Assemblée générale du collectif emploi en danger :

les emplois-jeunes manifestent


Publié / Actualisé
À l'appel du collectif emploi en danger (CED) 200 personnes employées en contrat emploi jeunes (CEJ) ont manifesté jeudi 24 avril 2003 devant la mairie de Saint-Denis. Les manifestants voulaient rencontrer le député-maire UMP René-Paul Victoria. La rencontre n'a finalement pas eu lieu
À l'appel du collectif emploi en danger (CED) 200 personnes employées en contrat emploi jeunes (CEJ) ont manifesté jeudi 24 avril 2003 devant la mairie de Saint-Denis. Les manifestants voulaient rencontrer le député-maire UMP René-Paul Victoria. La rencontre n'a finalement pas eu lieu
Le collectif emploi en danger profite visiblement du climat général de grogne sociale pour remettre au-devant de la scène ses revendications. À savoir le maintien du dispositif emploi - jeunes qui permet à des associations, aux collectivités locales et aux Administrations la possibilité d'employer des jeunes rémunérés à 80% par l'État. À défaut du poursuite du dispositif, le collectif réclame que les jeunes actuellement employés en CEJ bénéficient d'un contrat à durée indéterminée.
Les 500 jeunes qui ont manifesté jeudi devant la mairie de Saint-Denis venaient de participer à une assemblée générale extraordinaire du collectif à Sainte-Suzanne. Après avoir fustigé la loi-programme qui doit être examinée le 24 mai prochain, ils ont décidé d'aller interpeller le député-maire de Saint-Denis, René-Paul Victoria sur la question. 200 d'entre eux ont pris la direction de l'hôtel de ville du chef-lieu. Une rencontre qui n'a cependant pas eu lieu. René-Paul Victoria n'était pas présent en mairie au moment de la manifestation. Il a proposé de recevoir une délégation de manifestants en fin d'après-midi, mais le collectif a refusé et soulignant son intention de renouveler ce type d'opération dans les prochains jours.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !