Rachat de Vindémia (actualisé) :

Le groupe Hayot accuse ses concurrents d'induire "sciemment en erreur l'opinion publique"


Publié / Actualisé
Dans un communiqué de presse publié ce lundi 16 septembre 2019, le groupe Bernard Hayot (GBH) répond aux attaques de ses différents concurrents concernant le rachat de l'enseigne Vindémia. Il les accusent d'induire "sciemment en erreur l'opinion publique". GBH indique par ailleurs avoir reçu le soutien des syndicats du groupe. Le communiqué complet est à retrouver ci-dessous. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Dans un communiqué de presse publié ce lundi 16 septembre 2019, le groupe Bernard Hayot (GBH) répond aux attaques de ses différents concurrents concernant le rachat de l'enseigne Vindémia. Il les accusent d'induire "sciemment en erreur l'opinion publique". GBH indique par ailleurs avoir reçu le soutien des syndicats du groupe. Le communiqué complet est à retrouver ci-dessous. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le communiqué de GBH

"GBH se félicite de l’avis favorable donné par les institutions représentatives du personnel de Vindémia sur le projet de cession par Casino à GBH.

L’adhésion particulièrement nette des collaborateurs au projet de reprise porté par GBH démontre leur confiance dans les perspectives qu’offre notre groupe.

Nous tiendrons bien entendu les engagements pris devant eux : absence de plan social, sauvegarde des acquis sociaux, investissement de 30 millions d’euros dans les conditions de travail des salariés et la rénovation des magasins.

C’est bien en s’appuyant sur les compétences et l’expérience des équipes de Vindémia que notre groupe compte apporter un nouveau dynamisme commercial aux enseignes Score, Jumbo et Vival.

Cette position favorable des collaborateurs de Vindémia est la meilleure réponse aux fausses informations propagées par nos concurrents depuis l’annonce de la sélection de GBH par Casino.

Nos concurrents François Caille (Leader Price) et Pascal Thiaw Kine (Leclerc), candidats éconduits à la reprise de Vindémia, affirment notamment que le poids de GBH serait de 25% dans la part des dépenses des ménages réunionnais. Ce chiffre fantaisiste a été inventé de toute pièce pour nuire à notre projet et induire sciemment en erreur nombre de responsables politiques et économiques de l’île.

D’après l’Insee, les dépenses des ménages à La Réunion sont, en 2018, de l’ordre de 12 milliards €. Le chiffre d’affaires de GBH aux particuliers à La Réunion sera de 1,2 milliards € après réalisation de l’opération. Une division simple suffit à démontrer que GBH représentera environ 10% des dépenses des ménages, bien loin des 25% claironnés à longueur d’interviews par nos concurrents.

En tant que chefs d’entreprise de premier plan à La Réunion, ils ne peuvent pas ignorer ces chiffres. C’est donc sciemment qu’ils induisent en erreur l’opinion publique, les acteurs politiques et économiques, dans le seul but de servir leurs propres intérêts commerciaux. Ce faisant, ils jouent avec l’avenir de 2 300 salariés réunionnais qui, eux, considèrent que notre projet est porteur de dynamisme et de renouveau pour Vindémia.

Nous sommes un acteur économique et social engagé depuis 30 ans à La Réunion. Notre ambition est de continuer à œuvrer pour le développement de La Réunion, au bénéfice du pouvoir d’achat de l’ensemble de la population, de l’emploi, et du développement des filières de production locale. Nous continuerons à offrir des perspectives sérieuses, crédibles et responsables à nos collaborateurs, nos partenaires et nos clients".
 

   

3 Commentaire(s)

Volcan974, Posté
Serge tu as entièrement raison, le but final c est final que nous passons à la caisse
Serge, Posté
L'offre GBH ou de l'association Pascal Thiaw-Kine ( Représentant du Mouvement E.Leclerc), François Caillé (Représentant de l'enseigne Leader Price), Guillaume Kin Sion et Johny Law-Yen (Représentant les commerçants indépendants, Super U) c'est pour les consommateurs du pareil au même.
Comment après une telle offres ne pas croire que ces trois opérateurs de GMS ne font pas d'entente sur les prix alors qu'ils s'entendent pour faire une offre de rachat ?
C'est prendre les consommateurs Réunionnais pour des couillons !
D'autant que si mes souvenir sont bons c'est Caillé lui même qui a fait venir Hayot à la Réunion.
Jams, Posté
J étais aux Antilles en Mars 2019 et en discutant avec les habitants il apparaît que Hayot ce n est pas la bonne affaire alors méfions nous braves gens
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)