Une délégation de lycéens et de collégiens a été reçue (Actualisé à 17h) :

Risque requins : 200 personnes mobilisées devant la mairie et la sous-préfecture de Saint-Paul


Publié / Actualisé
Environ 200 personnes se sont mobilisées ce mercredi 15 avril 2015 devant la sous-préfecture de Saint-Paul afin de demander des solutions pour résoudre la crise requin. Trois jours après l'attaque dont a été victime Elio Canestri, une délégation notamment composée de collégiens et de lycéens a été reçue par la sous-préfète. Dans le même temps, une partie des participants a décidé faire entendre leur voix en organisant des actions symboliques à hauteur du bâtiment représentant l'Etat dans l'arrondissement ouest de l'île.
Environ 200 personnes se sont mobilisées ce mercredi 15 avril 2015 devant la sous-préfecture de Saint-Paul afin de demander des solutions pour résoudre la crise requin. Trois jours après l'attaque dont a été victime Elio Canestri, une délégation notamment composée de collégiens et de lycéens a été reçue par la sous-préfète. Dans le même temps, une partie des participants a décidé faire entendre leur voix en organisant des actions symboliques à hauteur du bâtiment représentant l'Etat dans l'arrondissement ouest de l'île.

"Eddy, Mathieu, Stéphane, Alexandre, Sarah, Talon, Elio." Devant la sous-préfecture de Saint-Paul, les prénoms des personnes tuées par un requin ces quatre dernières années sont inscrits sur la chaussée dans une couleur rouge, tandis que des empreintes de mains ensanglantées entourent les noms des victimes. Sur le sol, de la peinture coule en abondance, représentant le sang de tous ces hommes et ces femmes qui ont eu le malheur d'être entrés dans l'histoire de la crise requin à La Réunion.

Pour les jeunes usagers de la mer réunis dans la douleur, suite à l'attaque dont a été victime Elio Canestri, le responsable de ces actes est l'Etat qui n'a pas su gérer les risques liés aux squales. Sur une planche de surf, le mot "assassin" a été tagué, comme il l'avait été devant un panneau de la réserve marine en août 2013. Une délégation de collégiens et de lycéens a été reçue pendant 2 heures par la sous-préfète de Saint-Paul. Cette dernière a assuré aux collégiens et lycéens mobilisés que le programme Cap requins se poursuivra, rappellant au passage que seule la commercialisation du requin est interdite et non pas la pêche.

En effet, à partir du 1er mai, le dispositif sera étendu à Saint-Pierre, l'Etang-Salé et Trois-Bassins et dans un second temps à Saint-Leu pour des raisons administratives. La préfecture assure qu'il le sera "de façon régulière" afin de "sécuriser les sites." De nouvelles drumlines devront être installées sur la côte ouest et sud de La Réunion. En revanche, aucune action exceptionnelle n'est prévue, tandis que les opérations post-attaque - activées suite au décès d'Elio Canestri - se sont terminées ce mercredi après-midi.

A noter que la manifestation s'est terminée dans un certain trouble. Des adultes présents à l'occasion de cette mobilisation ont voulu poursuivre leur action à Saint-Denis devant la préfecture de La Réunion, tandis que d'autres ont voulu en rester là. Un désaccord - suivi d'échanges un peu vifs - qui a conduit à une dispersion des participants quelque peu confuse.

Dans la matinée, ces jeunes avaient organisé une marche depuis le lycée Evariste de Parny jusqu'à la plage, en passant par le collège d'Elio Canestri. Sur la plage des Brisants, près d'un millier de personnes se sont rassemblées à partir de 13 heures pour rendre hommage au jeune surfeur décédé dimanche dernier. "Je ne veux pas qu'il soit parti pour rien. Il faudrait que tout le monde se mobilise", avait déclaré le père de la victime aux participants rassemblés autour de lui.

www.ipreunion.com

   

9 Commentaire(s)

Popol, Posté
C'est seulement là maintenant que vous vous sentez responsables ?? Arrêtez de surfer quand c'est interdit et soyez responsables les gars et vous n'aurez plus de problèmes : depuis quand les victimes d'avalanches font des manif ???????????, A croire que les surfers d'içi sont les plus bêtes du monde !!!!!!!!!!!............. et c'est qu'après ils crient à l'assassin comme des nouveaux né et ils demandent des comptes aux politiques !!!!!!!! attention ils sont en colère ces têtes blondes même s'ils font n'importe quoi et qu'après ils viennent pleurer devant les autorités : pfffffffffffffff ENFANTS GATES !!!!
L'zor, Posté
C'est pas que des zorey, c'est que des blonds c'est encore plus resserré lol
Sinon, blague à part, que des yaka fokon qui ne pensent qu'à leur pomme! Pour une poignée d'énergumènes devraient-on engager des millions d'euros d'argent public??? Ce sont des choix POLITIQUES à faire dans un contexte budgétaire difficile. ça s'appelle de l'arbitrage et pas sûr que se soit une priorité dans une île où il y a 40% de chômeurs!
Alors on va me dire ça impact le tourisme! Ok mais si ces personnes là ne rentraient pas dans l'eau dans des endroits INTERDITS il n'y aurait pas d'accidents et l'impact négatif sur le tourisme serait bien moindre.
Merci!
Réunionnais, Posté
Vos formateurs en surf ne vous ont jamais appris qu'il ne faut pas surfer sans encadrement et qu'il faut respecter les consignes de sécurité. Cela fait longtemps que la Réunion n'est plus un pays pour surfer. N'attendez rien des pouvoirs publics, malheureux de dire cela mais c'est la vérité.
NATHALIE, Posté
Martine, enfin vous avez posé les bonnes questions mais je prends le pari qu'on ne vous répondra pas. Vociférer est une chose, réfléchir en est une autre, quant à assumer ses responsabilités, il ne faut pas rêver, regardez le maire de st paul, M. SINIMALE, enfin ne regardez pas, il n'y a rien à voir, il a disparu depuis dimanche...
Narcisse puissance 10, Posté
d'accord avec Martine, d'autant que dans les autres sports qu'ils soient collectifs ou individuels comme les sports de combat, les éducateurs assument pleinement leur role en inculquant le respect de valeurs, de discipline et de responsabilité dans la vie de tous les jours.

Apparemment le pole espoir de la ligue de surf lui fait exception et s'en lave les mains.
Gros Zourite, Posté
Même si la mobilisation est faible, le point positif c'est que pendant ce temps ça fait moins de monde à l'eau.
...., Posté
rien que des zoreils ? Putin mais on fait quelque chose nous ! S'il n'avait eu que des créoles, personnes n'aurai écrit "que des créoles" Ils avaient cas venir ! On ne l'aient en a pas empêcher !!!
Martine, Posté
L émotion est telle face à ce drame épouvantable qu il est difficile de soulever les questions lde responsabilités. Mais quand même,, précisément parce que ce drame ne doit plus use reproduire, ne devons nous pas le dire haut et fort:
- que faisait cet enfant seul sans encadrement, sans dispositif de sécurité type vigies en pleine mer?
- qui lui a permit , à son âge, de passer outre les consignes de sécurité, l interdiction de surfer?
- quel formation au danger est délivré dans ces écoles de surf?
- quelle culture du respect des lois et des règles de sécurité est telle inculqué à ses jeunes dans ces cernes de formation?
- l encadrement éducatif sportif est telle elle même suffisamment forme à l encadrement des jeunes?
- la fédération de surf ne doit elle pas modifier son ambition de former absolument des champions ? Cette course au succès ne conduit t elle pas à la prise inconsidérée de risques par des jeunes désireux de se démarquer face à une concurrence entretenue? Les propos du président de la fédération de surf n est t elle pas un indicatif inquiétant en indiquant ne pas vouloir renoncer à faire de la reunion une pouponniére de champions?

Bloquer la route c est bien, crier sa douleur c est bien. C est salutaire. Mais ne faudrait il pas maintenant s adapter à cette île et cette mer telle qu elles sont et non plus tel qu on les avait rêvé?
Lol, Posté
Rien que des zoreils, sérieux
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)