[VIDEO] Musique :

Saint-Paul - Opus Pocus 7 : place au jazz


Publié / Actualisé
Le coup d'envoi de la septième édition du festival de jazz Opus Pocus sera donné ce jeudi 19 juillet 2018. Jusqu'au 5 août, 23 concerts sont programmés sur 10 sites de l'île. Cette année, c'est la batterie qui sera à l'honneur avec 14 artistes péi accompagnés de 10 artistes internationaux.
Le coup d'envoi de la septième édition du festival de jazz Opus Pocus sera donné ce jeudi 19 juillet 2018. Jusqu'au 5 août, 23 concerts sont programmés sur 10 sites de l'île. Cette année, c'est la batterie qui sera à l'honneur avec 14 artistes péi accompagnés de 10 artistes internationaux.

C'est une édition spéciale batterie, mais aussi une édition spéciale par son ampleur : cette année, le festival accueille 10 artistes extérieurs invités, 14 artistes péi programmés, 23 concerts, 12 soirées et 11 sites.

Si Opus Pocus prend ces dimensions, c’est notamment parce que de nouveaux lieux ont souhaité être de l’aventure et accueillir une soirée du festival. Le Kerveguen, la Ville de Sainte-Marie, le Kabardock, le Téat Plein Air et le Casino de Saint-Gilles rejoignent ainsi le Théâtre Luc Donat et le Musée Stella Matutina pour vous offrir un Opus Pocus plus grand et plus étendu sur le territoire. Comme à l’habitude, le festival commencera devant La Cerise à Saint-Paul, deux grandes soirées seront organisées à Gran Kour, et nous bouclerons l’édition avec un pique-nique en musique dans la Cocoteraie.

La batterie, donc. Après l’accordéon, la guitare, les cuivres, la (contre)basse, le piano et les saxophones, caisse claire, grosse caisse, charleston, toms et cymbales sont à l’honneur. Dans le jazz, bien sûr, car même si Opus Pocus n’est pas un festival de jazz, de multiples formes de jazz y sont toujours représentées. Maloya jazz et sega jazz, afro jazz et jazz rock, électro jazz et gnawa jazz, il y en aura pour tous les goûts. Et il y aura du reggae, aussi, et du funk, et de la pop, et des musiques inclassables, métissées comme on aime, nourries de multiples influences et tendances.

Trois générations de batteurs réunionnais sont réunies. Des tontons qui ont écrit (et continuent à écrire) l’histoire réunionnaise de la batterie, ceux qui apportent aujourd’hui leur son et leur style à l’instrument, et ceux qui, encore en formation, s’apprêtent à prendre la relève. Des batteurs qui, pour la grande majorité d’entre eux, sont leaders de leur propre groupe pour la première fois. Les accompagnateurs se révèlent compositeurs, arrangeurs et chefs d’orchestre. Les batteurs sortent de l’ombre, attendez-vous à de belles surprises.

Voici ce qui vous attend :

Même les très prestigieux batteurs " extérieurs " programmés, qui viendront de Jamaïque, des U.S.A., de Côte d’Ivoire, de Madagascar ou de métropole, ne sont pas des musiciens très connus du grand public. Et pourtant, presque tout le monde les a déjà entendus alors qu’ils accompagnaient les plus grands artistes américains, jamaïcains ou français. Ils portent aussi des projets personnels, en parallèle de leur carrière de sidemen au plus haut niveau. Et c’est un immense plaisir de découvrir que ces grands rythmiciens sont également de grands leaders, compositeurs et arrangeurs.

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !