Saint-Denis :

Les sites de dépots sauvages bientôt aménagés en jardins


Publié / Actualisé
Dans le cadre d'un plan d'amélioration du le cadre de vie des habitants des quartiers de Saint-Denis, la ville entreprend des actions d'embellissement de plusieurs sites recensés en tant que dépôts sauvages en y réalisera des aménagements paysagers. A ce titre, la commune de Saint-Denis invite ses habitants à une réunion d'information et de sensibilisation qui se déroulera ce lundi 29 août, rue Évariste Berg au Chaudron. (Photo d'illustration)
Dans le cadre d'un plan d'amélioration du le cadre de vie des habitants des quartiers de Saint-Denis, la ville entreprend des actions d'embellissement de plusieurs sites recensés en tant que dépôts sauvages en y réalisera des aménagements paysagers. A ce titre, la commune de Saint-Denis invite ses habitants à une réunion d'information et de sensibilisation qui se déroulera ce lundi 29 août, rue Évariste Berg au Chaudron. (Photo d'illustration)

Plusieurs réunions sont également prévus dans différents quartiers comme précisé ci-après :

LE CHAUDRON
 - Dépôt sauvage identifié rue Évariste Berg
Réunion d’information le lundi 29 août à 17h00
Rue Évariste Berg

PETITE-ILE - 
Dépôt sauvage identifié rue de la Digue
Réunion d’information le mardi 30 août à 17h00
Rue de la Digue - Sur le parking de l’école maternelle Ylang-Ylang

MOUFIA - 
Dépôt sauvage identifié rue des Quatre Vents
Réunion d’information le jeudi 1er septembre à 17h00
Rue des Quatre Vents

SAINTE-CLOTILDE - 
Dépôt sauvage identifié dans la Cité des Alamandas
Réunion d’information le lundi 5 septembre à 17h00
Cité des Alamandas - Local de l’association Génération Alamandas
 

   

1 Commentaire(s)

Mécoué, Posté
Dépôts sauvages :
Pour la énième fois on dénoncera le manque de civisme, pour la énième fois on sollicitera des bénévoles adules et surtout enfants, pour accomplir un geste citoyen en venant ramasser les ordures laisser par le « je m’enfoutisme » des autres ; pour la énième fois avec nos impôts on créera des espaces de dépôts d’ordures qui seront ignorés avec le même esprit du : « pa là ek ça » de ces mêmes irresponsables…
Finalement tout laisse à penser que ces incivilités, par certains égards criminelles et qui perdurent, ne dérangent pas tellement les autorités.
En effet dans les années 80/90, un groupe de personnes de « l’éducation populaire » proposé pour le département, la création d’une « brigade verte(*), autant éducative et préventive que répressive », ayant pouvoir d’éduquer et de rechercher les auteurs de ces nuisances et de leur dresser procès-verbal. Comme réponse des responsables de l’époque, «nous n’avons pas ce pouvoir en France… Merci» ? Ah bon ? Comment les Pays qui ont adopté ce type de protection environnementale, ont-ils fait ?
Puis en grattant un peu de quoi est fait les différents statuts des : agents de l’ONF ; policiers nationaux et municipaux ; des gendarmes ; des douaniers ;…, nos parlementaires et les différents courants politiques, n’ont pas pu imaginer à partir de ces exemples mettre depuis en place une loi, si elle n’existe pas, permettant de protéger efficacement notre environnement.
Dans le même ordre d’idée il y a un problème pire qui menace cette ile, c’est le rejet dans la nature de l’huile usagée. A peine 50% des entrants sont récupérés, où peut bien se terrer les 50 % d’huiles restantes ? Cerise sur le gâteau, contre le rejet d’huile usagée dans la nature, la loi prévoit me semble-t-il amende et jusqu’à 2 ans d’emprisonnement.
Uriner dans la nature au Canada c’est amende et emprisonnement pour le contrevenant (avertissement prodiguer par certaines agences de tourisme)…

*) mission de veiller à la propreté des villes, campagnes…