Après le saccage et le cambriolage de ses locaux professionnels :

Thierry Robert : "Des personnes qui veulent ma mort politique, il n'y en a pas 50 000"


Publié / Actualisé
Ce samedi 31 mai 2014, Thierry Robert retrouvait ses locaux professionnels situés aux Avirons cambriolés et saccagés. Ce mardi 3 juin, le député-maire de Saint-Leu est intervenu pour préciser que seuls des documents le concernant personnellement ou ayant une dimension politique avaient été dérobés. "Je crois que certaines personnes ont dépassé la ligne rouge et voulaient soit m'intimider, soit avoir des documents pour me faire tomber", a-t-il indiqué au micro de Radio Festival, confiant avoir "des idées" sur qui était à l'origine du méfait : "des personnes qui aujourd'hui veulent ma mort politique, il n'y en a pas 50 000 à La Réunion..."
Ce samedi 31 mai 2014, Thierry Robert retrouvait ses locaux professionnels situés aux Avirons cambriolés et saccagés. Ce mardi 3 juin, le député-maire de Saint-Leu est intervenu pour préciser que seuls des documents le concernant personnellement ou ayant une dimension politique avaient été dérobés. "Je crois que certaines personnes ont dépassé la ligne rouge et voulaient soit m'intimider, soit avoir des documents pour me faire tomber", a-t-il indiqué au micro de Radio Festival, confiant avoir "des idées" sur qui était à l'origine du méfait : "des personnes qui aujourd'hui veulent ma mort politique, il n'y en a pas 50 000 à La Réunion..."

Décidément, le climat est de plus en plus délétère dans le milieu politique réunionnais. Marqués par les rivalités au sein de l’association des maires, ces derniers jours ont également vu le saccage et le cambriolage des locaux professionnels du député-maire de Saint-Leu Thierry Robert, dans la nuit du vendredi 30 au samedi 31 mai. Un vol de documents qui ne peut avoir d’autre dimension que politique selon l’intéressé, qui est revenu sur l’incident ce mardi.

"Samedi, quand on a découvert les faits, on a pensé à un simple cambriolage. Mais il s’avère que les seuls éléments qui ont été volés, ce sont toutes mes déclarations de patrimoine, tous les dossiers de contentieux que j’ai en cours, tous les dossiers sur lesquels était écrit le nom de Philippe Creissen mon avocat, tous mes relevés de compte, tous les dossiers sur lesquels était noté ‘LPA’ ou ‘Politique’, et uniquement ces documents", a détaillé Thierry Robert, interrogé par Radio Festival.

Pour l’édile saint-leusien, ça ne fait aucun doute, tout cela est destiné à l’abattre politiquement. "Je crois que certaines personnes ont dépassé la ligne rouge et voulaient soit m’intimider, soit avoir des documents pour me faire tomber", a-t-il estimé, ajoutant : "Mais l’intimidation, ça ne marche pas avec moi ; me faire tomber, je fais les choses au carré donc ils chercheront longtemps ; mais ce qu’ils ont réussi à créer à mon sujet, c’est une détermination sans faille !"

Il y est aussi allé d'une phrase digne d’un western : "En même temps, ça veut dire qu’en face ils ont peur. Quand quelqu’un a peur de vous, c’est déjà un élément positif pour la suite."

Thierry Robert cherche donc les coupables du côté de ses adversaires politiques. "J’ai des idées, mais je n’ai pas d’éléments suffisants pour le prouver", avoue-t-il. "Mais quand je rencontrerai les enquêteurs, je leur donnerai des noms, car des personnes qui aujourd’hui veulent ma mort politique, il n’y en a pas 50 000 à La Réunion..."

www.ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Citoyens lambda, Posté
Il a raison: c'est bien plus de 50 mille réunionnais qui veulent ne plus voir ce triste clown! Il croit faire l'intéressant et faire tout le temps parler de lui, mais au contraire, tout le monde commence à en avoir plus que marre de ce guignol, voyou et escroc. En espérant que la Justice va enfin mettre fin à son cinéma!
Némésis, Posté
Avec Thierry Robert la politique locale est entrée dans l'ère de la télé-réalité, un genre de feuilleton du pauvre, avec des rebondissements réguliers et "téléphonés"... on avait eu déjà eu un remake du "Fugitif" avec Pierre Vergès, cette fois-ci, c'est un remix du Tartuffe et de Cyrano ; pour le premier, la chose tombe sous le sens, Monsieur Robert se faisant filmer dans son bureau avec une armée de saints de plâtre en arrière plan, sans parler de son art pour jouer lui-même les saintes-nitouche, pour le second, la référence est ironique, car mis à part l'appendice nasal légendaire dont le député-maire est dépourvu, si ce n'est de façon virtuelle lorsqu'il raconte des craques au bon peuple, et un air bravache en fait de bravoure, c'est un matamore de commedia dell'arte qui se prend pour Capitan... Que ne retourne-t-il faire du camping à la Préfecture avec sa minerve autour du cou ! Populisme et démagogie ont leurs limites, et ce monsieur qui prétendait ignorer le B-A ba de la réglementation en matière d'urbanisme alors qu'il construisait sans permis à tour de bras, à Saint-Denis et au Tampon, est bien mal placé pour jouer les moralistes. En l'occurrence l'entendre déclarer "l'intimidation, ça ne marche pas avec moi ; me faire tomber, je fais les choses au carré donc ils chercheront longtemps (...)En même temps, ça veut dire qu'en face ils ont peur..." vaut son pesant de pistaches !
Zef, Posté
Ce Monsieur prend t'il les réunionnais pour des imbéciles? Ne me dite pas que quelqu'un qui se fait 90.000 euros de revenu mensuel, selon ses déclarations, n'a pas les moyens de se payer un système d'alarme ou un coffre fort ou tout autre systèmes permettant de mettre ce type de document en sécurité. Soit Mr T. Robert, est un idiot, soit il ment!