Tribune libre d'Ibrahim Patel :

Pour mieux accompagner les entreprises


Publié / Actualisé
Voici le courrier du président de la Chambre de commerce et d'industrie de La Réunion (CCIR), Ibrahim Patel adressé aux sept nouveaux maires de La Réunion, sur les mesures mises en place pour accompagner les entreprises, dans le contexte de crise sanitaire. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Voici le courrier du président de la Chambre de commerce et d'industrie de La Réunion (CCIR), Ibrahim Patel adressé aux sept nouveaux maires de La Réunion, sur les mesures mises en place pour accompagner les entreprises, dans le contexte de crise sanitaire. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Monsieur le Maire,

Au cours de la première réunion du votre conseil municipal vous venez d'être désigné premier magistrat de votre commune.

Je tiens donc tout d'abord à vous adresser mes très sincères et chaleureuses félicitations pour votre élection.

Comme vous le savez, aménager son territoire et développer son activité économique est l'un des enjeux majeurs de l'action politique du maire et des élus municipaux. Les maires sont aujourd'hui jugés par leurs administrés sur le développement économique de leur commune et sur le maintien voire la création d'emplois. Le Maire se doit aussi d'être à l'écoute et de répondre aux besoins des entrepreneurs.

Notre île fait aujourd'hui face à une crise économique sans précédents. Les commerçants, les entrepreneurs, leurs salariés, sont inquiets pour le présent et l'avenir. De nombreuses petites entreprises sont dans une situation économique incertaine, pour beaucoup le risque de faillite est imminent.

Pour faire face à cette crise, de nombreuses mesures de soutien aux acteurs économiques ont été prises par le Gouvernement et la collectivité Régionale. Je tiens à les saluer car elles sont majeures et sans précédents.

En cette période de crise inédite, les communes doivent aussi être aux côtés de leurs entreprises et les accompagner à la fois pour faire face aux conséquences de cette crise, mais aussi pour les soutenir dans cette phase cruciale de relance économique.

Les entreprises attendent donc de votre part des mesures fortes d'accompagnement. Face à l'urgence économique, je vous invite donc à prendre les mesures suivantes en faveur des TPE réunionnaises et à inscrire à l'ordre du jour de votre prochain conseil municipal :

Une exonération de la Taxe Locale sur les Enseignes et Publicités Extérieures jusqu'à la fin de l'année 2020 ; Une exonération de la Cotisation Foncière des Entreprise jusqu'à la fin de l'année 2020 ; Une exonération des droits de terrasse ; Lorsque cela est techniquement possible, répondre favorablement aux demandes d'extensions de terrasses des cafés, bars et restaurants.

Je sais pouvoir compter sur votre intervention pour accompagner le sauvetage des entreprises et des emplois de votre commune et vous renouvelle tous mes voeux de réussite dans le mandat que vous allez assurer. Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Maire, à l'assurance de ma considération distinguée."

Ibrahim Patel

   

1 Commentaire(s)

Jean Philippe Desby (NSR), Posté
Monsieur le président de la chambre consulaire, élu dans les circonstances que l'on connaît (ou devine...), rappelle vote par correspondance !, en France la sphère publique (intérêt général, service public, etc.) et le monde économique, marchand et concurrentiel, cela ne fonctionne pas pareil...
Une entreprise n'existe que pour faire du business, des profits, des deals. Si c'est pour perdre de l'argent, il serait préférable de fermer la boîte et d'aller à la pêche sur la cÃ'te, sur le littoral, avec son moulinet !
Une entreprise doit produire et ensuite vendre ses produits, sa production, en faisant des bénéfices...
Et, le plus important, une bonne entreprise doit toujours avoir une trésorerie pour faire face aux coups durs...qui arrivent tÃ't ou tard! Et, quel que soit l'activité, ou le domaine d'intervention ou de pan économique, commercial, il y a toujours un facteur risque...et c'est pour cela il y a toujours un poste marges, bénéfices et aléas...
Donc, les discours et les paroles...ça compte pour du beurre.