Attaque de squale (actualisé à 19 heures 35) :

Boucan Canot - Un jeune homme attaqué par un requin. Son pronostic vital est engagé


Publié / Actualisé
Un jeune homme de 21 ans a été attaqué par un requin aux alentours de 17h00 ce samedi 27 aout 2016 à Boucan Canot. Le malheureux a eu le bras droit sectionné indique le Sdis (service d'incendie et de secours). Il a aussi été sévèrement mordu à la cheville droite. Cinq véhicules de pompiers et les gendarmes se sont rendus sur les lieux. Vers 18 heures 25, le jeune homme a été évacué en hélicoptère vers le centre hospitalier de Saint-Denis. Son pronostic vital est engagé, a indiqué la préfecture en début de soirée. Le maitre nageur sauveteur de 43 ans qui s'est porté à son secours a été blessé et souffre d'une fracture de la jambe
Un jeune homme de 21 ans a été attaqué par un requin aux alentours de 17h00 ce samedi 27 aout 2016 à Boucan Canot. Le malheureux a eu le bras droit sectionné indique le Sdis (service d'incendie et de secours). Il a aussi été sévèrement mordu à la cheville droite. Cinq véhicules de pompiers et les gendarmes se sont rendus sur les lieux. Vers 18 heures 25, le jeune homme a été évacué en hélicoptère vers le centre hospitalier de Saint-Denis. Son pronostic vital est engagé, a indiqué la préfecture en début de soirée. Le maitre nageur sauveteur de 43 ans qui s'est porté à son secours a été blessé et souffre d'une fracture de la jambe

La victime a été secourue par un maitre nageur sauveteur (MNS) venu le chercher à bord d'un jet ski. Le MNS a été légèrement blessé. Le jeune homme a ensuite a été pris en charge par des personnes présesentes sur la plage. "Je lui ai posé un garrot sur le bras, c'était horrible" a témoigné en larmes une jeune femme sur les ondes de Radio Freedom. "J'ai entendu crier et de gens se mettre à courir. J'ai vu du sang dans la vague et j'ai compris" raconte un autre témoin sur les ondes de Radio Freedom. "Les gens ont fait des grands gestes pour demander à tout le monde de sortir de l'eau" ajoute le témoin visiblement sous le choc.

La victime a été médicalisée sur la plage avant d'être transportée en hélicoptère au CHU de Saint-Denis.

Lorsqu'il a été attaqué le jeune homme se trouvait dans les vagues avec une dizaine de surfeurs dans la zone couverte par les filets anti requins. C'est peut-être porté par la houle le squale a pu entrer dans le secteur protégé par les filets. Il a aussi pu pénétrer dans la zone par le trou de près de trois mètres que les maîtres nageurs ont repéré dans les filets tôt ce samedi matin.

Après avoir constaté cette défection due à la houle, "la flamme rouge interdisant la baignade et les activités nautiques a été hissée" précise la mairie de Saint-Paul en souligant que "l'autorisation ou l'interdiction d'entrer dans l'eau sont conditionnées la couleurs des flammes et non par la présence ou non des filets".

La procédure post-attaque telle que prévue dans le dispositif réunionnais de gestion du risque requins a été activée par le Préfet de La Réunion, Dominique Sorain. "Ce dispositif prévoit la réalisation d’opérations de pêche ciblées aux alentours immédiats du lieu de l’attaque" indique la préfecture dans un communiqué publié en début de soirée. "Ce dispositif prévoit la réalisation d’opérations de pêche ciblées aux alentours immédiats du lieu de l’attaque. Comme précédemment le comité régional des pêches, en charge de sa mise en œuvre, mobilise actuellement des navires de pêche professionnelle, afin de mettre en place des dispositifs de capture, puis se relayer sur le secteur" dit encore la préfecture.

Pour rappel, "les filets sur les plages de Boucan-Canot et des Roches Noires au sein de zones d'expérimentation opérationnelle (ZONEX), ouvrent des espaces de pratique surveillée  hors lagon. Cependant, la pratique de la baignade et des activités nautiques au sein de ces zones aménagées n'est possible que dans les conditions et aux créneaux horaires portés à la connaissance des usagers par les services municipaux sur site" insiste la préfeture. "En effet, la disponibilité des filets, qui ne peut être assurée de façon permanente en raison des conditions météorologiques de l'hiver austral (houle), conditionne notamment l'ouverture effective de ces ZONEX. En dehors des conditions et créneaux horaires précisés par les services municipaux, notamment à l'aide de la signalétique sur zone (drapeaux, fanions, panneaux...), la pratique des activités nautiques est dangereuse et formellement interdite" termine la préfecture.

19 attaques depuis 2011

L'attaque de requin dont a été victime ce jeune homme à Boucan Canot ce samedi 27 août est la 19ème depuis 2011. Sept de ces attaques ont été mortelles. Plus de la moitié concernent des surfeurs ou des bodyboardeurs.

• Mercredi 22 juillet 2015 : un homme est attaqué à Saint-Leu. Grièvement mordu au bras droit, il sera ensuite amputé.

• Lundi 1er juin 2015 : un surfeur confirmé de 47 ans, Eddy Chaussalet, est sévèrement attaqué alors qu'il s'apprêtait à entrer à l'eau, au niveau du Port. Il a été grièvement mordu au bras gauche.

• Dimanche 12 avril 2015 : un adolescent de 13 ans, Élio Canestri, est mortellement attaqué alors qu'il pratiquait son sport sur le spot des Aigrettes (Saint-Gilles) en compagnie de 6 autres jeunes surfeurs du pôle espoir. Sa mort provoquera une grande vague d'émotion et de colère
 
• Samedi 14 février 2015 : une jeune baigneuse de 22 ans est happée par un requin alors qu'elle est très près du rivage à Pont Mulla (Etang-Salé). Gravement mordue à une jambe, elle décède à l'hôpital

 • Mardi 22 juillet 2014 : à Saint-Leu, Vincent, un surfeur de 51 ans est sévèrement mordu au mollet et au poignet droits. Il est secouru à temps.

• Samedi 26 octobre 2013 : Tanguy, 23 ans, est attaqué par un squale alors qu'il se trouve non loin du bord au lieu-dit le Tournant dans le secteur de Pont Mula à l'Etang-Salé. Il a eu la jambe droite sectionnée au niveau de la cuisse. Il a survécu

• Lundi 15 juillet 2013 : une jeune fille de 15 ans est tuée par un requin au niveau du cimetière marin en baie de Saint-Paul alors qu'elle se trouvait avec sa sœur à 5 mètres du bord. Pour la première fois, c'est une baigneuse qui est attaquée

• Mercredi 8 mai 2013 : Stéphane Berhamel, un touriste métropolitain de 36 ans en voyage de noces est attaqué et tué alors qu'il pratique du bodyboard sur le spot des Brisants (Saint-Gilles)

• 23 avril 2013 : un jeune surfeur de 20 ans est chargé par un squale sur le spot de la jetée à Saint-Pierre. Il n'est pas été blessé.

• Dimanche 5 août 2012 : le surfeur Fabien Bujon était attaqué par un squale sur le spot de Saint-Leu. Il a survécu, mais l'animal est parvenu à lui arracher la main et le pied droits.

• Lundi 23 juillet 2012 : Alexandre Rassiga, 21 ans, est tué par un squale alors qu'il surfe sur le spot de Trois Bassins.

Lundi 5 mai 2012 : Gérard Itéma, un bodyboarder de 31 ans, est attaqué aux abords du Port de la marine de Saint-Benoît vers 14 heures 30. Sa planche est mordue à deux reprises. L'homme n'est pas été blessé

• Vendredi 11 novembre 2011 : un pêcheur apnéiste avait été surpris par un requin au large de l'anse des Cascades à Sainte-Rose. Alors qu'il s'apprêtait à rejoindre son embarcation, l'homme, un Saint-Joséphois de 42 ans, a été blessé au pied gauche.

• Mercredi 5 octobre 2011 : un kayakiste avait été attaqué par un requin au large du Cap la Houssaye (Saint-Paul). Il n'avait pas été blessé.

• Lundi 19 septembre 2011 : Mathieu Schiller, ancien champion de La Réunion de bodyboard était tué par l'attaque d'un squale alors qu'il surfait à quelques mètres du rivage de la plage de Boucan Canot.

• Mercredi 6 juillet 2011 : c'est un jeune surfeur qui avait été attaqué à Saint-Gilles-les-Bains. Il s'en sortait sain et sauf avec une partie de sa planche arrachée.

• Mercredi 15 juin 2011 : un bodyboarder, Eddy Auber, avait été tué au large de Ti Boucan.

• 19 février 2011 : un touriste, arrivé le jour même à La Réunion, avait été attaqué par un squale au large de Grand Fond. Le vacancier a eu la vie sauve mais  la jambe sectionnée.

www.ipreunion.com

   

14 Commentaire(s)

Sysy, Posté
10 attaques de requin par an pour des millier de requins masacres... Un éco système à l agonie, des zones maritimes morte de vie des continents de déchets qui flottent et certains trouvent que le problème viens des requins... L homme détruit la planete qui est à bout de souffle, les grands courants marins changent... Et on pleurent 1 surfeur qui a été à l eau malgres l interdiction.... Je suis triste pour lui mais bien plus encore quand je lis la bêtise de mes congenaires...
Djay, Posté
La connerie humaine n'a une fois de plus pas de limite !!! L'homme dans toute sa splendeur et au sommet de son art ! l'extermination... Et si nous aussi on commençait une chasse aux décérébrés !! L'océan est un milieu naturel avec ses prédateurs, les surfeurs rentrent dans l'eau à leurs risques et périls !
Begue, Posté
http://www.piegesecologiquereunion-94.webself.net/exemples-de-pieges-ecologiques
Manu, Posté
L'interdiction d'accès a la mer n'est pas une solution et encore moins une normalité.
Le véritable problème vient du comportement du requin et non pas de l'Homme.
Les surfeurs ne sont pas les seules victimes, les baigneurs, les plongeurs, les kayakistes etc... Cette problématique concerne tout le monde sans exception.

La seule mesure vraiment efficace sur le long terme reste la pêche afin de réguler la population de requin bouledogue et permettre la réintroduction du requin de récif.
Je rappel que 4 espèces de requin de récif sont protégés depuis Janvier 2015 grâce au Comité des pêches, de Shark Citizen et des surfeurs par le biais de La Ligue de Surf.

Le comité scientifique consultatif de la RNMR est directement responsable de cette situation. Désireux de garder leur petit terrain de jeu privé, ils s'opposent depuis des années a TOUT moyen de sécurisation des spots de l'île (y compris les filets).
En mai dernier, ils étaient encore les premiers, accompagnés de diverses associations principalement de métropole, a s'opposer a la pose de systèmes de sécurisation des plages au sein même des ZPR (Boucan-Canot fait partie d'une ZPR) de la RNMR.

Les ZPR totalisent la majorité des attaques de requin a La Réunion - 80% des attaques se sont produites en ZPR. Il est donc primordial de pouvoir y installer des systèmes de sécurisation.

En agissant de la sorte et en se mettant tout le monde a dos, nul doute que ce comité scientifique, qui ne compte AUCUN spécialiste requin (eh oui incroyable non ?) en son sein ne fera pas long feu.

J'accuse ouvertement ce comité d'envenimer la situation et les tient pour responsable de cette nouvelle attaque et de celles qui suivront.

Il est clair depuis plusieurs années que toute cohabitation avec une espèce aussi agressive et invasive est totalement impossible.

Le retour a la commercialisation du requin bouledogue est nécessaire afin de faire pression sur la population dense de ces requins a La Réunion. Le requin bouledogue n'est pas un requin endémique de l'île (il vient du canal du mozambique) et s'est installé durablement sur nos côtes suite a une surprotection qui n'a pas lieu d'être. Il est important de pouvoir permettre a nos requins de récif, endémiques de l'île de pouvoir reconquérir leur territoire.
De plus, sur tous les requins prélevés nous n'avons trouvé AUCUNE trace de Carchatoxine (toxine ciguatérique), l'interdiction de commercialisation s'est simplement basé sur l'unique suspicion d'un cas non avéré a La Réunion. Le tout encouragé par Marc Soria, qui bizarrement, est impliqué dans l'étude et la sauvegarde des requins.

Je rappel également que le requin bouledogue et tigre ne sont pas des espèces de requin menacés et peuvent parfaitement être pêchés de manière traditionnelle.
Et petite info supplémentaire : 30 Millions a 71 millions de requins sont pêchés dans le monde chaque année uniquement pour leurs ailerons ou consommation. Seulement 1500 requins sont pêchés dans le monde chaque année dans le cadre de sécurisation des côtes.

L'heure est a l'intensification de la pêche et au retour de la commercialisation du requin bouledogue et tigre sur l'île.
Anorgo, Posté
Quand les nombreux commentaires sur les requins, je ne comprends pas l'attitude des personnes.
Faut savoir que le requin et effectivement un prédateur mais de là à vouloir l'exterminer reviens à nous faire disparaître, avec ce genre de commentaire nous devrions être quoi? Les seigneurs de ce monde arrêté de vous cachez et regarder le monde dans lequel nous vivons des espèces qui disparaissent et je lis vos commentaires débiles bravo le genre humain.
Thalassa, Posté
Je pense que l on devrait verbaliser severement ces nageurs et surfeurs qui outrepassent le reglement..
Toutes les attaques ont eu lieu dans des zones interdites à la baignade ou sous pavillon rouge...et on va continuer a pêcher de façon irraisonnée les requins....qui eux...je vous le rappelle...sont dans leur propre territoire.
Funini, Posté
Je ne comprend pas que les surfers aillent dans des lieux interdits et dangereux.
Il y a d'autres lieux pour surfer sans ces risques..
Une loi devrait interdire de façon absolue le surf ou la planche dans tou k'océan indier, territoire des
Rama , Posté
La mer est a tout le monde ! Sans doute parce qu'elle est le berceau de tous. L'homme en est sorti pour être maître sur la terre ferme où il détruit les autres espèces. Veut-il en plus comme un enfant gâté régner dans les océans. La vie a donc créer la mort pour limiter son arrogance. Être vide de désirs voilà le secret de cette vie, vide vous êtes toute la Vie....
Aterla, Posté
@Mili: la chair des requins est comestible, renseignez-vous. Ce n'est pas non plus une espèce protégée.
Mili, Posté
@Alerta: le seule moyen pour réduire les attaques est de suivre les consignes : la baignade était signalée comme étant interdite donc les gens qui sont allés dans l'eau n'ont qu'à assumer leurs actes.sans vouloir aller dans les extrêmes, ce garçon n'auraient même pas dû être secouru pour servir de leçon aux autres imbéciles.
Et non, pêcher le requin n'est pas une solution car sa chair n'est pas comestible (mis à part les ailerons) et de plus, comme vous me souligner, c'est une espèce protégée (tour comme le thon rouge que les autorités et les associations compétentes essaient de protéger de gens de la même mentalité que vous)
Ladit, Posté
Les MNS ont demandé à plusieurs reprises par mégaphone aux surfeurs et aux bodyboardeurs de sortir de l'eau.
Les drapeaux bien visibles étaient rouges !

Alors ? Qui donc mettent à mal le peu de chance que l'on a de faire venir des touristes ?
QUI ????
Laurent, Posté
Bien d'accord avec Aterla !!
A quand la fin de cette aveugle et pseudo moralité envers une espèce animale, qu'il ne faut absolument pas decimer, mais qu'il faut clairement éloigner des côtes réunionnaises sous peine de plonger l'ile dans un marase economico-touristique dont il faudra des dizaines d'années pour se sortir...
Je ne suis pas natif de cette ile mais j'ai une grande affection pour elle et ça me fait mal au coeur de voir son image ternie/gâchée, depuis trop longtemps, par ces attaques de requins...
Empanne, Posté
Porte par la houle, trou de 3 m. Superbe!
Aterla, Posté
Une solution pour réduire les attaques serait de permettre de nouveau la consommation du requin.

1) Si j'ai bien compris, actuellement la raison officielle de l'interdiction de la consommation serait un cas mortel de ciguatera à Madagascar. Or Madagascar n'est pas réputé pour la profondeur de ses investigations médicales. Ne serait-ce pas possible que la victime malgache ait succombé à un autre problème que la ciguatera?

2) Bien sûr, il y a des problèmes environnementaux tels que la pollution, les rejets de carcasse de poisson aux retours de pêche, etc. Mais au lieu de payer cher les marins de CAP Requins pour "prélever" des requins, autoriser de nouveau la consommation ne coûterait rien à la collectivité.

3) Certains aussi s'inquiètent de la protection du requin. Mais n'y a-t-il pas d'autres poissons plus en danger? Pourquoi ne pas interdire la consommation de thon? Ou de la sardine? Un peu de cohérence serait raisonnable dans les interdictions.

4) Je me rappelle aussi, bien avant la crise requin, la Réunion était tristement célèbre dans le monde entier pour autre chose. Mais cette autre chose avait aussi rapport avec les requins, mais tout le monde semble avoir oublié:
il y a eu le scandale de la pêche aux requins avec des chiens vivants comme appâts. Cela avait (à juste titre) fortement choqué les consciences, probablement au même niveau que la pêche barbare qui consiste à ne prélever que les ailerons et à rejeter le requin vivant amputé dans l'eau. Est-il fou de penser que cela ait pu influencer l'interdiction de consommation du requin? En interdisant la consommation, on mettait un point finale à cet pêche honteuse. Mais la collectivité doit-elle continuer de payer pour les erreurs passées? Surtout au prix de l'horreur de ces attaques?



Aujourd'hui, simplement, et pour réduire le nombre de ces drames comme celui terrible d'aujourd'hui, l'autorisation de consommer du requin devrait être levée ou alors justifiée avec des preuves tangibles.