Centre d'études scolaires, d'activités et de manifestations :

Saint-Denis réagit face aux difficultés financières du CESAM


Publié / Actualisé
Alors que le Centre d'études scolaires, d'activités et de manifestations (CESAM) est aujourd'hui endetté d'environ 500 000 euros, la ville de Saint-Denis a tenu à communiquer sur la situation. Imaz Press partage avec vous le communiqué dans son intégralité, à retrouver ci-dessous. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Alors que le Centre d'études scolaires, d'activités et de manifestations (CESAM) est aujourd'hui endetté d'environ 500 000 euros, la ville de Saint-Denis a tenu à communiquer sur la situation. Imaz Press partage avec vous le communiqué dans son intégralité, à retrouver ci-dessous. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Dans le cadre de l’agrément accordé par la DJSCS, la CAF et la ville de Saint-Denis, l’association CESAM (Centre d'études scolaires, d'activités et de manifestations) assurait jusqu’à récemment les accueils de loisirs et des activités de garderies pour les enfants pendant la période scolaire et les vacances.

Malgré les subventions régulières attribuées au CESAM, comme pour les autres associations et en fonction des capacités d’accueil des enfants, la dette sociale de cette structure s’élève aujourd’hui à près de 500 000 euros.

Cet endettement relève de la responsabilité de l’association CESAM, la ville de Saint-Denis n’étant que le financeur minoritaire de cette association avec environ 13% de ses recettes.

Par conséquent, la ville ne peut être tenue responsable de cette situation.

La ville déplore cette situation qui met en difficulté, en premier lieu, de nombreuses familles dionysiennes. En effet, moins de  6 % de l’accueil des enfants étaient assurés par cette association.

Pour y remédier, la Ville s’appuie sur son réseau d’associations des territoires, pour proposer d’autres solutions d’accueil, dès ces vacances.

Les parents concernés sont ainsi  invités  à se rapprocher de la direction du Projet éducatif global, au 02 62 30 86 00.

De même, la ville de Saint-Denis travaille pour assurer aux familles, à la rentrée, le meilleur service de garderie."

   

3 Commentaire(s)

Angelo, Posté
Les informations partagées par la Mairie sont faux car la garderie et l'aide aux devoirs sont deux choses différentes.
Nous parents qui travaillaient et/ou parents qui n'ont pas les moyens d'aider leurs enfants à la maison. Il n'aura plus l'aide aux devoirs de proximité ni centre de loisir. Et nos enfants risquent des échecs scolaires.
Un père qui aime ses parents.
Thycha, Posté
Vous parlez de garderie mais pas de l'aide aux devoirs? CESAM intervient sur 12 ecoles pour 325 enfants. Qui va aider ces enfants à la rentrée? Il serait temps d'être honnête avec le public et ne pas filtrer les informations.
Fatima, Posté
En tant que salarié, on n'a pas eu d'audience avec le maire même avec une pétition de 500 signatures.
Je trouve cela inadmissible...
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

30 reportage(s)
Kwa films

Sudel Fuma, héros créole

Kwa Films

"Gangster Project" à Cape Town

Kwa Films

Talents La Kour, le making-off...