Manifestation au rectorat :

Les aides éducateurs en colère


Publié / Actualisé
Les représentants des deux collectivités, de l'association des maires de la Réunion et la député Huguette Bello ont rencontré ce mercredi 12 mai 2004 le recteur pour évoquer une nouvelle fois l'avenir des aides éducateurs. À l'appel du collectif Emploi en danger et de l'association des chômeurs panonnais, une trentaine d'emploi jeune en fin de contrat d'aides éducateurs ont manifesté devant le rectorat
Les représentants des deux collectivités, de l'association des maires de la Réunion et la député Huguette Bello ont rencontré ce mercredi 12 mai 2004 le recteur pour évoquer une nouvelle fois l'avenir des aides éducateurs. À l'appel du collectif Emploi en danger et de l'association des chômeurs panonnais, une trentaine d'emploi jeune en fin de contrat d'aides éducateurs ont manifesté devant le rectorat
La réunion qui s'est déroulée entre le recteur, Christian Merlin, et une délégation composée de la député PCR, Huguette Bello, du président de l'association des maires, Jean-Louis Lagourgue, divers droite, de la présidente du Département, Nassimah Dindar, et d'un vice-président du conseil régional, Raymond Mollard, avait pour objet l'avenir des aides éducateurs embauché en contrat emploi jeune (CEJ). Curieusement d'ailleurs, ces derniers n'avaient pas été conviés à la négociation qui portait sur la nouvelle législation qui supprime le statut d'aide éducateur pour le remplacer par celui d'assistant d'éducation. D'où l'appel à manifester du collectif Emploi en danger et de l'association des chômeurs panonnais. Finalement deux jeunes ont pu assister aux discussions.
Sur 1300 demandes concernant ces postes d'assistants d'éducation, 800 sont émises par des aides éducateurs dont les CEJ arrivent à terme. Or il n'y a que 300 postes de libres environ. 400 à 500 aides éducateurs risquent donc de se retrouver sans emploi.
Christian Merlin s'est engagé à demander au ministre de l'Éducation nationale un nouveau contingent d'assistants d'éducation. Les collectivités demandent que ces futurs postes soient attribués en priorité aux anciens aides éducateurs.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !