Saint-Leu - L'association ARCOE rencontre des difficultés financières :

Ecoles : les services périscolaires en grève illimitée


Publié / Actualisé
L'association ARCOE, qui assure les activités périscolaires et la garderie dans les écoles de Saint-Leu a déposé un préavis de grève à compter de ce mardi 2 mai 2017. Aussi, seul le service minimum de surveillance sera assuré. Ci-après, le communiqué de la ville de Saint-Leu.
L'association ARCOE, qui assure les activités périscolaires et la garderie dans les écoles de Saint-Leu a déposé un préavis de grève à compter de ce mardi 2 mai 2017. Aussi, seul le service minimum de surveillance sera assuré. Ci-après, le communiqué de la ville de Saint-Leu.

La Mairie a été informée du préavis de grève illimité du personnel de l'association ARCOE à compter de ce mardi 2 mai 2017.

Cette association assure des activités périscolaires et de garderie à Saint-Leu, sur les écoles suivantes: école maternelle de Stella, école élémentaire de Stella, école maternelle Piton, école Peyret Forcade, école maternelle et élémentaire de Saint-Leu.

Le financement de cette association repose sur le paiement de prestations par la Mairie, par les parents, ainsi que des aides d'État. Depuis plusieurs mois, cette association rencontre des difficultés de paiement de ses salariés.

La municipalité informe qu'elle a rencontré, à plusieurs reprises, le personnel, les parents d'élèves, le syndicat et le Président pour accompagner cette association. Les difficultés semblent persister.

La Mairie de Saint-Leu regrette cette situation. Toutefois, elle rappelle qu'il s'agit d'un problème interne au fonctionnement de l'association. De fait et au risque de créer des situations illégales d'ingérences dans cette association, la collectivité rappelle qu'elle ne peut interférer dans ce conflit de droit privé entre un employeur et ses employés.

La municipalité apporte tout son soutien à l'ensemble du personnel d'ARCOE face à ces difficultés. Elle espère que des solutions de gestion pourront être mises en oeuvre afin de redresser financièrement leur outil de travail. Elle continuera à accompagner les parties concernées pour sauver l'emploi de ses pères et mères de famille Saint-Leusiennes.

La ville de Saint-Leu, rappelle qu'elle doit gérer son budget avec justesse et précision dans un contexte où elle a fait le choix de ne pas augmenter les impôts, et que même si elle déplore cette situation, elle est dans l'incapacité de reprendre ces travailleurs dont l'outil de travail est menacé.

Au delà de l'aspect légal, la Mairie rappelle son incapacité, faute de moyens financiers à reprendre dans l'effectif communal les 17 emplois en CDI concernés, sauf à augmenter la pression fiscale pour tous les Saint-Leusiens, ce qui ne peut être envisageable par principe d'équité vis à vis des autres associations, et des autres demandeurs d'emplois sur la Commune.

La Mairie invite les parents d'élèves à prendre leur disposition pour faire face à ces désagréments. Toutefois, consciente des difficultés que cela va générer, la Mairie informe dégager, pour faire face à l'urgence, les moyens nécessaires tant humains que financiers pour pallier à cette situation.

La Mairie informe les parents qu'un SERVICE MINIMUM DE SURVEILLANCE sera mis en place dans les 6 écoles concernées uniquement pour les enfants déjà inscrits en garderie.

Ce service sera assuré par le personnel communal, s'occupera uniquement et strictement de la surveillance des enfants (sans activité) jusqu'à 18h. Il est demandé aux parents de bien veiller à respecter les horaires. La Mairie, ne pouvant palier davantage, sera dans l'obligation de demander aux autorités compétentes (service de gendarmerie) de prendre le relais.

Pour des raisons de sécurité, les enfants seront gardés dans une des salles de l'établissement.

Pour tenir compte de l'organisation à mettre en oeuvre, ce service minimum de surveillance débutera au retour des vacances de mai, le jeudi 18 mai 2017 et sera assuré jusqu'à juillet 2017, c'est à dire jusqu'à la fin de la présente année scolaire.

La municipalité espère que dans ce délai, des solutions pourront être trouvées. Il est rappelé à l'ensemble des parents concernés, que ce dispositif mis en place, à titre exceptionnel ne saurait être maintenu à la rentrée d’août 2017.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !