Sakifo 2008 :

Le maloya Sello, un maloya traditionnel


Publié / Actualisé
La voix de Gramoun Sello retentissait sur toute la Ravine Blanche ce jeudi 7 août 2008. Son maloya authentique n'est pas oubliée, son répertoire du temps de la Troupe Roséda encore moins. C'est un maître du maloya Kabaré, qui retrouvait la scène de la Poudrière. Le public était conquis.
La voix de Gramoun Sello retentissait sur toute la Ravine Blanche ce jeudi 7 août 2008. Son maloya authentique n'est pas oubliée, son répertoire du temps de la Troupe Roséda encore moins. C'est un maître du maloya Kabaré, qui retrouvait la scène de la Poudrière. Le public était conquis.
Dès l'ouverture des portes, les spectateurs ont afflué sur la scène de la Poudrière. Au son du roulèr, on ne pouvait faire l'impasse sur cette prestation, qui rentrera dans les annales. Gramoun Sello est sur scène. C'est tout ce qu'il faut retenir. Sa présence scénique est endiablée, sa voix métallique, ses compositions historiquement réunionnaises. Nous voilà comblés. Après 10 ans d'absence des scènes locales, nous vivons la renaissance d'un mentor du maloya traditionnel. Gramoun Sello n'en a pas fini de faire parler de lui. Et les réunionnais apprécient cette retrouvaille. Certains rechantent en ch?ur des morceaux entonnés voilà plus de trente ans. Gramoun lui s'amusait comme un jeune gens, chapeau vissé sur la tête. Derrière lui, une bande de jeunes musiciens exemplaires viennent donner du tonus, à ne plus savoir qu'en faire. Must du must, Laurent Dalleau est aux congas, et donne un sacré goût de neuf à un maloya lontan authentique. On ressent tout de suite le renouveau de Gramoun Sello. Danzéré ! Le maloya traditionnel a trouvé un maître en la matière. C'était sak i fo pour le mettre au devant de la scène.


Imaz Press Réunion - http://
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !