Crise requin :

Roches noires et Boucan - Le Département verse 480.000 euros pour les filets anti squales


Publié / Actualisé
Dans son compte rendu sur la commission permanente du mercredi 8 novembre, le conseil départemental a annoncé avoir voté le financement de 480.000 euros pour l'acquisition de filets anti-requins. Une nouvelle bien accueillie à la mairie de Saint-Paul.
Dans son compte rendu sur la commission permanente du mercredi 8 novembre, le conseil départemental a annoncé avoir voté le financement de 480.000 euros pour l'acquisition de filets anti-requins. Une nouvelle bien accueillie à la mairie de Saint-Paul.

Le Département se positionne dans la crise requin. Pour la première depuis 2011, le Département a décidé de s'impliquer financièrement en votant le versement de 480.000 euros pour l'acquisition de filets anti-requins avec la Région et l'État. Cette somme représente 30% de la dépense totale prévue par la mairie de Saint-Paul, estimée à 1,6 millions d'euros.

C'est "l'impact de la crise requin sur l'image touristique de La Réunion" qui a alerté le Département. Pour Willy Cail, directeur de la prévention et de la sécurité à la mairie de Saint-Paul, cela montre "qu'il s'agit d'un problème qui concerne toute La Réunion et pas seulement Saint-Paul". Les 480.000 euros obtenus par la mairie "sont les bienvenus pour deux raisons : d'abord, cela montre qu'il y a une volonté de tous les partis de s'engager dans cette crise, et puis le montant n'est pas négligeable dans un projet de financement" affirme l'élu.

Encore liée jusqu'au 18 décembre 2017 pour la plage de Boucan Canot, et en avril 2018 pour la plage des Roches Noires à l'entreprise Seanergy océan Indien, la mairie de Saint-Paul "est actuellement en train d'analyser les deux offres reçues pour une assistance à maitrise d'ouvrage". La société qui sera alors choisie "aux alentours du 22 novembre" aura "cinq semaines pour procéder à un audit des zones" explique Willy Cail.

-Roches Noires "bouclées avant Noël", Boucan Canot ensuite -

La somme versée par le conseil départemental est "incorporée au budget total de subventions prévues" pour le dispositif de sécurisation dont les travaux débuteront en juin 2018 précise Willy Cail. "Cette somme, c'est un retour sur investissement assuré : un retour à la plage pour les Réunionnais et aussi la relance de l'économie à la clé" insiste l'élu.

Des "phases de tests et d'amélioration sont toujours en cours sur la plage des Roches Noires" explique le directeur de la prévention. Un nouveau test est prévu le 20 novembre "où deux solutions seront testées" : "si l'une des deux s'avèrent concluantes, on pourra rouvrir les zones de baignades et d'activités nautiques" lance Willy Cail. Une date ? "ce sera bouclé avant Noël" indique-t-il. "Le même outil pourrait être utilisé très rapidement sur la plage de Boucan Canot si tout fonctionne bien" explique l'élu. S'il refuse de donner une date pour Boucan Canot, il se dit "optimiste" malgré "les difficultés d'un projet qui est inédit sur l'île".

hf/www.ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Vivien DURIEUX de CAROLI, Posté
Les requins terrestes, exploitant sans Permis de Construire,13 restos aux ROCHES NOIRES ,ces requins ayant pignons sur rue exercant en toute illégalité sont les premiers à rejeter leurs poubelles aux ROCHES NOIRES .
Eric, Posté
Si ça peut aider tant mieux! Espérons que ça ne va pas se rajouter au millions déjà jeter à la Mer
Aterla, Posté
Il y en a de l'argent, dites donc! Et ces filets coûtent bien cher. Suis-je le seul à penser que la crise profite bien à certains?
Encore une fois, pour un cas **présumé** de ciguatera en 1993, d'ailleurs à Madagascar je crois, a provoqué en 1999 l'interdiction de la vente des requins (et non pas de la consommation!!). Depuis les pécheurs ne sont plus motivés pour en pêcher et encombrer leurs bateaux avec un animal encombrant et dangereux.

Et lorsque (si) un jour la vente sera de nouveau autorisée, donc la pêche, il suffira de confisquer définitivement les bateaux et de donner une amende fortement dissuasive pour empêcher la barbarie de l'époque: la pêche avec des chiens vivants en appat. Suis-je le seul à penser que ces barbares sont à l'origine de la situation actuelle?