Saint-Paul :

12 jeunes recrutés en service civique à la mairie pour 2018


Publié / Actualisé
L'occasion de mettre un pied dans la vie active est offerte à une douzaine de jeunes Saint-Paulois recrutés en contrat Service Civique et dont l'une des missions sera de communiquer et d'informer sur le Conseil Local de Développement et le Conseil Citoyen. En lien direct avec ces dispositifs ils devront ainsi assurer une coordination entre la collectivité et les membres des CLD et des CC.
L'occasion de mettre un pied dans la vie active est offerte à une douzaine de jeunes Saint-Paulois recrutés en contrat Service Civique et dont l'une des missions sera de communiquer et d'informer sur le Conseil Local de Développement et le Conseil Citoyen. En lien direct avec ces dispositifs ils devront ainsi assurer une coordination entre la collectivité et les membres des CLD et des CC.

Les contrats d’une durée de 8 mois démarrent en cette période pour s’achever en août 2018. "Huit mois en Service Civique pour que vous vous retrouviez ensuite au chômage n’est absolument pas mon but", souligne Joseph Sinimalé, appelant à la réflexion pour un travail dans la durée afin de bien préparer l’avenir de chaque jeune concerné. L’intégration dans le tissu associatif est l’une des pistes évoquées par le Maire de Saint-Paul afin que les "nouveaux services civiques", en devenant acteurs de leur quartier puissent développer une activité pérenne assurant leur subsistance à l’issue de leur contrat. D’ici-là, Joseph Sinimalé "inquiet pour l’avenir des jeunes en général, dans une société où le chômage frappe dur" suggère qu’ils soient aiguillés en matière de création et de gestion d’associations. Il exige par ailleurs qu’ils soient intégrés à une session de formation au Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur (BAFA). "Je veux que la jeunesse triomphe, je veux que Saint-Paul avance", dit-il.

En attendant, pendant huit mois en tant que Médiateur Conseils Citoyens et Conseil local de Développement, les jeunes concernés vont contribuer à la mise en œuvre des instances participatives de la commune. Ils renforcent ainsi l’équipe en charge des conseils locaux de développement et des Conseils  Citoyens. De plus, ils assurent un rôle d’interface entre les habitants et les instances.

A la fin de leur contrat, les missions services civiques recevront  une attestation signée par le président de l’Agence du Service Civique, le titulaire service civique et l’organisme d’accueil "La Commune de Saint-Paul".

Le Service Civique est un engagement volontaire au service de l’intérêt général. L’engagement du Service Civique est destiné aux jeunes de 16 ans à 25 ans. Cependant, cette condition peut être élargie pour les personnes de plus de 25 ans en situation de handicap. Ce dispositif est accessible sans condition de diplôme : seul compte le savoir être et la motivation.

Ces personnes travailleront 24 heures par semaine sur une durée de 6 à 12 mois. Elles percevront un salaire de 580 euros par mois par l’Etat dont une participation de la Mairie.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Michel, Posté
On avance, on avance ! Avant un contrat aidé pouvait, s'il était embauché à plein temps, être payé au SMIC. La collectivité n'ayant que 10 % du salaire à payer.
Avec la diminution drastique du nombre des contrats aidés voulu par Macron (la République en marche !), les mairies embauchent à présent des jeunes en service civique payés royalement 580 € net par mois pour 24 heures de travail.
580 € net par mois pour 24 heures par semaine ou 104 heures par mois, cela correspond à un salaire horaire net de... 5,57 € !
Un salaire horaire net... nettement inférieur au salaire horaire net légal qui, depuis le 1er janvier 2018, s'établit à 7,67 € !
La mairie de Saint Paul s'apprête donc à exploiter ces jeunes en-dessous du tarif légal. Ils sont donc en position soit de refuser de travailler dans ces conditions, soit d'exiger d'être payés au SMIC !