Night club :

Saint-Denis : le Schiva est restée fermé samedi mais "ouvrira bientôt" (peut-être)


Publié / Actualisé
Cette boîte de nuit dionysienne dont le nom a provoqué l'émotion de responsables religieux tamouls de l'île n'a pas ouvert. Pourtant, samedi en fin de journée, le gérant assurait que l'ouverture se ferait alors qu'il avait déjà reçu la visite de la police municipale et nationale lui rappelant que la mairie ne l'autorisait pas à lever son rideau. Mais que les fêtards se rassurent "on va ouvrir bientôt" a expressément déclaré à Imaz Press Jimmy Naze le gérant des lieux.
Cette boîte de nuit dionysienne dont le nom a provoqué l'émotion de responsables religieux tamouls de l'île n'a pas ouvert. Pourtant, samedi en fin de journée, le gérant assurait que l'ouverture se ferait alors qu'il avait déjà reçu la visite de la police municipale et nationale lui rappelant que la mairie ne l'autorisait pas à lever son rideau. Mais que les fêtards se rassurent "on va ouvrir bientôt" a expressément déclaré à Imaz Press Jimmy Naze le gérant des lieux.

Elle porte le nom d'un dieu pour les Tamouls : Schiva.  Cette boîte de nuit dionysienne, anciennement le 138 devait ouvrir ses portes le samedi 4 août 2018. C'était sans compter sur deux évènements : l'indignation de dignitaires religieux tamouls et surout  l'interdiction d'ouverture émise par la municipalité.

- Interdiction d'ouverture et visite de la police mais "on ouvrira" quand même -

Vendredi 3 août 2018, la police municipale signifie au propriétaire de la boîte de nuit l'interdiction d'ouverture émise par la municipalité. Non pas pour des raisons de dénomination, mais pour des raisons de sécurité. La municipalité avait diligenté une commission de sécurité qui avait identifié des manquements sur les équipements d'aération des lieux.

"Depuis le mois de mai 2018, nous avons envoyé à ce Monsieur un courrier après le passage de la commission de sécurité pour qu'il mette son établissement aux normes, jusqu'à présent rien n'a été fait" signale la mairie de Saint-Denis.

Faisant fi de l'arrêté municipal interdisant l'ouverture de l'établissement, Jimmy Naze, interrogé par Imaz Press, a confirmé "être aux normes et détenir tous les document qui le démontre" et que la boîte de nuit ouvrira. Interrogé, le gérant dément avoir reçu la visite de la police municipale.

Lire aussi : Saint-Denis : la discothèque nommée Schiva déclenche la polémique

Selon les dires du propriétaire, 400 personnes avaient déjà réservé leur soirée et il ne manquait plus qu'à ouvrir les portes ce samedi là.

Samedi 4 août au matin, la police, nationale cette fois, lui rend visite pour s'assurer que la boîte de nuit restera bien fermée en lui rappelant qu'il est sous le coup d'iun arrêté municipal d'interdiction d'ouverture. Une fois de plus Jimmy Naze dément avoir reçu la visite des policiers.

Le message a peut-être eu du mal à passer, mais finalement, le Schiva night Club a fini par capituler comme l'annonçait ce message posté sur Facebook samedi en déburt d'après-midi.

 

 

- Finalement non, "il manque un document"-

Pourtant, l'une de nos journalistes a téléphoné à Jimmy Naze ce samedi 4 août. Elle a obtenu à 17h50 la confirmation que la boîte de nuit ouvrirait bien ses portes le soir même.  Jimmy Naze avait soutenu que c'était un simple souci administratif et "qu'il était en possession de tous les documents nécessaires".

Sauf que, trois heures avant, la publication Facebook de 15h07  annonçait l'annulation et le report de la soirée d'ouverture "à une date ultérieure". Sans plus de précisions.

Un compte personnel révèle que ce sont plus de 290 réservations au Schiva night club qui ont du être annulées pour "un petit problème administratif".

 

Un "petit souci administratif "qui serait imputable à l'ancien propriétaire selon les dires de l'actuel gérant "nous on était dans les règles mais l'ancien propriétaire a oublié de déposer un document". Il affirme et confirme que ce n'est qu'"un problème de document". Il va plus loin en indiquant avoir envoyé les courriers à la municipalité et "être aux normes".

Or, la Ville de Saint-Denis soutient que si la boîte de nuit est toujours fermée, c'est bien parce que les travaux n'ont pas été faits et qu'après vérification elle n'a "pas réussi à mettre la main sur un quelconque courrier du propriétaire".

La commiune a indiqué ne pas être réfractaire à l'ouverture de l'établissement qui est une "source d'activité économique".

Le gérant, une confus dans ses propos il faut bien le dire, est sûr de deux choses : ce n'est qu'un problème de document et sa boîte de nuit ouvrira....sous le nom de...Schiva. Ce n'est qu'une question de temps... à ses dires...

sjb/www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !