Levée de boucliers :

Abattage des banians de l'Hermitage : la pétition des riverains prend de l'ampleur


Publié / Actualisé
Lancée le lundi 15 octobre par une certaine "Pélagie V", cette pétition citoyenne a atteint en moins d'une semaine plus de 1.300 signatures. Une pétition adressée aux riverains de l'Hermitage qui exhorte le TCO, à l'initiative du projet, a trouvé une alternative plutôt que d'abattre ces banians d'une trentaine d'années dont les racines pourraient gêner la construction des digues du Programme d'Actions de Prévention des Inondations. Ces deux banians, situés au rond point de l'Hermitage font partie du décor. Au vu de l'ampleur que prend la pétition, la collectivité est en train de revoir sa copie et réfléchit à une solution pour que les banians puissent vivre.
Lancée le lundi 15 octobre par une certaine "Pélagie V", cette pétition citoyenne a atteint en moins d'une semaine plus de 1.300 signatures. Une pétition adressée aux riverains de l'Hermitage qui exhorte le TCO, à l'initiative du projet, a trouvé une alternative plutôt que d'abattre ces banians d'une trentaine d'années dont les racines pourraient gêner la construction des digues du Programme d'Actions de Prévention des Inondations. Ces deux banians, situés au rond point de l'Hermitage font partie du décor. Au vu de l'ampleur que prend la pétition, la collectivité est en train de revoir sa copie et réfléchit à une solution pour que les banians puissent vivre.

Le message porté par les riverains est simple " non à l’abattage, oui au respect de la nature ! […] Ces arbres ont mis des dizaines d'années à pousser, et ont survécu à des dizaines de cyclones. Respectons cette force, et adaptons notre aménagement en fonction ! il existe des solutions. " Ces solutions, les riverains ne la donnent pas mais en tout cas, ils y croient. Très vite, la mayonnaise a pris et les signatures ont commencé à affluer.

Lire aussi : Lutte contre les inondations : les banians victimes de leurs racines

Le jeudi 18 octobre, une petite mobilisation a rendu le combat visible.


Du côté du TCO, une alternative est actuellement à l'étude : " on étudie l’éventualité de reculer ou de déplacer la digue pour que les banians puissent rester en place. Mais il faut que le système garde toute son efficacité et que cela ne remette pas en cause tout le projet ". C’est bien là toute la difficulté, la collectivité ne peut pas se permettre d’abandonner ce projet. Car l’objectif premier est de protéger les habitants de la zone de plus en plus sujette à des inondations et des glissements de terrain en période cyclonique. La taxe GEMAPI notamment est d'ailleurs déjà effective depuis le 1er janvier dernier.

Lire aussi : "Gemapi", une taxe contre les inondations

Pour le moment, rien ne dit si cette étude sera concluante et permettra aux riverains de préserver leurs banians. On ne sait pas non plus combien de temps elle prendra. Tout en sachant que les travaux de défrichement ont commencé depuis le 17 septembre dernier.

La pétition a retrouver ici

fh/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !