Courrier des lecteurs d'Alexis Payet :

Utilité des drumlines


Publié / Actualisé
A la Réunion, il y a toujours des attaques de requins, car il n'y a toujours pas de drumlines pour protéger la population. Les faits le prouvent :
A la Réunion, il y a toujours des attaques de requins, car il n'y a toujours pas de drumlines pour protéger la population. Les faits le prouvent :

 - de 2011 à 2013, 13 attaques, 4 mortelles, dont 2 à Boucan Canot : pas encore de drumlines.

- 2014, 1 attaque à Saint eu : installation de 3 drumlines en Baie de SaintPaul (à près de 40 km du lieu de l’attaque). Le rayon de détection d’un appât n’est que de quelques centaines de mètres, d’après le Kwazulu Natal shark board en Afrique du Sud, qui fait référence en la matière.

- 2015, 4 attaques, dont 2 mortelles : la dernière attaque (23/07/2015) a accéléré le déploiement des drumlines sur la plupart des communes touchées par les attaques de requins. Ne protégeant pas les spots, où ont eu lieu les dernières attaques, les drumlines sont désormais installées sur les communes de Saint-Paul, Trois Bassins, Saint-Leu, Etang Salé et Saint-Pierre.

- En 2016, la plage de Boucan Canot a été le siège d’une nouvelle attaque. C’était pourtant le dernier endroit, où l’on pouvait craindre une nouvelle tragédie. En effet, protégé par un filet fermé, le spot présentait un risque peu probable d’incursion d’un requin, même avec 2 petits trous (représentant à peine 0,4% du linéaire de filet). Circonstance aggravante, malgré les observations répétées de grands requins dangereux sur la zone ouest, le Comité Scientifique de la Réserve Marine a refusé l’installation de drumlines pour sécuriser les abords du filet au 2ème trimestre 2016.

Le bilan est sans appel, toutes les attaques se sont produites en l’absence de drumlines appâtées. En effet, elles ne sont appâtées que de nuit et en semaine, or les activités nautiques ont lieu en journée et majoritairement le week-end. De plus, le Comité des Pêches vérifie que les appâts non consommés sur les drumlines ne servent pas à " nourrir " des requins, ce qui aurait pour conséquence de les fixer sur les zones appâtées.

Entre un appât et un homme, lequel ressemble le plus à une proie habituelle de requin tigre ou requin bouledogue ? Lequel des 2, le requin a-t-il donc le plus de chance de mordre ?

Alexis Payet

   

2 Commentaire(s)

Aterla, Posté
Question à 1000e alors, pourquoi ne met-on pas plus de d'appâts "drumlines"?
Sophisme, Posté
un raisonnement de ti marmaille l'ecole qui donne du grain à moudre à ceux qui veulent mettre des gendarmes en jet ski puisque la connerie est irrémédiable.