Une variété répandue sur notre île :

Le tulipier du Gabon, un danger pour les plantes indigènes


Publié / Actualisé
Cette variété d'arbre souvent utilisée comme ornement en raison de la beauté de sa floraison et de sa facilité d'adaptation à différents milieux représente, cependant, une menace très sérieuse pour les flores indigènes. Le tulipier du Gabon introduit à La Réunion il y a plusieurs décennies est très répandu sur notre territoire. En avril 2019, il est entré dans la liste des 153 plantes invasives interdites par arrêté ministériel. Cet arbre fait partie des 100 espèces les plus envahissantes dans le monde (UICN), ses racines peuvent endommager les infrastructures, les canalisations et les voiries et l'arbre, qui résiste mal aux intempéries, peut en tombant, causer d'importants dégâts.
Cette variété d'arbre souvent utilisée comme ornement en raison de la beauté de sa floraison et de sa facilité d'adaptation à différents milieux représente, cependant, une menace très sérieuse pour les flores indigènes. Le tulipier du Gabon introduit à La Réunion il y a plusieurs décennies est très répandu sur notre territoire. En avril 2019, il est entré dans la liste des 153 plantes invasives interdites par arrêté ministériel. Cet arbre fait partie des 100 espèces les plus envahissantes dans le monde (UICN), ses racines peuvent endommager les infrastructures, les canalisations et les voiries et l'arbre, qui résiste mal aux intempéries, peut en tombant, causer d'importants dégâts.

Si vous possédez un tulipier du Gabon, l’association AVE2M (Association pour la Valorisation de l’Entre Deux Monde) a pour mission de recenser les zones contaminées et de définir par la suite les modalités d’accompagnement de la population à la lutte.

Pour joindre l’association, contactez le 0262 33 47 98

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !