Le dispositif est en test :

Saint-Paul et Etang-Salé : des ondes électromagnétiques pour repousser les requins


Publié / Actualisé
Utilisant la technologie "SharkSafe Barrier" un nouveau dispositif de lutte contre les squales est en test en baie de Saint-Paul et au large de la plage de l'Etang Salé, a indiqué le centre de ressources et d'appui (CRA) de réduction du risque requin ce vendredi 8 février 2019. Installés dans l'eau, les appareils émettent des ondes électromagnétiques qui repoussent les squales. Le dispositif a déjà été testé avec succès en Afrique du Sud.
Utilisant la technologie "SharkSafe Barrier" un nouveau dispositif de lutte contre les squales est en test en baie de Saint-Paul et au large de la plage de l'Etang Salé, a indiqué le centre de ressources et d'appui (CRA) de réduction du risque requin ce vendredi 8 février 2019. Installés dans l'eau, les appareils émettent des ondes électromagnétiques qui repoussent les squales. Le dispositif a déjà été testé avec succès en Afrique du Sud.

La technologie "SharkSafe Barrier" repose sur une combinaison de 2 dispositifs de protection : une barrière visuelle et physique consolidée par un système de dissuasion utilisant une barrière magnétique. "L’ensemble constitue une solution prometteuse pour la réduction du risque requin à La Réunion" indique le centre de ressources et d'appui.

Elaboré en Afrique du Sud, le dispositif a été en test dans ce pays pendant 5 ans. Au cours de cette période " il y a eu 125 interactions avec des requins" informe le CRA. Ce qui est plutôt satisfaisant. Un bémol toutefois, les squales repoussés étaient des grands blanc "or, ici à La Réunion ce sont les bouledogues et les tigres que nous cherchons à éloigner" souligne le CRA

D'où l'intéret des essais qui ont démarré il y a quelques semaines en Baie de Saint-Paul, pour les test d’exclusion et à L’Etang-Salé pour les tests de robustesse serviront ainsi à déterminer si le dispositif est efficace sur les squales évoluant autour de La Réunion.

Les objectifs des tests à La Réunion sont "de confirmer les effets d’exclusion et de répulsion du dispositif sur les requins bouledogue et tigre dans les conditions locales et dans le but d’un déploiement opérationnel ; de s’assurer de la robustesse du dispositif dans nos conditions de mer forte (houles australes et cycloniques) et sur différents types de fonds" précise le le centre de ressources et d'appui qui "espère des interactions avec 20 requins bouledogues et avec 20 requins tigres."

Le CRA dit vouloir apporter des "garanties techniques sur le dispositif de protection" ainsi que des "garanties économiques en termes de coûts d’investissement et de maintenance et des garanties juridiques par le biais d’une publication scientifique". L'idée est de "permettre aux collectivités locales et autres porteurs de projets de disposer d’une solution opérationnelle rapidement mobilisable" dit encore le centre de ressources et d'appui.

Le dispositif  a été mis à la disposition du CRA par ses concepteurs pour deux ans. Le coût des tests n'a pas été rendu public.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !