[VIDÉOS] Dernier jour du Kwa La ! Festival :

Découvrez le roots and future de City Kay


Publié / Actualisé
Le groupe français, City Kay, joue ce samedi 5 août 2017 pour le dernier jour du Kwa La ! Festival à Saint-Denis. Rencontre avec ses membres. Ils dévoilent le concept du roots and future.
Le groupe français, City Kay, joue ce samedi 5 août 2017 pour le dernier jour du Kwa La ! Festival à Saint-Denis. Rencontre avec ses membres. Ils dévoilent le concept du roots and future.

 

Leur prochain album sortira d'ici mars 2018. Le chanteur de la formation, Jay Ree, dévoile l’état d’esprit de ce nouvel opus. "Il plaira aux amateurs de reggae. C’est hyper varié et très électro. On ne peut pas envisager de faire du roots and future s’il n’y a pas d’électro dedans. Cela permet d’élargir le spectre, de faire jouer les instruments acoustiques autrement. Cela multiplie les possibilités", lance-t-il, installé, à la table du restaurant d’un hôtel dionysien. Retrouvez ici la programmation du Kwa La ! à la Cité des arts.

Les reggaemen tournent en métropole depuis déjà trois ans. Ils devraient prochainement se produire en Europe. City Kay vient d’ailleurs de signer avec le label Baco Records. Un aboutissement au bout de dix ans de carrière. "Le reggae est une musique de niche avec quelques groupes qui émergent mais qui ne font pas forcément la musique comme nous on l’entend. Quand en plus, tu fais du son underground, cela prend du temps. Mais on propose un style qui nous ressemble", ajoute Yohan.

Pour patienter avant leur prestation, voici un aperçu de leurs talents. Le morceau Politician interprété à capella et à trois voix.

 

 

Après Travelling Southern Africa, paru en 2010, ils collaborent également avec Ismaël Touré, fils des fondateurs de Touré Kunda. Jay Ree, lui, jouait avec Zenzile, un groupe de dub d’Angers. De quoi permettre à tous de passer du temps en studio afin d’élargir leur spectre musical. Vers l’électro toujours ou la pop. "Nôtre style est teinté de roots mais dans une production moderne. Quand le reggae est devenu plus commercial, on a cherché la source de ce pourquoi les gens aimaient le reggae dans le monde. On est des Bretons pour la plupart. On ne fera jamais aussi bien du reggae que les Jamaïcains, alors autant y apporter nôtre propre culture", glisse le chanteur.

Un éclectisme de tous les instants. La preuve avec leur connaissance du patrimoine musical local et du maloya. Une culture et un mélange similaires à l’histoire de la formation. "Nous avons pris d’énormes claques avec Danyèl Waro. Zan Mari Baré nous a scotchés lors de deux concerts. René Lacaille également. Sa fille joue à Angers. Grèn Semé aussi. La culture créole est multi-ethnique", ajoutent en chœur Yohan et Jay Ree.

City Kay monte sur scène ce samedi pour le dernier jour du premier Kwa La. L’occasion d’entendre les titres du nouvel album. Allez une dernière pour la route avec Struck you. C’est par là…

 

 

- La soirée de vendredi -

 

La programmation a été riche en surprises dès la première soirée du Kwa La à la Cité des Arts ce vendredi soir.

Le groupe The Excitments a mis le feu au Fanal hier soir

Tout comme le trio féminin des Barberettes

La Grande Ile investissait la scène du Fanal avec Malagasy Guitar Masters... On en redemande !

A retrouver ce samedi soir : Soweto Gospel Choir (Afrique du Sud - Hifana (Japon) - Jazzanova feat Paul Randolph (Allemagne) - Jacques In The Box (Inde) - The F...... S (Inde) et bien sûr, City Kay (France)...

ts/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !