-Paul, Trois-Bassins, Saint-Leu ou encore à Saint-Pierre, mais réservées dans un premier temps aux jeunes et aux entraîneurs du pôle espoir de la ligue de surf réunionnaise.

Dès le jeudi 29 janvier 2015 Imaz Press Réunion avait annoncé qu'un  arrêté d'interdiction allégé était à l'étude. Le nouvel arrêté prévoit donc toujours l'interdiction de la baignade et des activités nautiques en dehors du lagon et de quelques zones surveillées. Mais le texte pourra permettre la mise en place de "zones d'expérimentations opérationnelles" à Saint-Paul, Trois-Bassins, Saint-Leu et Saint-Pierre. Dans ces zones, les communes concernées pourront mettre en place des dispositifs de protection pour des activités nautiques "très encadrées" et réservées, dans un premier temps, au pôle espoir de la ligue de surf réunionnaise.

A Saint-Paul, Trois Bassins et Saint-Leu sera notamment expérimenté le dispositif " Vigies Requins Renforcées " (sessions de pratique organisées pour le pôle espoir régional et les partenaires d’entraînement). A terme, des zones permettant la pratique du surf pourraient également être ouvertes par les communes lorsque ces dernières auront mis en place les dispositifs de sécurisation nécessaires.

Plusieurs outils pourront être mobilisés par les municipalités - filets, drumlines, vigies, embarcations, moyens acoustiques...  –, appuyées par un engagement financier de la Région de 10 millions d’euros. "Cela permettra un retour à l'eau qui reste aux risques et périls de l'usager, et encadré avec des dispositifs qui sont de la responsabilité des communes", a indiqué Christophe Mulquin, de la commune de Saint-Leu.

"Il y a un progrès dans le sens où l'arrêté absolu est soulagé. C'est un petit pas en avant, mais pas non plus une révolution", a ajouté l'élu délégué à la mer et aux activités nautiques, malgré tout optimiste pour une sécurisation optimale des spots saint-leusiens, qualifiant de " fort possible " le retour d’une compétition professionnelle de surf en 2017.

Dominique Sorain : "C'est un début"

Si l’assouplissement de l’arrêté préfectoral reste pour l’instant très limité et très encadré, l’objectif est de " recréer les conditions pour se réapproprier les zones d’activité nautique ", a indiqué le préfet Dominique Sorain, tout en restant très prudent : " C’est un projet ambitieux et un travail de longue haleine. Il va falloir valider pas à pas ces expérimentations. Pour l’instant il ne s’agit pas de réautoriser le surf et les activités nautiques sur l’ensemble du littoral, mais c’est un début, c’est un changement par rapport à l’interdiction générale. "

La balle est désormais dans le camp des communes, qui  auront la charge de préciser l’encadrement précis de ces activités par arrêté municipal. Dans le même temps, tous les programmes et les études – Cap Requins, Valorequins, Vigies requins, CHARC... – lancées dans le cadre de la gestion du risque se poursuivent.

"C'est un bon début, c'est une première. Il faut néanmoins aller plus loin pour rendre la mer aux Réunionnais et faire en sorte que les activités nautiques puissent être une activité à part entière vendue aux touristes. [...] Les choses vont évoluer, c'est une bonne chose", a réagi Patrick Serveau, président de l'IRT (Île de la Réunion Tourisme).

Le premier arrêté d'interdiction date du vendredi 26 juillet 2013, à la suite d'une série d'attaques mortelles de requins. Dans un premier temps, seuls la baignade, le surf et le bodyboard étaient interdits dans "la bande des 300 mètres du littoral de La Réunion, hors du lagon, des zones surveillées et des espaces aménagés".

Le 1er octobre 2013, cet arrêté était prolongé pour couvrir les mois allant du 15 février 2014 au 15 septembre 2014. L'interdiction était même étendue à toutes "les activités nautiques utilisant la force des vagues". Une troisième prolongation, avec les mêmes restrictions, était décidée par la préfecture pour la période allant du 15 septembre 2014 au jusqu'au 15 février 2015.

Pour rappel, la dernière attaque de squale remonte au mardi 22 juillet 2014 à Saint-Leu. Vincent, un surfeur de 51 ans avait été sévèrement mordu au mollet et au poignet droit. Il avait été secouru à temps. Le samedi 26 octobre 2013 Tanguy, 23 ans, avait été attaqué par un requin à l'Étang-Salé. Il avait eu la jambe droite sectionnée au niveau de la cuisse.

Avant cela, en l'espace de deux années - onze attaques de requins, dont cinq mortelles, ont eu lieu à La Réunion. Au début du mois de septembre 2014, un squale est arrivé à proximité immédiate d'enfants qui étaient sur le sable près du débarcadère de Saint-Paul. L'animal a été vu alors qu'il était dans quelques centimètres d'eau. Les enfants n'ont pas été blessés. Quelques jours plus tard, le dimanche 15 septembre 2014 un chien a été dévoré par un squale sous les yeux de sa maîtresse au bord de la plage de Saint-Paul. Le chien avait déjà posé les pattes sur le sable noir lorsqu'il a été rattrapé par le requin.

www.ipreunion.com

   

7 Commentaire(s)

ERIC, Posté
Pourquoi ils montre toujours des surfeur dans la série cut subventionné par la réunion.
Pour faire de la pub réunion paradis du surf . comprend vraiment pas? faudrait m'expliquer .
Cousteau, Posté
Un effort pour attirer les touristes ?
Une campagne promotionnelle ?
En réservant la mer au seul Pole Espoir ? ? ?
Quelle malhonnêteté, OUI ! ! !
EXCELLENT, Posté
Après de telles mesures j'espère que Thierry Robert cessera de crier "oh requin"!

La Région fait encore un effort afin d'attirer des touristes! J'ai remarqué qu'à chaque campagne promotionnelle pour notre île, sous 48 heures le Ti Dentel St-leu casse tout! y en a marre!

Les politiciens de notre île devraient travailler dans la même direction au lieu de se tirer dans les pâtes!

Mais non, c'est la guerre des pouvoirs!

Nous avons la chance d'avoir à la tête de notre conseil régional un homme qui a la tête sur les épaules et qui depuis 4 ans n'a cessé de travailler pour les Réunionnais alors que de l'autre côté nous un super brasseur d'air qui ne cesse de parler de projet qui ne voient jamais le jour!
Elections , depuis son mobile, Posté
Robert qui debarque sur ce sujet une fois que la crise est passee ! Facile de recolter les fruits du travail des autres une fois que le plus dur est fait ! Recuperation politique avant les elections ....comportement de requin.
Private , Posté
si on interdit c pour tout le monde pas que pour certain !!! le pole espoir représente quel pourcentage des surfers de la Réunion ?? non mais c'est une blague ...!
Yan, Posté
LOL On est le premier avril? non mais sérieux... 3 ans pour sortir cela.... bientôt il faudra aller chercher en métropole du monde pour le remplir leur pole espoir....
Boyer Jean Claude, Posté
la mer réservée a la seule ligue de surf??? ca n'est rien d'autre que la privatisation du domaine public!!!! quelle honte! jamais on a vu pareille chose en metropole alors qu'ils a encore plus de morts par noyade que par requin. C'est immoral puisque ce sont les braillards qui sont servis par le prefet contre l'interet public.