Pendant les vacances scolaires :

Risque requin - La préfecture appelle à la prudence


Publié / Actualisé
Durant cette période de vacances scolaires, le préfet de La Réunion recommande la plus grande vigilance aux usagers de la mer et plus particulièrement aux pratiquants des activités les plus exposées au risque requin qui font l'objet d'une réglementation spécifique. "En effet, même si La Réunion n'a pas eu à déplorer depuis un an d'attaques de requins avec victimes humaines, la majorité de ces attaques est historiquement associée à la période actuelle de refroidissement saisonnier de la température de l'eau de mer, avec une fréquentation plus importante des côtes en hiver austral par les requins bouledogue potentiellement dangereux. Le niveau de risque est donc plus élevé en cette période" rappelle la préfecture dont nous publions le communiqué ci-dessous
Durant cette période de vacances scolaires, le préfet de La Réunion recommande la plus grande vigilance aux usagers de la mer et plus particulièrement aux pratiquants des activités les plus exposées au risque requin qui font l'objet d'une réglementation spécifique. "En effet, même si La Réunion n'a pas eu à déplorer depuis un an d'attaques de requins avec victimes humaines, la majorité de ces attaques est historiquement associée à la période actuelle de refroidissement saisonnier de la température de l'eau de mer, avec une fréquentation plus importante des côtes en hiver austral par les requins bouledogue potentiellement dangereux. Le niveau de risque est donc plus élevé en cette période" rappelle la préfecture dont nous publions le communiqué ci-dessous

Rappel de la réglementation en vigueur

L’arrêté préfectoral du 8 février 2017, portant réglementation temporaire de la baignade et de certaines activités nautiques, restreint dans la bande des 300 mètres du littoral du département de La Réunion, sauf dans le lagon et en dehors du lagon dans les espaces aménagés et les zones surveillées définies par arrêté municipal, les activités les plus exposées au risque requin, à savoir :

- la baignade, y compris lorsqu’elle s’effectue à l’aide d’un équipement de type palmes, masque et tuba ;
- les activités nautiques utilisant la force motrice des vagues (surf, bodyboard, bodysurf, longboard, paddleboard).

Les autres activités nautiques, notamment la plongée et la pêche sous-marine, demeurent possibles dans le cadre de la réglementation, aux risques et périls de leurs usagers.

Dispositifs de prévention et de surveillance en vigueur

D’une manière générale, la signalisation utilisée pour la baignade sur les plages surveillées est la suivante :
un drapeau rouge vif signifiant " interdiction de se baigner " ;
un drapeau jaune orange signifiant " baignade dangereuse mais surveillée " ;
un drapeau vert signifiant " baignade surveillée et absence de danger particulier ".

Sur certaines plages, ce dispositif est complété par une signalétique spécifique relative au risque requin :
la flamme rouge comportant un requin indique que la présence d’un requin a été récemment signalée ou observée dans la zone ou à ses abords ;
la flamme orange comportant un requin indique que les conditions sur zone sont propices à la présence de requins (météo, signalements récents…).

En l’absence de signalétique, la pratique des activités nautiques concernées par la réglementation préfectorale et communale est interdite.

• Conseils de sécurité et de prudence recommandés par le CROSS (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage)


Avant de se mettre à l’eau ou de pratiquer une activité nautique ou de pêche :
- ne jamais se mettre à l’eau dans une zone interdite ou signalée dangereuse (consulter les panneaux d’informations) et vérifier la couleur du drapeau hissé ;
- privilégier les zones de baignade surveillées et rester vigilants par rapport aux forts courants latéraux dans le lagon à proximité des passes;
- se renseigner auprès des maîtres nageurs sauveteurs du poste de surveillance ou des loueurs d’équipements de loisirs nautiques sur la réglementation et les dangers éventuels dans la zone pratiquée : courants, conditions météorologiques (forte houle, orage, intempéries), qualité de l’eau (eaux troubles, pollution) ;
- ne pas laisser les enfants qui se baignent sans surveillance ;
- rester vigilant lors de promenades ou d’activités de pêche à la gaulette le long du littoral réunionnais notamment lors des périodes de fortes houles ; le risque d’être happé par une vague ou de chute à la mer est bien réel.

Il est vivement recommandé aux pratiquants de la chasse sous-marine d’exercer cette activité en binôme, de vérifier leur condition physique et ne pas surestimer leurs capacités;

Les pratiquants de paddle board doivent rester vigilants par rapport aux courants dans le lagon et la proximité de la barrière de corail et doivent toujours utiliser un leash (cordon de sécurité) ;

En mer :
- ne pas relâcher sa vigilance, le risque " zéro " n’existe pas ;
- privilégier la pratique collective des activités nautiques, sous l’encadrement et la responsabilité des professionnels de la mer ;
- ne pas rester dans l’eau en cas de blessure et, en cas de pêche sous marine, ne pas conserver ses prises sur soi mais les déposer le plus rapidement possible sur sa bouée ou dans son navire ;
- consulter les bulletins météorologiques sur l’état de la mer, le vent et la houle avant toute sortie en mer ;
s’assurer avant toute sortie en mer que le navire dispose de tous les équipements de sauvetage obligatoires et de moyens de communication radio VHF permettant de contacter rapidement le CROSS.

Pour déclencher des secours en mer, contactez le CROSS

Au même titre que les autres centres d’urgence (SAMU, CODIS), le CROSS dispose d’un numéro d’appel d’urgence abrégé, le 196. Ce numéro permet une mise en contact téléphonique directe avec le CROSS, chargé de la coordination du sauvetage en mer, et lui permet d’engager plus rapidement l’envoi de moyens adaptés à la situation d’urgence. Avec le 196, c’est l’assurance d’être en contact avec des professionnels du sauvetage en mer capables de répondre efficacement à une demande de secours.


Attention, le 196 ne se substitue pas en mer à la VHF, prioritaire pour alerter et rester en contact avec le CROSS et les moyens de secours.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !