Festival "Même pas Peur" à La Réunion :

Le Cran obtient le retrait de l'affiche "blackface"


Publié / Actualisé
À l'affiche du festival international du film fantastique "Même pas peur" de La Réunion qui se tient en février prochain, deux femmes blanches nues sont peintes de noir avec des coiffures de paille. Le Conseil représentatif des associations noires de France (Cran) a obtenu son retrait et demande des explications aux soutiens du festival.
À l'affiche du festival international du film fantastique "Même pas peur" de La Réunion qui se tient en février prochain, deux femmes blanches nues sont peintes de noir avec des coiffures de paille. Le Conseil représentatif des associations noires de France (Cran) a obtenu son retrait et demande des explications aux soutiens du festival.

Après la photo du footballeur Antoine Griezmann déguisé et maquillé en joueur noir des Harlem Globetrotters, le Cran polémique sur un nouveau cas de "blackface" qui concerne cette fois La Réunion. Pour rappel, le blackface vient d'une pratique théâtrale qui s’est développée à partir du XIXe siècle aux États-Unis, conduisant des acteurs blancs à se peindre le visage en noir pour interpréter des personnages caricaturaux de noirs.

À l'affiche de la 8ème édition du festival international du film fantastique de La Réunion qui se déroule du 21 au 28 février, on peut voir "deux femmes blanches nues, grimées de noir, avec une étrange perruque et tenant un œuf dans le creux de la main" indique le Conseil représentatif des associations noires de France (Cran) dans son communiqué. Le collectif s'est félicité d'avoir obtenu le retrait et remplacement de cette affiche qui fait écho aux récents cas de blackface, de la photo d'Antoine Griezmann au carnaval de Dunkerque.

L'organisatrice du festival Aurélia Mangin "a expliqué qu’elle était métisse, comme si le fait 'd’être née d’une mère noire et d’un père blanc' était une sorte de 'joker' donnant le droit de faire tout et n’importe quoi" explique le Cran dans son communiqué. L’organisatrice a aussi affirmé que "l’affiche n’est ni raciste, ni blessante, juste mal interprétée" relate le Cran. "Malgré tout, la pression du Cran a fini par porter ses fruits. Après quelques résistances, Aurélia Mangin a fini par concéder : 'il n’y aura plus de blackface'" informe le collectif.

- Le Cran veut des explications -

Malgré le remplacement obtenu de l'affiche, le Cran n'en démord pas et "entend demander des explications aux nombreux sponsors de ce festival". Des institutions publiques et des sociétés privées sont concernées. "Blackface, le Crab dit Stop. Nous demandons à ces sponsors de présenter des excuses, de s’engager à ne plus soutenir aucune manifestation culturelle impliquant du blackface, et de nous aider dans notre combat contre le blackface" a déclaré Ghyslain Vedeux, administrateur du Cran.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Jose, Posté
Ah les ..., rien de plus utile à faire ?