"L'action : voilà la clé de cet épineux problème" (actualisé) :

Crise requin - Le maire de Saint-Paul lance un appel au dialogue


Publié / Actualisé
Ce vendredi 1er septembre 2017, le maire de Saint-Paul, Joseph Sinimalé, a lancé un "appel au dialogue" afin de résoudre la crise requin. Il invite "l'Etat et toutes les parties prenantes de ce dossier à se rassembler, dans les plus brefs délais, pour solutionner avec justice" la question. "Il n'est plus concevable qu'autant de vies soient sacrifiées sur l'autel d'une écologie déconnectée des réalités humaines" écrit t-il notamment. Nous publions son communiqué dans son intégralité ci-dessous.
Ce vendredi 1er septembre 2017, le maire de Saint-Paul, Joseph Sinimalé, a lancé un "appel au dialogue" afin de résoudre la crise requin. Il invite "l'Etat et toutes les parties prenantes de ce dossier à se rassembler, dans les plus brefs délais, pour solutionner avec justice" la question. "Il n'est plus concevable qu'autant de vies soient sacrifiées sur l'autel d'une écologie déconnectée des réalités humaines" écrit t-il notamment. Nous publions son communiqué dans son intégralité ci-dessous.

C'est en ma qualité de 1er magistrat de la commune qui abrite la plus importante zone balnéaire de l'île que je m'adresse à vous. La Réunion célébrée pour les harmonies qui règnent entre les populations qui l'ont façonnée au fil des siècles fait face depuis plusieurs années à un nouveau défi qui menace son avenir.

En effet, les passions se déchaînent autour d'une thématique à la fois écologique, sociale et économique la cohabitation de l'homme et du requin.

Comme dans tous les débats sensibles, la discorde prend le dessus sur la raison. Or, les Réunionnais le savent, seuls le partage et la tempérance sont susceptibles de nous accompagner vers une issue,  certes imparfaite, mais sans aucun doute salvatrice.

S'il est une chose dont nous ne doutons pas et que nous avons tous en partage, c'est que nous sommes fiers de notre île et de ses beautés. Ses cirques, ses montagnes, ses plages de sable blanc et noir nous offrent, chaque jour, un ravissement et une unicité que beaucoup nous envient. Nous ne devons jamais oublier ce sentiment de fierté partagé lorsque le chemin se fait plus ardu et que nous devons, dans l'intérêt général, prendre des décisions fermes et salvatrices.

Nous avons entendu les batailles qui font rage, le sentiment d'immobilisme, la colère, mais aussi le désespoir. Nous ne pouvons accepter plus longtemps qu'un tel clivage s'installe dans la durée, du battant des lames au sommet de nos montagnes.

La mer, indomptable, est une richesse qu'il nous faut apprendre à cultiver et à protéger. La protections de nos fonds marins est une nécessité. Toutefois, cette protection doit être pensée, organisée dans le respect des principes du développement durable, qui s'articulent autour de la place de l'homme dans la nature ; il n'est plus concevable qu'autant de vies soient sacrifiées sur l'autel d'une écologie déconnectée des réalités humaines.

"L'action : voilà la clef de cet épineux problème ; l'action commune, raisonnable et raisonnée et non la seule réaction à une situation, une tragédie. Nous avons bâti notre île, notre identité, et aujourd'hui nous sommes face à un réel défi : l'avenir de notre patrimoine côtier, et à travers lui, celui de l'île toute entière.

Nos voisins ont expérimenté plusieurs dispositifs, nous avons nous-mêmes tenté certaines solutions, parfois vainement du fait des contraintes inhérentes à notre territoire. Nous devons aujourd'hui aller de l'avant et remporter la victoire de l'équilibre et de la raison.

Je ne suis pas naïf, vous le savez, je suis un homme pragmatique qui connaît les forces et les faiblesses de la nature humaine et qui ne peut rester indifférent à la situation qui est perçue comme une guerre entre défenseurs de l'environnement et usagers de la mer, mais aussi les pécheurs, et plus grave encore, entre Réunionnais.

La crise dite "requin" revêt de multiples facettes, les réponses que nous devons apporter doivent aussi être diverses. Nous vivons une ère nouvelle, la globalisation ne s'arrête pas à quelques frontières et les changements, qu'ils soient économiques, écologiques, climatiques nous affectent inexorablement. Mais nous n'avons pas non plus à porter cette charge sur nos seules épaules Saint-Pauloises.

Désormais, il ne  nous appartient plus de choisir un camp mais bien de construire un modèle capable de réunir dans l'intérêt commun, faute de satisfaire les positions extrêmes.

C'est pourquoi je lance un appel au dialogue et invite l'Etat et toutes les parties prenantes de ce dossier à se rassembler, dans les plus brefs délais, pour solutionner avec justice et sans heurts cette délicate question. Nous devons mettre de côté nos ressentiments et désillusions passés pour continuer à apprécier les bienfaits de notre île sans les sacrifier.

Il faut être unis dans notre diversité...tout ce qui est fait pour nous, sans nous, est toujours contre nous !

Le Maire, Joseph Sinamalé, Ville de Saint-Paul

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !