MENU

La jeune fille a été attaquée à l'Étang-Salé en février 2015 :

Sa fille a été tué par un requin, elle porte plainte : "Talon aurait été poursuivie si elle n'était pas décédée"


Posté par
Ce mercredi 5 octobre 2016, la mère de Talon Bishop a annoncé qu'elle portait plainte "pour mise en danger délibérée de la vie d'autrui et homicide involontaire" contre la commune de l'Étang-Salé, son maire en exercice, ainsi que "tous autres que l'enquête pourrait révéler". Sa fille, attaquée par un squale à l'Étang-Salé, est décédée en février 2015. Dans sa plainte, sa famille indique "qu"aucune interdiction de baignade n'avait été valablement prise pour la période du 14 février 2015".
Ce mercredi 5 octobre 2016, la mère de Talon Bishop a annoncé qu'elle portait plainte "pour mise en danger délibérée de la vie d'autrui et homicide involontaire" contre la commune de l'Étang-Salé, son maire en exercice, ainsi que "tous autres que l'enquête pourrait révéler". Sa fille, attaquée par un squale à l'Étang-Salé, est décédée en février 2015. Dans sa plainte, sa famille indique "qu"aucune interdiction de baignade n'avait été valablement prise pour la période du 14 février 2015".

C'est au lieu-dit "Ravine Mulla", sur la plage de l'Étang-Salé, que Talon Bishop, alors âgée de 22 ans, est mordue par un requin tigre. Elle décède ensuite à l'hôpital des suites de ses blessures. Le drame s'est produit le 14 février 2015 alors que la jeune fille se baignait avec son amie. 

La plainte déposée par la mère de Talon Bishop le 30 septembre 2016 précise "qu'aucune interdiction de baignade n'avait été valablement prise pour la période du 14 février 2015". Cette précision s'appuie sur l'étude de trois arrêtés, l'un municipal et deux préfectoraux. "De l'examen des arrêtés préfectoraux versés à l'enquête de la gendarmerie il ressort sans discussion que la baignade n'était pas interdite du 16 septembre 2014 au 14 février 2015 inclus. Ainsi cette période de 5 mois n'était couverte par aucune interdiction de baignade." poursuit Florence Rault, avocate au barreau de Paris, dans la plainte.

À la suite de cet accident, une enquête préliminaire a été ouverte. Mais, "contre toute attente, il est apparu que les poursuites n’étaient nullement destinées à faire la lumière sur les circonstances de l’accident et ses suites mais étaient dirigées contre les victimes, du chef de "violation d'une interdiction ou manquement à une obligation édictée par décret ou arrêté de police pour assurer la tranquillité, la sécurité ou la salubrité". L'avocate de la mère de la victime assure cependant que c'est "précisément le manque flagrant de signalisation et d’avertissement conformes à la loi et aux règlements sur la plage de l’Etang-Salé qui est à l’origine de ce fatal accident." Cette enquête préliminaire visait notamment le compagnon de la victime "comme auteur d'infraction". La plainte conclue que "dans cette logique, Talon aurait également été poursuivie si elle n'était pas décédée".

Ce qui a conduit la maman de Talon Bishop à porter plainte contre "le maire de la commune et la commune en sa qualité de personne morale, et tous autres que l'enquête pourrait révéler." en s'appuyant principalement contre l'absence d'interdiction et de signalisation. L'avocate s'interroge également sur la raison pour laquelle "les secours ont été aussi longs à intervenir".

-"Talon est restée consciente au moins 40 minutes après l'attaque du squale"-

Le jour du drame, c'est le mari d'une femme présente sur les lieux qui a effectivement prodigué les premiers secours à la victime. Cardiologue au CHU de Saint-Paul, il s'est employé "à limiter l'hémorragie", "permettant à la victime de rester consciente dans l'attente de l'arrivée des secours appelés immédiatement par sa femme et par d'autres témoins de la scène, présents sur place". Divers témoins ont attesté que "Talon était consciente" pendant "au moins 40 minutes après l'attaque du squale. La plainte poursuit ainsi : "Malgré divers appels immédiats, puis réitérés aux services de secours, les pompiers puis le personnel soignant du SMUR étaient dépêchés sur place, sans matériel spécifique et sans hélicoptère, retardant d'autant une prise en charge efficace, et certainement salvatrice." L'attaque a eu lieu à 18h27 selon la déposition d'un témoin direct. Le rapport d'intervention du SAMU indique que la jeune ville est arrivée à 20h10 au centre hospitalier sud après avoir été transportée par voie routière. Son décès a été déclaré à 21 heures. La plainte affirme que ce décès a fait suite à "ses blessures, faute de prise en charge appropriée dans des délais raisonnables".

Pour rappel, l'attaque s'est produite alors que Talon s'apprêtait à sortir de l'eau. "N'étant mouillée qu'à la ceinture, elle a été brutalement mordue à hauteur de la cuisse droite par un requin tigre" précise le contenu de la plainte. Un joggeur, témoin direct de la scène, raconte : "J'ai entendu la jeune fille crier. C'était un cri de douleur. De suite, je me suis tourné vers eux, ils se débattaient dans l'eau, le jeune garçon criait non non et une mare de sang est apparue."

www.ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

Sancho pancha , Posté
Au mois d'aout 2016, il y a un medecin qui est intervenu en direct au JT d'antenne reunion pour se plaindre qu'il n'y a pas de pancartes pour prevenir du risque poisson pierre. (20à 30 signalements aux urgences chaque années depuis 20 ou 30 ans... pour un medecin ca la fout mal).

Deja que la couleur jaune du panneau de Lacouture n'a pas plu à la plaignante (lire dans le copié collé du charabia probablement facturé avec 3 zero sur le principe du plus c'est gros, plus ca passe), on est meme surpris qu'elle n'ai pas reproché au maire de ne pas avoir mis un panneau retroeclairé pour la baignade nocturne.

Il va falloir aussi songer à mettre des pancartes pour prévenir du ridicule pathetique qui est en augmentation exponentielle.
Lolita, Posté
Argumentaire ridicule Don Quichotte, cette plainte ne vise pas à s'attaquer à la fatalité mais à obtenir des réponses claires et précises face à des rumeurs de prise en charge inadaptée d'un blessé. Votre cynisme ne suffira pas à élever le débat.
Nathalie , Posté
il s'agit de la vie d'un humain, la vie de la jeune Talon Bishop... un peu de respect pour la défunte et pour la famille qui pleure leur fille. Mais d'où sortez-vous pour émettre ce genre de commentaire ? combien empochez-vous pour avoir émis ce genre de commentaire lamentable? votre profit au dépent de la peine, dites nous honnêtement combien coùte votre militantisme ? une painte de riz, un contrat ? et pendant ce temps des gens souffrent mais vous y etes insensible? non parce que ce n'est pas un membre de votre famille...Allez vous cachez dans un trou et n'en sortez plus.Honte à vous Don Quichiotte.
Don quichotte , Posté
il faut aussi assigner la mort en justice et porter plainte contre le hasard puisque didier derand n'a pas ete attaqué a ce meme endroit qq temsp auparavant.

En attendant construite un panneau assez grand visible dpeuis madagascar et demander à jace d'y faire un dessin comprensible par les chinois et les inuit pour prevenir des risques:

- requin
- baignade sans se mouiller la nuque
- risque poisson pierre
- risque tsunami par mer calme
- risque coup de soeil
- risque poiquage sur la sable noir en plein soleil