Sept ans de crise requin :

Des associations interpellent les députés et sénateurs réunionnais


Publié / Actualisé
Dans un courrier adressé aux députés et sénateurs de La Réunion, plusieurs associations appellent à un "sursaut" avant "qu'il ne soit trop tard". Pour elles, la crise requin "est tout sauf une fatalité" et assurent que "les solutions existent mais elles nous sont encore et toujours refusées aujourd'hui". Nous publions ci-après l'intégralité du courrier.
Dans un courrier adressé aux députés et sénateurs de La Réunion, plusieurs associations appellent à un "sursaut" avant "qu'il ne soit trop tard". Pour elles, la crise requin "est tout sauf une fatalité" et assurent que "les solutions existent mais elles nous sont encore et toujours refusées aujourd'hui". Nous publions ci-après l'intégralité du courrier.

Vous avez été élus en 2017 et nous attendions que vous soyez bien installés dans vos fonctions avant de vous solliciter sur les conséquences sociales, économiques et humaines dramatiques qu’occasionnent les attaques de requins depuis 2011 sur notre territoire. Le 19 février 2018 célèbrera tristement 7 années de crise, 7 années de malheur, de pleurs, de divisions, de remise en cause de l’unité même de notre île.

Les institutions et les municipalités littorales successives continuent inlassablement de tomber dans le piège de l’État français qui leur demande l’impossible : sécuriser des proies humaines dans une "Réserve à requins bouledogues", à laquelle il refuse de toucher. Près de 10 millions d’euros ont été dépensés jusqu’à présent sans résultat significatif : les plus belles plages de l’île sont désespérément fermées. Les vigies sont une bonne chose, mais restent un dispositif contraignant et élitiste, impossible à généraliser. L’ensemble des filets a été détruit après avoir montré ses limites : la pêche, promise pour y être associée ayant été déboutée dans la zone balnéaire, Réserve Marine. Les requins ont vite compris que ces enclos ne présentaient aucun danger pour eux et, à l’instar des prédateurs terrestres, ont cherché une faille pour venir se nourrir à l’intérieur de ce qu’ils ont considéré comme un simple " parc à nourriture ".

Nous saluons vos priorités politiques : continuité territoriale, grands travaux, logements sociaux, emplois aidés etc. nécessitant des apports massifs d’argent public. Une zone littorale dynamique devrait elle aussi être au cœur des enjeux : grâce à l’apport de capitaux extérieurs, elle constitue un des principaux secteurs créateurs de richesses, de valeur ajoutée, d’emplois, et donc de dignité pour le peuple réunionnais. La plupart d’entre vous êtes titulaires de plusieurs mandats et ce, depuis longtemps, avec une sensibilité propre sur ce sujet. Vous avez cependant en dénominateur commun le fait de n’être pas directement concernés par la pratique de " l’Océan récréatif ", ainsi qu’une extrême réticence à vous immiscer dans un débat aussi vif. Il est vrai qu’en plus des clivages ethniques liés aux pratiques nautiques, la crise requin se situe au confluent de 2 grands tabous de nos sociétés modernes :

- le 1er est la mise à mort de quelques animaux -de surcroît emblématiques- afin de préserver des activités humaines (désormais décriées puisque considérées comme néfastes pour la planète), dans un milieu " qui ne serait pas le nôtre ", comme si l’océan pouvait ne pas faire partie du milieu naturel des iliens.

- le 2ème est l’adaptation de la législation actuelle de la Réserve Marine qui a conduit à exclure les activités de pêche traditionnelle de la zone balnéaire, phagocytée depuis 2007. Dans notre contexte sociétal actuel de catastrophisme autour de la Nature, ces simples mesures de bon sens apparaissent comme " hérétiques ". Irez-vous au bout de votre mandat sans jamais aborder ce problème grave ? Continuerez-vous aussi à faire confiance aux gouvernements successifs qui depuis 7 ans enchaînent les promesses sans jamais les tenir ?

L’île de la Réunion a de très belles montagnes mais elle a surtout un patrimoine côtier unique au monde, avec des vagues exceptionnelles : ne soyez pas, vous aussi, les témoins passifs de la mort de notre poule aux " eaux " d’or. Nous espérons de votre part une prise de position responsable, une action commune concertée, telles que celle de 21 députés LREM, qui vienne juste de contester la gestion calamiteuse de la problématique loup.

Vous avez le devoir de demander une commission d’enquête parlementaire, qui ferait la lumière sur 7 années de gestion désastreuse, 7 années d’injustice, et permettrait enfin d’évaluer les préjudices subis, notamment économiques, à des fins de reconnaissance, voire d’indemnisation. La crise requin bafoue notre liberté d’accéder à notre propre environnement mais aussi les principes élémentaires d’égalité entre les territoires : nous sommes en effet le seul territoire français où l’accès à l’océan est interdit par une décision inique " provisoire ", reconduite 7 fois en 4 ans (depuis le 26 juillet 2013) sans que cela ne suscite un intérêt, une indignation proportionnée de la classe politique locale. Aujourd’hui, nous appelons à un sursaut de votre part face à une situation plus grave que jamais, avant qu’il ne soit trop tard, car le temps est notre ennemi. La crise requin, c’est tout sauf une fatalité ! Et pourtant, jour après jour, année après année, l’État Français nous entraîne vers l’impensable : banaliser la fermeture de l’océan, banaliser les attaques, les morts et les mutilations, et le pire en nous culpabilisant voire en nous condamnant, pour mieux nous résigner, sans rébellion.

Trouvez-vous normal que les enfants réunionnais ne connaissent leur océan qu’à travers son interdiction et ses drames à répétition ? L’image de notre île est définitivement ternie, par notre réputation " d’île à requins " reprise mondialement. Et ce n’est pas en recouvrant nos rivages et nos morts d’un linceul blanc que nous arriverons à faire oublier cette thématique, qui passionne et effraie le plus grand nombre.

Le plan ministériel annoncé début 2018 (et hier encore) n’est qu’un " réchauffé " de celui présenté en avril 2015, lui-même de prétention tout aussi " urgente " que celui de juillet 2013. Il n’est plus possible de rester sans rien faire, de regarder sans réagir face à un tel gaspillage d’argent public et de telles expérimentations dénuées de bon sens. Et cela d’autant que nous sommes face à une hypocrisie sociale monumentale : la France est l’un des plus gros pays pêcheur et importateur de requins, avec plusieurs millions de squales tués chaque année afin d’être consommés en métropole. Face à cela, seuls 9 requins ont été péchés en 2017 à l’île de la Réunion, alors que l’an passé, malgré une interdiction omniprésente, et un nombre ridicule d’irréductibles, 2 des 5 morts recensés sur la planète entière sont des Réunionnais, selon le bilan officiel de l’année passée !

Les Réunionnais sont devenus les cobayes d’expérimentations, mais aussi les martyrs d’une nouvelle idéologie accordant la même valeur à un animal et un humain. La Nature est devenue la nouvelle religion, mais nos enfants ne sont pas là pour servir de sacrifices. Les solutions existent mais elles nous sont encore et toujours refusées aujourd’hui : les attaques continueront de survenir à un rythme inacceptable.

Au nom de tous les réunionnais attachés à leur territoire, leur histoire, leur culture et leurs traditions, nous espérons vous saurez prendre la mesure entre ce qui relève de la protection de la nature et d’un bien-être animal légitime, et ce qui conduit aux situations dramatiques telles que celles que nous vivons depuis 7 années avec la crise requin. En vous pour la considération que vous porterez à notre démarche, nous vous prions d’agréer, Me et Mrs les députés et sénateurs, l’expression de notre considération distinguée.


Association Océan Prévention Réunion (OPR), Association Elio Canestri, Association Protégeons Nos Enfants (PNE), Association Vérité et Responsabilités sur les attaques de Requins (VRR) Association Sécurisation Prevention Ocean Tansalé (SPOT), Association Planète Bleue Saint-Benoît (PBSB), Association Sports Industries Réunion (ASIR), Collectif Citoyen Handicap, Collectif des familles et proches des victimes de la crise requin, Collectif Humanisme Océan Indien (CHOI)

   

4 Commentaire(s)

Pe, Posté
Hausse de la températures de l'océan Indien+ hausse du nombre de personnes dans l'eau (baigneurs , surfeurs, apnéistes, etc..) + hausse du métabolisme des espèces marines à sang froid (requins)= hausse du besoin en ressources vitales (nourriture). Ce n'est que multifactoriel donc tout le monde et toutes les opinions divers sont complémentaires pour avancer sur ce sujet. Restons dans un dialogue constructif, c'est par cela qu'il faut débuter pour aboutir au meilleurs compromis.
Fabrice, Posté
Mumu, mais taisez vous, vous n'avez pas lu le communiqué, on peut aimer la nature et refuser la fatalité.. partout dans le.monde le surf se pratique et il n'y a qu'à la réunion que nous vivons un tel scandale. Vous êtes tranquille en métropole et vous 'e savez rue. De ce qu'il se passe ici et dans l'océan, alors un peu de décence. Et surtout ouvrez un Bescherelle, vous êtes analphabète pour écrire aussi mal. Vos idées sont t à l'image de votre écriture... pourries
Barbapapa, Posté
Voici une lettre bien raisonnable que j'approuve totalement pour les évidences qu'elle expose ! Espérons qu'elle sera bien lue et qu'elle portera ses fruits !
Mumu, Posté
Bonjour.
J habite la métropole et mon conjoint est reunionnais.
J écoute beaucoup les divers campagne concernant les requins
Déjà le requin est un habitant des océans donc son habitat naturel et la nous n y pouvons rien c un fossoyeur des mers et son rôle est important dans l écosystème marin et de fait c un maillon de la chaîne alimentaire
Pendant des siècles l on a pourchassé les requins tout comme la baleines l on mange le requins on le garde comme trophée et pour les gens c la bête noire
L homme veut tout occuper tout contrôler dominer explorer tester expérimenter et surtout detruire
A la reunion le modernisme la pollution va avec un mode de vie qui nuit aussi bien à l intérieur des tetres tout cmoment dans l océan
Ce qui nuit à la terre et rejettee en mer
A la base si l on veut limiter là prolifération des requins il faut changer nos habitudes. Pour attirer les touristes vous deverssiait des tonnes de déchets pour les faire venir notamment des de jets de poissons et même du sang
Maintenant vs en payait les prix
De plus les cerfeurs sont très nombreux à visiter et profiter des plus belles vagues la aussi le requins n aiment pas en brouillant en permanence leur territoire IL le montre en défendant son océan car oui les animaux marins sont les propriétaires de nos océans et de nos mers pas les humains car les humains veulent tout dominer et notre nature jour après jour montrera sa force et sa determination à ce défendre
L homme agit en protecteur de la nature
Mais la nature n à pas besoin de l homme
Pour revenir au tout début de l occupation de l homme à la reunion il y avait une multitudes d oiseaux de ma mamiferes terrestres et volailles ainsi que des animaux marins qui vivaient en parfaites harmonie l homme à détruit des espèces sur la terre pour se nourrir à massacre les tortues etc
Donc vouloir exterminer le requins parcequ il nuit à la bonne marche touristiques et stupide d un côté vs j étiez des déchets pour attirer les requins et de fait attirer les touristes et maintenant vs voulez exterminer le requins et la vs payer le prix de vs erreurs et cela ne fait que commencer
Pour notre planètes ils faut changer nos habitudes tant alimentaires qu environnementale et prendre conscience de nos grosses erreurs mais peut être il est déjà trop tart à nous a vs de voir LE PLUS GROS PREDATEUR C L HOMME Muriel une amoureuse de notre planète