Après ses propos contre l'abattage des requins :

La princesse de Monaco fait son mea culpa


Publié / Actualisé
En mars dernier dans Paris Match, la princesse Charlène de Monaco condamnait l'abattage des requins à La Réunion. Alors que les proches des victimes avaient fait part de leur indignation suite à ses propos, le collectif a reçu un message d'excuse de la princesse.
En mars dernier dans Paris Match, la princesse Charlène de Monaco condamnait l'abattage des requins à La Réunion. Alors que les proches des victimes avaient fait part de leur indignation suite à ses propos, le collectif a reçu un message d'excuse de la princesse.

"La princesse est évidemment sensible à la douleur et au chagrin des familles dont un être cher a été victime d'une attaque de requin". C'est avec ses mots que la princesse de Monaco s'est excusée le 2 août dernier dans un mail auprès du collectif des victimes du scandale requin, transmis ce mercredi 8 novembre à Imaz Press.

Charlène de Monaco remet en cause le magazine Paris Match où "ses propos ont été sortis de leur contexte et retranscrits de manière incomplète". Elle se dit "engagée au quotidien avec sa fondation pour sensibiliser et sauver des vies face aux dangers de la mer notamment de la noyade" et souhaite que "toutes les mesures doivent être mises en place afin que de tels drames ne puissent se reproduire en préservant l'accès à la mer pour les populations dont elle constitue leur environnement naturel".

Une réponse qui dénote avec les propos qu'elle tenait en mars dernier. Dans une interview parue dans Paris Match, la princesse Charlène de Monaco fustigeait l'abattage des requins sur l'île : "On tue 1 million de requins par an, eux ont fait 20 morts à La Réunion depuis 2011...". Des propos intervenus quelques jours après la mort d'Alexandre Naussac, bodyboardeur attaqué par un squale du côté de Saint-André en février pour qui elle se montrait catégorique : "Je suis désolée pour ce jeune surfer, mais il n'avait pas à nager dans ces eaux sales, particulièrement attirantes pour les requins, et, du reste, interdites à la baignade".

- "Un repositionnement plus respectueux" -

Les mots avaient choqués les proches des victimes qui avaient immédiatement répondu pour faire part de leur indignation : "Il ne faut pas traiter un sujet aussi sensible avec légèreté, et nous vous demandons (...) de mieux vous renseigner (...) Votre ignorance semble grande. Votre notoriété et surtout votre rang devraient vous imposer une certaine précision car lorsque vous parlez aux médias, l'impact est très important" développait la lettre envoyée au palais princier.

Suite à ce mea culpa de la princesse Charlène, le collectif la "remercie pour ce repositionnement plus respectueux des personnes disparues et de notre souffrance" et espère désormais "qu’elle acceptera en retour notre proposition de rencontrer une représentante des familles de victimes, afin que celle-ci puisse lui faire part de notre douleur et de notre désespoir".

hf/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !