22 squales prélevés depuis le 18 mars :

La préfecture demande de la prudence face aux requins


Publié / Actualisé
Le préfet de La Réunion Jacques Billant appelle, ce vendredi 8 mai 2020, à la plus grande prudence face au risque des requins. Beaucoup de surfeurs sont en effet à l'eau, bafouant les consignes de confinement, or le risque d'attaque est décuplé avec le changement de saison. 22 requins ont été prélevés depuis le 18 mars 2020. Nous publions le communiqué de la préfecture ci-dessous. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Le préfet de La Réunion Jacques Billant appelle, ce vendredi 8 mai 2020, à la plus grande prudence face au risque des requins. Beaucoup de surfeurs sont en effet à l'eau, bafouant les consignes de confinement, or le risque d'attaque est décuplé avec le changement de saison. 22 requins ont été prélevés depuis le 18 mars 2020. Nous publions le communiqué de la préfecture ci-dessous. (Photo rb/www.ipreunion.com)

En dépit de cette période particulière de confinement, certains pratiquants de surf et de bodyboard continuent à pratiquer sur les côtes Ouest et Sud de l’Île. Au-delà du contexte de pandémie et du caractère irresponsable de ces actes individuels alors que toutes activités nautiques sont interdites dans le confinement, le préfet de La Réunion appelle à la plus grande vigilance les usagers illégaux de la mer particulièrement exposées au risque requin.

Le changement de saison est facteur de risque élevé d’attaque de requin

Depuis 2011, les statistiques réalisées ont montré qu’aux mois d’avril et de mai, période d’intersaison avec le refroidissement de l’eau et l’arrivée des grosses houles produisant un phénomène accentué de turbidité de l’eau, les attaques ont été nombreuses.

Pour rappel, sur la même période en 2019, deux attaques mortelles ont eu lieu, l’une à la pointe au sel qui a coûté la vie à Adrien Dubosc (29 avril 2017) et, plus récemment, celle survenue sur la Gauche de Saint-Leu qui a entraîné le décès de Kim Mahbouli (9 mai 2019).

Au regard des études et statistiques croisées, il est aujourd’hui admis à La Réunion que le risque d’interaction ou d’attaque de requin est :

· Maximal lors du refroidissement hivernal en avril et mai.

· 2 fois plus important l’après-midi que le matin.

· Maximal après 16h et jusqu’au coucher du soleil (trois attaques sur quatre).

· Plus important lorsque l’eau est turbide.

A noter également que les premiers fronts froids de la saison et les trains de houle qui les accompagnent, empêchent les déploiements normaux des engins de pêche aux abords des zones d’activités humaines sur les côtes de l’Ouest et du Sud de l’île.

La sortie et l’entrée des bateaux dans les ports et abris-côtiers sont particulièrement dangereuses, ce qui ne permet pas d’assurer la sécurité des pêcheurs.

Le programme réunionnais de pêche de prévention, toujours actif pendant la période de confinement, se poursuit normalement tant que les conditions météorologiques le permettent (22 requins ciblés dont un tigre de 4,20 mètres, potentiellement dangereux et non menacés d’extinction ont été prélevés depuis le 18 mars 2020).

En ce moment singulier où les actions de chacun comptent, le préfet de la Réunion appelle à la responsabilité des pratiquants d’activités nautiques. 

Lire aussi : Le président de Leu tropical surf plaide "pour le respect du confinement et à la réouverture des plages le 11 mai"

   

2 Commentaire(s)

Nout ky, Posté
Mais laisser les !!! La faute à qui? Aux requins? Quoic !!!!!
Joseph, Posté
Tout est régenté aujourd'hui, même les requins sont mis au régime sec !