Protection contre les squales :

Le filet anti-requins de Boucan Canot aurait été saboté une seconde fois


Publié / Actualisé
Le filet anti-requins de Boucan Canot aurait été saboté une seconde fois, dès le lendemain de la réouverture de la plage à la baignade, ce week-end, rapporte le Quotidien, dans son édition de mardi 20 décembre 2016.
Le filet anti-requins de Boucan Canot aurait été saboté une seconde fois, dès le lendemain de la réouverture de la plage à la baignade, ce week-end, rapporte le Quotidien, dans son édition de mardi 20 décembre 2016.

Dimanche 18 décembre, soit à peine une journée après l'annonce de la réouverture de la plage à la baignade, "les plongeurs de la Cisan ont détecté une coupure nette sur trois mailles du filet, près de la surface. Une observation déjà faite en tout début de mois à un autre endroit du filet. Les hommes de la Cisan ont rapiécé le filet sur place dimanche, afin que les baigneurs puissent continuer à profiter de la mer", rapporte Le Quotidien, qui précise qu'une nouvelle plainte sera déposée par la municipalité. La mairie se constituera cette fois partie civile, "pour dégradation et mise en danger de la vie d'autrui", et prévoit également de renforcer la surveillance, pour tenter de repérer l'auteur des faits.

Au vu de ces actes, la municipalité s'interroge sur les causes de la dernière attaque de requin, le 27 août dernier. Laurent Chardard, un jeune homme de 21 ans est attaqué par un requin à Boucan Canot, vers 17 heures, alors qu'il surfait avec un groupe d'une dizaine d'autres surfers.  Le squale, vraisemblablement un requin bouledogue, lui a arraché le bras droit et l'a sévèrement mordu à la cheville droite. Le drame s'est produit alors que le drapeau rouge interdisant la baignade et les activités nautiques était hissé. Les maîtres nageurs sauveteurs (MNS) avaient pris cette décision le matin même après avoir constaté que le filet anti requin avait été troué. A l'époque, la ville pensait que le trou était du à la forte houle, mais aujourd'hui, le doute s'installe. Est-ce la houle qui a troué le filet, ou bien était-ce également un sabotage ? 


Les mailles du filet, coupées de cette façon ont été constatées "souvent depuis un an", selon une publication de Patrick Florès, sur sa page Facebook. Début décembre, la photo du filet endommagé a été reprise par le collectif IrreverSEAbles, qui défend le droit à l'océan. Dans sa publication, ce dernier ne peut "croire qu'une houle de moins de 2M ait pu couper net le filet en sa hauteur", parle de "sabotage" du dispositif et annonce qu'"une plainte a été déposée".

De son côté, Jean-Bernard Galvès, porte-parole d'un collectif d'associations environnementales, "condamne avec la plus extrême vigueur l'acte présumé de sabotage des filets de Boucan, si il devait être démontré".

"Nous rappelons que nous soutenons totalement le principe des filets non maillants de Boucan qui sont conçus non pas pour attraper des requins et autres animaux mais pour sécuriser un espace d'activités humaines en formant une barrière. Les seuls qui aient intérêt à jeter le discrédit sur ce filets, voire à les saboter,  sont les tenants d'une pêche intensive et fort bien rémunérée du requin qu'ils veulent introduire jusque dans la réserve" écrivait le responsable du groud'associations - ASPAS, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Requin Intégration, Sauvegarde des requins, Sea Shepherd ,Tendua, Vague.

www.ipreunion.com

 

 

   

2 Commentaire(s)

Watson, depuis son mobile, Posté
Comment avancer avec des palanquées d'abrutis empêcheurs de tourner en rond...
Zouritt974, Posté
En fait galves laisse entendre que flores sabote le filet pour justifier cap requin ? J ai bien compris ?