Tribune libre d'Ericka Bareigts :

"Pour une stratégie réunionnaise de lutte contre la Covid-19"


Publié / Actualisé
Dès mars 2020, la maire de Saint-Denis, alors députée, s'est battue pour l'application d'une stratégie réunionnaise de lutte contre la COVID 19. Dès le 12 août 2020, la ville de Saint-Denis a du faire face aux premiers gros clusters réunionnais contre lesquels elle a mené une lutte active. Le pic a été atteint avec un maximum de 116 nouveaux cas par jour début septembre et un taux d'incidence de 225,1. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Dès mars 2020, la maire de Saint-Denis, alors députée, s'est battue pour l'application d'une stratégie réunionnaise de lutte contre la COVID 19. Dès le 12 août 2020, la ville de Saint-Denis a du faire face aux premiers gros clusters réunionnais contre lesquels elle a mené une lutte active. Le pic a été atteint avec un maximum de 116 nouveaux cas par jour début septembre et un taux d'incidence de 225,1. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Grâce à la mobilisation constante de l’ensemble des maires autour du préfet, de l’ARS et du rectorat nous avons pu construire une stratégie efficace pour le ralentissement de la propagation de la maladie .

A Saint-Denis, la maire a mené une lutte contre le virus basée sur une démarche partenariale et d’hyper proximité. 

- Elle a mobilisé le tissu associatif qui, formé à la sensibilisation anti-COVID par l’IREPS (L'Instance Régionale d'Education et de Promotion de la Santé) est intervenu dans les différents quartiers de la ville pour sensibiliser la population aux gestes barrière. Plus de 6000 Dionysiens ont ainsi été touchés par ces associations mobilisées au service de la santé de tous les Réunionnais.

- Une distribution massive de masques réutilisables a également eu lieu, notamment dans les écoles de la ville.

- Avec l’ARS, en fonction d’analyses fines des chiffres de la contamination par quartier, en lien avec les élus de secteurs , des campagnes ciblées de dépistages populationnels ont été organisées afin d’isoler le plus rapidement possible les personnes positives et casser ainsi les chaînes de transmission du virus.

- La police municipale et la police nationale ont été fortement mobilisées en partenariat afin de faire respecter les mesures obligatoires (port du masque, interdiction de rassemblements).

Des efforts conséquents ont été demandés à la population, directement reliées à la situation sanitaire locale et au niveau de circulation du virus. Ces efforts conjoints ont porté leurs fruits puisque les niveaux d’incidence réunionnais ont largement baissé, passant de 225,1 début septembre à 49 la semaine dernière.

Il nous faut aujourd’hui protéger la Réunion en ne permettant plus l’importation de cas extérieurs.

C'est la raison pour laquelle la maire de Saint-Denis demande l'extension de l'obligation de présenter un test à tout voyageur souhaitant se rendre à La Réunion, quel que soit son lieu de départ. Aujourd’hui, les tests sont rendus obligatoires pour tous les voyageurs arrivant dans l’Hexagone, elle demande donc que les tests à J+4 soient également rendus obligatoires pour tous les voyageurs arrivant à la Réunion.

Dans ce contexte il nous faut préserver la vie sociale, la possibilité de fêter dignement nos défunts pour la Toussaint et les fêtes de fin d’année,  l’activité culturelle et sportive qui font la cohésion de nos territoires, l’économie réunionnaise déjà durement touchée par des crises successives et avec elle l’emploi des Réunionnais.

L’exception réunionnaise existe, nous saluons le fait qu’elle ait été reconnue par la mise en place d’une stratégie réunionnaise de lutte contre la Covid-19.

   

1 Commentaire(s)

Une équipe qui perd, Posté
"Aujourd'hui, les tests sont rendus obligatoires pour tous les voyageurs arrivant dans l'Hexagone"Ah bon, il faut un test pour aller de la Réunion à l'hexagone, maintenant ? Jusqu'à présent une attestation sur l'honneur suffisait.