Grève du Bâtiment :

Peut-être la solution


Publié / Actualisé
La grève dans le BTP (Bâtiment et travaux publics) touche peut-être à sa fin. Un projet d'accord a été trouvé ce mercredi 12 mai 2004 entre le patronat et les syndicats. Le versement de la prime de transport aux employés en contrat de chantier se ferait selon un échéancier de 4 ans. L'intersyndicale à pris acte et consulte sa base aujourd'hui pour déterminer les suites à donner au mouvement
La grève dans le BTP (Bâtiment et travaux publics) touche peut-être à sa fin. Un projet d'accord a été trouvé ce mercredi 12 mai 2004 entre le patronat et les syndicats. Le versement de la prime de transport aux employés en contrat de chantier se ferait selon un échéancier de 4 ans. L'intersyndicale à pris acte et consulte sa base aujourd'hui pour déterminer les suites à donner au mouvement
À la demande du préfet rentré précipitamment de métropole, la FRBTP - seule à représenter le patronat depuis le départ de la CAPEB -, et les syndicats se sont rencontrés à 11 heures à la préfecture. Le préfet et Alix Séry, directeur du travail et de l'emploi ont fait office de médiateurs. Il aura fallu 9 heures de discussions, 2 suspensions de séance "et la pression exercée par le préfet sur le patronat", selon l'expression d'un syndicaliste, pour arriver à un projet d'accord sur le principal point de revendication. En l'occurrence, le versement des primes de transport et de trajet aux employés en contrat de chantier. Une avancée obtenue après que le préfet ait expressement demandé au patronat de "lâcher du lest".

Échéancier de 4 ans

La FRBTP a accepté que la prime de transport sera versée aux salariés en emploi précaires selon un échéancier de 4 ans (de 2005 à 2008) à raison de 25% par an. Jusqu'à présent le patronat voulait que le versement soit étalé de 2006 à 2010. Les syndicats qui revendiquaient un versement immédiat "selon les engagements pris par le patronat fin 2003" ont pris acte de "cette proposition".
Elle sera soumise aux travailleurs en grève aujourd'hui lors de l'assemblée générale qui aura lieu à partir de 9 heures devant le siège de la GTOI au Port. Ce sera donc à la base de décider de poursuivre ou non la grève. En attendant cette décision Alain Naillet remarquait hier soir que "grâce à la force de persuasion du préfet, le patronat a enfin accepté de revoir sérieusement sa copie". À la question de savoir s'il jugeait acceptable la nouvelle position du patronat il répondait "toute proposition doit être discutée et celle-ci n'est pas négligeable".
Le BTP est en grève depuis le lundi 3 mai. 80 à 85% des chantiers de l'île sont paralysés.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !