Collectif emploi en danger :

Que vont devenir les emploi jeunes de l'ORPH?


Publié / Actualisé
Une délégation du collectif Emploi en danger a été reçue ce lundi 3 novembre 2003 par le responsable de la MAPREJ (mission d'appuie à la pérennisation et au reclassement des emplois jeunes). Il s'agissait de faire le point sur l'avenir des assistants de vie sociale menacés de perdre leur emploi suite à la liquidation judiciaire de l'ORPH une association spécialisée dans l'aide aux enfants handicapés
Une délégation du collectif Emploi en danger a été reçue ce lundi 3 novembre 2003 par le responsable de la MAPREJ (mission d'appuie à la pérennisation et au reclassement des emplois jeunes). Il s'agissait de faire le point sur l'avenir des assistants de vie sociale menacés de perdre leur emploi suite à la liquidation judiciaire de l'ORPH une association spécialisée dans l'aide aux enfants handicapés
L'ORPH employait une quarantaine de salariés en CEJ (contrat emploi jeune). Une petite minorité a déjà retrouvé un emploi. 7 autres dont le contrat se termine en novembre, ont reçu du rectorat l'assurance d'obtenir un poste d'assistant d'éducation. Tous les autres, 27 au total, n'ont aucune certitude quant à un éventuel reclassement.
C'est la raison pour laquelle ils ont tenu à rencontrer lundi matin à Saint-Denis Jean-Paul Aygalent, responsable de la MAPREJ (mission d'appuie à la pérennisation et au reclassement des emplois jeunes). Cela d'autant qu'aux 27 CEJ de l'ORPH, il faut ajouter les 84 salariés du CRIPH, une association du Sud, et les 27 de l'IPEM, deux autres structures d'aide aux enfants handicapés, elles aussi menacées de liquidation.
"Nous avons reçu un accueil favorable et une bonne écoute de la MAPREJ" disait Daniel Sautron du collectif Emploi en danger, à l'issue de la rencontre avec Jean-Paul Aygalent. "Nous allons maintenant nous rendre au Rectorat afin de rappeler à M. le Recteur que dans un document signé en juin denier le CTA (conseil technique d'arrondissement - où siège notamment la préfecture, le rectorat et les collectivités locales - ndlr) stipule que les AVS (agents de vie sociale) déjà en poste seront recrutés prioritairement sur les emplois d'assistants d'éducation AVS" ajoutait Daniel Sautron.
La rencontre avec le directeur de cabinet de Recteur a eu lieu dans l'après-midi. Elle a été décevante pour les emplois jeunes. "Notre interlocuteur nous a dit que le rectorat ne pouvait rien promettre quant à un éventuel recrutement prioritaire des AVS de l'ORPH" soulignait visiblement déçu Daniel Sautron.
Le collectif Emploi en danger prévoit d'écrire au préfet "afin de lui rappeler les engagements du CAT" et n'exclut pas le lancement d'actions revendicatives dans les prochains jours.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !