[PHOTOS] Manioc marron du bord de mer, porcher, toto margot :

Cap Homard - Des marmailles adoptent un plant indigène de La Réunion


Publié / Actualisé
Ce samedi 20 mai 2017, des marmailles de l'association "Les Ti' Boucaniers" ont chacun adopté un petit plant indigène de La Réunion. Manioc marron du bord de mer, porcher, toto margot, mova... C'est sur la plage du Cap Homard que les enfants ont reçu leur carnet d'adoption contenant les consignes d'entretien. En plus de l'association, l'opération a été collectivement initiée par le collectif Zordi pou domin, le CBN-CPIE Mascarin, Kélonia et le lycée agricole de Saint-Paul.
Ce samedi 20 mai 2017, des marmailles de l'association "Les Ti' Boucaniers" ont chacun adopté un petit plant indigène de La Réunion. Manioc marron du bord de mer, porcher, toto margot, mova... C'est sur la plage du Cap Homard que les enfants ont reçu leur carnet d'adoption contenant les consignes d'entretien. En plus de l'association, l'opération a été collectivement initiée par le collectif Zordi pou domin, le CBN-CPIE Mascarin, Kélonia et le lycée agricole de Saint-Paul.

C'est d'un bébé un peu particulier que devront s'occuper les marmailles de l'association "Les Ti' Boucaniers" : cinquante petits plants indigènes plantés sur le Cap Homard leur ont été confiés ce samedi. Manio marron du bord de mer, porcher, toto mova ont été adoptés par les enfants. Après une présentation des plants et de leurs caractériques par le CBN-CPIE Mascarin, des membres de Kélonia leur ont explique l'intérêt de la "re-végétalisation originelle des côtes maritimes".

Après une cérémonie d'adoption, les nouveaux parents ont reçu un carnet d'adoption contenant toutes les consignes d'entretien nécessaires. La plantation a ensuite été effectuée en collaboration avec le lycée agricole de Saint-Paul. Labellisée DAUPI (Démarche aménagement urbain et plantes indigènes), elle vise à favoriser l'utilisation d'espèces indigène et exotiques non envahissante. Une démarche qui entre dans le cadre des projets d'aménagements des espaces urbains et péri-urbains.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !